Le procès Merah « va mettre en évidence les ratés des services » selon Samia Maktouf

Le procès Merah « va mettre en évidence les ratés des services » selon Samia Maktouf

Invitée de l’émission « On va plus loin », l’avocate Samia Maktouf regrette que la France n’ait « pas tiré les leçons des attentats de Mohamed Merah ».
Public Sénat

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Lundi 2 octobre s’est ouvert le procès Merah. Abdelkader, frère de Mohamed Merah et Fettah Malki, un de ses amis, sont jugés par la cour d’assises spéciale de Paris. Un mois de procès pour tenter de comprendre si le tueur a bénéficié de complicité.

Sur le plateau d’ « On va plus loin » Samia Maktouf, l’avocate de la famille d’Imad Ibn Ziaten, le premier militaire tué par Mohamed Merah, souhaite tout d’abord rappeler les conditions de ce procès : « Je voudrais saluer l’existence même de ce procès. C’est la victoire de la démocratie. Ces personnes-là qui prônent la haine, la violence et la barbarie font face à des juges pour un procès équitable. Ils vont bénéficier (…) d’une défense (…) C’est ça, les lois de la République ».

Samia Maktouf revient ensuite sur le rôle des deux accusés : « Il ressort des faits aujourd’hui que c’est Abdelkader Merah qui a endoctriné son frère, qui a eu de l’emprise sur son frère (…) depuis 2006. Pour l’emmener à cette « secte » qu’il appelle la religion, qu’il appelle l’Islam radical. Abdelkader Merah doit répondre de ses actes. Pour ce qui est de l’autre accusé, Fettah Malki, il doit répondre du fait d’avoir permis  la fourniture des armes en vue de la commission d’actes terroristes ».

Mais l’avocate estime que les deux hommes ne sont pas seuls responsables : « Je trouve que le box est trop vide. Il n’y a que deux accusés. Les recruteurs ne sont pas là, les financiers ne sont pas là. Ceux qui ont donné des instructions de Syrie ne sont pas là (…) Il y a une foule de monde qui manque à ce box ».

« A l’évidence, il ne s’agissait pas d’un " loup solitaire" »

Pour Samia Maktouf, également avocate de plusieurs victimes des attentats de Nice et du Bataclan, Mohamed Merah a fait beaucoup d’émules : « Il en a créé beaucoup. Mais malheureusement, ce que nous regrettons tous, c’est que ces Merah n’ont pas été détectés. Il a fallu attendre 2015. La France n’a pas tiré les leçons des attentats de Mohamed Merah, puisqu’on parlait de « loup solitaire ». Or à l’évidence, il ne s’agissait pas d’un « loup solitaire ». Il s’agissait d’une personne organisée, qui a voyagé, qui est même allée voir le bras droit de Ben Laden au Pakistan (…) C’est un réseau qui a été tissé. Et ce réseau-là, il existe depuis 2005 et on le sait aujourd’hui ».

L’avocate souhaite que ce procès serve le pays et clarifie le rôle des renseignements : « A travers ce procès, il faut un sursaut (…) Aujourd’hui personne n’est à l’abri, n’importe quelle personne sur cette terre peut être victime d’un attentat terroriste. Ce procès va mettre en évidence les ratés des services. Les différents organismes de renseignement n’ont jamais accepté de travailler ensemble pour détecter, anéantir et mettre hors d’état de nuire des éléments qui ont été détectés depuis 2006 comme étant dangereux, radicalisés et susceptibles  de passer à un acte terroriste (…) Aujourd’hui, ce qu’on veut ce n’est pas chercher des bouc-émissaires, des responsables » mais éviter que des terroristes qui cultivent la mort pour la mort, puissent passer à une action armée. Aujourd’hui, les victimes ne sont pas suffisamment entendues. »

Interrogée sur l’adoption par l’Assemblée nationale du nouveau projet de loi antiterrorisme, mardi 3 octobre, Samia Maktouf déclare : Il y a une responsabilité politique qui a été portée par nos parlementaires dans le fait de dire « oui, il faut sortir de l’état d’urgence pour pérenniser ce qu’il faut introduire et transcrire dans la loi ». Et pour ça, je salue nos parlementaires. Personne ne voulait prendre cette responsabilité politique. On ne pouvait pas rester éternellement dans l’état d’urgence. Et il ne faut pas avoir peur de l’état de droit ».

En revanche, Samia Maktouf met en garde contre les risques de contrôles sur l’apparence des personnes : « Il ne faut pas tomber dans le délit de faciès ».

Procès Merah : interview de l'avocate Samia Maktouf (en Intégralité)
09:54

Entretien de Samia Maktouf en intégralité

Dans la même thématique

Manifestation contre les violences sur les mineurs, Toulouse
4min

Société

Relaxe d’un homme accusé de violences familiales : le droit de correction invoqué par les juges est « contraire à la loi »

Ce 18 avril, la cour d’appel de Metz a relaxé un policier condamné en première instance pour des faits de violences sur ses enfants et sa compagne. Dans leur arrêt, les juges ont indiqué qu’un « droit de correction est reconnu aux parents ». Une décision qui indigne la sénatrice Marie-Pierre de la Gontrie, rapporteure d’une proposition de loi qui interdit les « violences éducatives » depuis 2019.

Le

Le procès Merah « va mettre en évidence les ratés des services » selon Samia Maktouf
4min

Société

« J’ai toujours été frappé par le degré de bienveillance dont je bénéficie », François Molins

Entre 2012 et 2018, une série d’attentats touche la France. Dans la tourmente, une voix rassurante émerge, celle de François Molins, procureur de la République. Pédagogie et sang-froid ont toujours été de mise dans ses prises de parole. Tant et si bien qu’un lien fort s’est construit entre les Français et lui. Comment a-t-il traversé ces moments de terreur ? Comment explique-t-il la sympathie des Français à son égard ? Cette semaine, François Molins est l’invité de Rebecca Fitoussi dans « Un Monde un Regard ».

Le

Le procès Merah « va mettre en évidence les ratés des services » selon Samia Maktouf
3min

Société

« Quand j’ai abordé les viols sur enfants, j’ai reçu beaucoup de courriers me traitant de rabat-joie », Mireille Dumas

Dans son émission « Bas les masques » ou encore « Vie privée, vie publique », Mireille Dumas a mis en lumière des parcours de vie peu écoutés, et pourtant loin d’être des cas isolés. Alors que les féminicides étaient qualifiés de « crimes passionnels », elle dénonçait déjà les violences perpétrées à l’encontre des femmes, des enfants et des minorités de genre. Quel regard porte-t-elle sur l’évolution de la société sur ces questions ? Comment explique-t-elle son intérêt pour les autres ? Cette semaine, Mireille Dumas est l’invitée de Rebecca Fitoussi dans « Un Monde un Regard ».

Le