Le Sénat limite à 5 jours la rétention des mineurs étrangers accompagnés

Le Sénat limite à 5 jours la rétention des mineurs étrangers accompagnés

Durant l’examen de la loi Asile et immigration ce vendredi, le Sénat a voté pour l’interdiction de la rétention des mineurs étrangers isolés et a limité à 5 jours celle des mineurs étrangers accompagnés.
Alexandre Poussart

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

En pleine polémique internationale sur l’enfermement des enfants étrangers aux Etats-Unis, les sénateurs français ont voté pour l’interdiction de la rétention des mineurs étrangers isolés et limité à 5 jours celle d’un étranger s’il est accompagné d’un enfant.

« Le Sénat a tenu à affirmer dans la loi qu’on ne place pas un mineur étranger seul en rétention. », a expliqué la rapporteur (LR) François-Noël Buffet. « De plus, pour les familles avec enfants en situation irrégulière, le droit permet une rétention de 45 jours, voire de 90 jours après l’adoption de ce projet de loi, ce n’est pas possible », a-t-il affirmé. « En moyenne, les familles avec enfants sont détenues 4 jours, c’est pourquoi le Sénat a prévu une durée maximale de 5 jours. »

Le gouvernement contre la limite de la rétention à 5 jours pour les mineurs accompagnés

Le gouvernement contre la limite à 5 jours de la rétention des familles étrangères
03:38

Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre de l’Intérieur, a rappelé que « la rétention d’un mineur isolé n’est pas autorisée en France et que jamais un mineur isolé n’a jamais été placée en rétention. » Néanmoins le gouvernement s’oppose à une limite de 5 jours pour la rétention d’une famille car cette limite aurait pour effet d'encourager les comportements de non-coopération et d'obstruction, puisque la rétention ne pourrait plus être prolongée. La ministre a précisé qu »’1,5 million d’euros allait être investi pour rénover les centres de rétention et développer les activités des enfants dans ces centres. »

La gauche divisée sur le vote de cette limite

Les communistes ont souhaité une interdiction totale de la rétention des mineurs accompagnés et ont voté contre le dispositif du Sénat. Le groupe RDSE s’est abstenu. Les socialistes ont voté pour cette limite de 5 jours, sauf Marie-Pierre de la Gontrie qui s’est abstenue, dénonçant « un renoncement terrible du Sénat » et « une fausse avancée pour les droits des enfants ». Le président de la commission des Lois Philippe Bas lui a répondu en rappelant que le candidat François Hollande en 2012 avait promis qu’aucun enfant d’immigré clandestin ne serait plus jamais détenu s’il était élu « avant de se murer dans un long silence pendant 5 ans. »

Dans la même thématique

Back to school : recreation time at the college
5min

Société

Transidentité : en commission, les sénateurs adoptent la proposition de loi LR visant à encadrer la transition de genre des mineurs

La commission des affaires sociales du Sénat examinait, ce mercredi, une proposition de loi de la droite sénatoriale visant à encadrer les pratiques médicales dans la prise en charge des mineurs souffrant de dysphorie de genre. A l’origine, le texte visait à interdire le recours aux bloqueurs de puberté et à la chirurgie avant 18 ans. Un amendement adopté en commission est revenu sur la première interdiction.

Le

Current affairs question session with the government – Politics
5min

Société

Violences intrafamiliales : les députés et les sénateurs se mettent d’accord sur une proposition de loi sur les ordonnances de protection provisoire

Le 21 mai, 7 députés et 7 sénateurs se sont réunis en commission mixte paritaire pour examiner une proposition de loi, déposée par la députée Renaissance Emilie Chandler le 5 décembre dernier, renforçant l’ordonnance de protection provisoire et créant une ordonnance provisoire de protection immédiate. Une commission mixte paritaire conclusive qui a adopté le texte à l’unanimité : « Tout le monde est d’accord pour aller plus loin dans la protection, personne ne peut se satisfaire des femmes tuées en France », affirme Dominique Vérien, rapporteure du texte au Sénat.

Le

Lea, au premier jour de sa Vie
5min

Société

Périnatalité : « Infantiliser les femmes ne mène à rien de bon » selon la journaliste Renée Greusard

Le 14 mai dernier, la mission d’information sur l’avenir de la périnatalité auditionnait quatre journalistes spécialistes des questions de grossesse et de parentalité. Une audition qui a permis d’évoquer la question de la santé mentale durant le post-partum, l’information qui est faite autour et l’insuffisance des moyens alloués aux maternités.

Le