Le système d’évaluation des pesticides dans le viseur de 27 sénateurs

Le système d’évaluation des pesticides dans le viseur de 27 sénateurs

Des formulants toxiques non déclarés sur les étiquettes de 14 produits pesticides : voici les conclusions d’une étude scientifique qui vient de déclencher la mobilisation de 119 parlementaires européens, dont 27 sénateurs français. Ils ont adressé hier un courrier conjoint à l’Autorité européenne de sécurité des aliments et menacent de saisir la justice.
Public Sénat

Par Antoine Comte

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

« Nous travaillons depuis longtemps sur ces questions chez les Verts, mais c’est vrai que nous sommes actuellement dans un moment propice. Nous avons récemment réussi à faire reconnaître que l’Etat était fautif sur le climat, les mentalités sur les pesticides ont beaucoup mûri et le calendrier parlementaire joue en notre faveur : il faut donc ne rien lâcher ». La sénatrice EELV de Paris, Esther Benbassa qui vient tout juste de cosigner avec 26 autres de ses collègues écologistes et socialistes un courrier adressé à l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), y croit dur comme fer : « ce n’est pas de la communication, il faut que nous élus et que toutes les associations engagées dans ce combat remportent enfin ce bras de fer ».

L’élue parisienne veut parler de la lutte menée par la campagne citoyenne « Secrets toxiques » qui se bat pour remettre en question le système d’évaluation actuel et exiger le retrait de ces pesticides du marché français européen et français. Ces derniers se basent notamment sur une étude d’octobre 2020 menée par les professeurs Gilles-Eric Séralini et Gérald Jungers et qui démontre que plusieurs métaux lourds et autres produits toxiques entrent dans la composition de pesticides et qu’ils ne sont pas déclarés sur l’étiquette de ces produits désherbants.

Des conditions d’évaluation pourtant exigées par l’Europe

« Ce que disent Gilles-Eric Séralini et Gérald Jungers, c’est que lorsque les pesticides sont évalués par l’EFSA, seules les molécules actives déclarées par le fabricant sont analysées. Sauf qu’il y a aussi de nombreux adjuvants dans la composition de ces pesticides comme de l’arsenic ou des hydrocarbures qu’on ne retrouve jamais sur les étiquettes des produits. L’EFSA ne regarde donc pas l’effet cumulé du principe actif avec les autres substances présentes dans le produit final, qu’on appelle l’effet cocktail », explique le sénateur écologiste Joël Labbé, qui rappelle que ces conditions d’évaluation sont pourtant exigées dans le règlement européen.

Vers une procédure devant la Cour de justice européenne ?

« Il y a une vraie mise en danger de la vie d’autrui en plus d’une atteinte à l’environnement. On est tous concerné. Deux chiffres parlent d’eux-mêmes : sur une cellule adulte, la toxicité est 1 000 fois supérieure à celle déclarée officiellement sur l’étiquette du produit, et même 100 000 fois plus toxiques sur une cellule embryonnaire. On ne dit pas la vérité aux utilisateurs de ces produits cancérigènes comme le désherbant Roundup », explique Philippe Piard, le représentant de l’association Nature et Progrès.

Le combat ne fait donc que commencer pour toutes ces associations comme Générations futures ou encore Campagne glyphosate France, qui avec le soutien de ces 119 députés et sénateurs européens et français souhaitent « ramener la EFSA a la raison ». « Elle a deux mois pour nous répondre. Si nous n’obtenons aucune réponse ou qu’elle n’est pas satisfaisante, les députés européens cosignataires engageront une procédure juridique devant la Cour de justice européenne », prévient Joël Labbé.

Dans la même thématique

Le système d’évaluation des pesticides dans le viseur de 27 sénateurs
4min

Société

« J’ai toujours été frappé par le degré de bienveillance dont je bénéficie », François Molins

Entre 2012 et 2018, une série d’attentats touche la France. Dans la tourmente, une voix rassurante émerge, celle de François Molins, procureur de la République. Pédagogie et sang-froid ont toujours été de mise dans ses prises de parole. Tant et si bien qu’un lien fort s’est construit entre les Français et lui. Comment a-t-il traversé ces moments de terreur ? Comment explique-t-il la sympathie des Français à son égard ? Cette semaine, François Molins est l’invité de Rebecca Fitoussi dans « Un Monde un Regard ».

Le

Le système d’évaluation des pesticides dans le viseur de 27 sénateurs
3min

Société

« Quand j’ai abordé les viols sur enfants, j’ai reçu beaucoup de courriers me traitant de rabat-joie », Mireille Dumas

Dans son émission « Bas les masques » ou encore « Vie privée, vie publique », Mireille Dumas a mis en lumière des parcours de vie peu écoutés, et pourtant loin d’être des cas isolés. Alors que les féminicides étaient qualifiés de « crimes passionnels », elle dénonçait déjà les violences perpétrées à l’encontre des femmes, des enfants et des minorités de genre. Quel regard porte-t-elle sur l’évolution de la société sur ces questions ? Comment explique-t-elle son intérêt pour les autres ? Cette semaine, Mireille Dumas est l’invitée de Rebecca Fitoussi dans « Un Monde un Regard ».

Le

Le système d’évaluation des pesticides dans le viseur de 27 sénateurs
6min

Société

Opérations « place nette XXL » contre la drogue : « Le but stratégique, c’est de couper les tentacules de la pieuvre », défend Darmanin

Devant la commission d’enquête du Sénat sur les narcotrafics, Gérald Darmanin a vanté le bilan des opérations antidrogues lancées ces derniers mois dans plusieurs villes de France. Le ministre de l’Intérieur assure qu’au-delà de « la guerre psychologique » menée contre les dealers, ce sont les réseaux dans leur ensemble qui sont impactés.

Le