Le délit de consultation de sites djihadistes : la nouvelle mouture des parlementaires

Le délit de consultation de sites djihadistes : la nouvelle mouture des parlementaires

Après la censure du délit de consultation habituelle de sites djihadistes par le Conseil Constitutionnel, une commission mixte paritaire vient de le réintroduire lors de l’examen du projet de loi relatif à la sécurité publique.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

« Nous avons repris ligne à ligne la décision du Conseil Constitutionnel pour nous garantir le maximum de précaution ». Contacté par publicsenat.fr, le président LR du la Commission des lois du Sénat, Philippe Bas a donc tenu sa parole. En effet, vendredi, les Sages de la rue Montpensier avaient censuré le délit, défini dans le nouvel article 412-2-5-2 du code pénal. Il punissait « de deux ans d'emprisonnement et de 30.000 euros d'amende » le fait de « consulter habituellement un service de communication au public en ligne mettant à disposition des messages, images ou représentations soit provoquant directement à la commission d'actes de terrorisme, soit faisant l'apologie de ces actes ». Dans la foulée, Philippe Bas avait annoncé qu’il déposerait, dans les prochains jours, une nouvelle proposition de loi destinée à rétablir un délit « essentiel » selon lui «  à la lutte antiterroriste » en prenant en compte les motifs de censure du Conseil Constitutionnel.

Le Conseil avait estimé que l’atteinte à la liberté de communication instituée par ce délit n’était ni adaptée, ni proportionnée, puisqu’il « n’impose pas que (son) auteur ait la volonté de commettre des actes terroristes », pas plus qu’il adhère « à l’idéologie exprimée » sur ces sites.

Cet après-midi, lors de l’examen du projet de loi relatif à la sécurité publique en commission mixte paritaire, Philippe Bas a donc proposé un amendement visant à réintroduire ce délit.  Selon un document que s’est procuré publicsenat.fr, la constitution du délit est désormais accompagné « d’une condition supplémentaire tenant au fait que la consultation habituelle doit être accompagnée d’une manifestation de l’adhésion à l’idéologie exprimée sur ces services ». Il reviendra par la suite au juge pénal d’apprécier « les critères d’une telle manifestation d’adhésion » (correspondances à des tiers invitant à consulter ces mêmes sites internet ou faisant part de l’adhésion à cette idéologie, etc.).

capture_bas.png

De plus, dans sa rédaction originale censurée par le Conseil Constitutionnel, le délit n’était  pas applicable lorsque la consultation était « effectuée de bonne foi ». C’est à dire résultant « de l'exercice normal d'une profession ayant pour objet d'informer le public, dans le cadre de recherches scientifiques ou réalisée afin de servir de preuve en justice ». Le Conseil Constitutionnel  avait jugé la notion de « bonne foi » trop vague et selon l’avocat de la Ligue des Droits de l’Homme, François Sureau, pouvait sanctionner la « démarche intellectuelle » de n’importe quel citoyen. Dans le nouvel article, les parlementaires ont donc ajouté que « constitue un motif légitime de consultation » d’un site djihadiste « le fait que cette consultation s’accompagne d’un signalement des contenus de ce service aux autorités publiques compétentes. ». En bref, pour le simple citoyen qui voudra consulter un tel site, il lui faudra en informer le procureur de la République.

capture_bas2.png

Philippe Bas rappelle que comme ce nouvel article a été adopté par les députés et sénateurs en commission mixte paritaire, il devrait être voté  en séance dans les prochains jours par l’Assemblée et le Sénat « sauf si le gouvernement dépose un amendement de suppression de cette mesure » précise-t-il.

Dans la même thématique

Paris: The senate vote on an amendment of a government plan to enshrine the “freedom” to have an abortion in the French Constitution
4min

Société

IVG dans la Constitution : qu’est-ce que ça va changer ?

Députés et sénateurs réunis en Congrès s’apprêtent à réviser la Constitution pour y inscrire la liberté d’avoir recours à une IVG. Pendant les débats parlementaires, une partie des sénateurs de droite s’est inquiétée de voir inscrit dans le texte fondamental, l’expression « liberté garantie à la femme d’avoir recours à une interruption volontaire de grossesse ». Quelles seront les effets de cette révision constitutionnelle ?

Le

Le délit de consultation de sites djihadistes : la nouvelle mouture des parlementaires
3min

Société

Augmentation des frais de mandats des sénateurs : la mesure ne passe pas pour cet agent de la fonction publique territoriale

Considéré à tort comme un secteur protégé par la baisse générale du pouvoir d’achat en France, la fonction publique peine à augmenter les plus bas salaires. Si l’annonce de la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat a pu en soulager certains, elle ne concerne pas tous les agents territoriaux. Une décision jugée inégalitaire, injuste, et qui détonne avec la récente augmentation de 700€ des frais de mandats des sénateurs. Interrogé par Tâm Tran Huy dans l’émission Dialogue citoyen, Benjamin Rapicault, fonctionnaire territorial, dénonce cette disparité.

Le

Le délit de consultation de sites djihadistes : la nouvelle mouture des parlementaires
3min

Société

« Avec le Smic, je ne vis pas, je survis » témoigne une jeune mère de famille

Ils sont près de 3 millions de salariés français à être rémunérés au Smic. Un chiffre beaucoup trop important pour le Premier ministre Gabriel Attal, qui, lors de sa déclaration de politique générale le 30 janvier dernier, a affirmé vouloir « désmicardiser la France ». Selon les régions et les charges, les difficultés des personnes au Smic peuvent être très différentes. Sur le plateau de l’émission Dialogue Citoyen, deux jeunes femmes ont accepté de témoigner de leurs situations.

Le