Leclerc reconnaît avoir vendu des produits Lactalis malgré le rappel en vigueur

Leclerc reconnaît avoir vendu des produits Lactalis malgré le rappel en vigueur

Le premier groupe français de grande distribution E.Leclerc a reconnu mardi avoir vendu dans certains de ses magasins des reliquats de produits Lactalis concernés par le rappel du 21 décembre suite à une contamination à la salmonelle.
Public Sénat

Par AFP

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

De son côté, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a lancé « des investigations » chez le distributeur pour comprendre comment ces produits ont pu être mis en vente, a indiqué à l'AFP Loïc Tanguy, directeur de cabinet de ce service de Bercy.

En dépit du rappel de produits lancé à la suite de la découverte d'une contamination aux salmonelles, « 984 produits ont malgré tout été vendus après le rappel dans plusieurs magasins », reconnaît le distributeur dans un communiqué, sans localiser les points de vente concernés.

E.Leclerc explique avoir constaté le problème après avoir procédé à « un audit interne de vérification de la bonne application des mesures de retrait des produits de l'entreprise Lactalis » à la suite d'un problème identifié dans le magasin E.Leclerc de Seclin (Nord).

Les centres E.Leclerc procèdent à « un audit des procédures afin d'identifier précisément les raisons de ce dysfonctionnement et de mettre en place les mesures correctives nécessaires », ajoute le groupe qui dit avoir informé « l'administration compétente ».

« La responsabilité porte sur chaque maillon de la chaîne, chacun à la responsabilité d'informer ses clients et d'arrêter de commercialiser les produits dangereux », a déclaré de son côté le responsable de la DGCCRF.

L'ONG de défense des consommateurs, Foodwatch, a quant à elle dénoncé « l'opacité » avec laquelle l'affaire a été gérée. « On ne sait rien: les rappels ont-ils bien été effectués en France, mais aussi dans les 65 autres pays concernés? Où sont les lots? Ont-ils été détruits? », s'interroge-t-elle dans un communiqué.

E.Leclerc affirme avoir identifié les consommateurs ayant acheté les produits, notamment grâce à la carte de fidélité du magasin. « Les directions des magasins les contactent actuellement individuellement », précise le distributeur, qui cherche à joindre les autres clients concernés au travers de leur banque.

Un numéro vert 01.71.53.51.20 a été ouvert.

Le 21 décembre, Lactalis a procédé au rappel de l'ensemble de ses laits et autres produits infantiles produits dans son usine de Craon (Mayenne) depuis février 2017 après la découverte d'une contamination aux salmonelles.

Un premier rappel de certains lots de laits infantiles avait été décrété le 2 décembre puis le gouvernement avait annoncé un retrait massif de produits issus de l'usine de Craon le 10 décembre.

La bactérie à l'origine de la contamination à la salmonelle de cette usine est probablement la même que celle qui a frappé le site en 2005, selon l'Institut Pasteur.

Au 20 décembre, Santé publique France avait recensé 35 nourrissons atteints de salmonellose en France depuis mi-août, dont 31 ayant consommé un lait infantile de l'usine de Craon.

 

Dans la même thématique

Leclerc reconnaît avoir vendu des produits Lactalis malgré le rappel en vigueur
3min

Société

« Quand j’ai abordé les viols sur enfants, j’ai reçu beaucoup de courriers me traitant de rabat-joie », Mireille Dumas

Dans son émission « Bas les masques » ou encore « Vie privée, vie publique », Mireille Dumas a mis en lumière des parcours de vie peu écoutés, et pourtant loin d’être des cas isolés. Alors que les féminicides étaient qualifiés de « crimes passionnels », elle dénonçait déjà les violences perpétrées à l’encontre des femmes, des enfants et des minorités de genre. Quel regard porte-t-elle sur l’évolution de la société sur ces questions ? Comment explique-t-elle son intérêt pour les autres ? Cette semaine, Mireille Dumas est l’invitée de Rebecca Fitoussi dans « Un Monde un Regard ».

Le

Leclerc reconnaît avoir vendu des produits Lactalis malgré le rappel en vigueur
6min

Société

Opérations « place nette XXL » contre la drogue : « Le but stratégique, c’est de couper les tentacules de la pieuvre », défend Darmanin

Devant la commission d’enquête du Sénat sur les narcotrafics, Gérald Darmanin a vanté le bilan des opérations antidrogues lancées ces derniers mois dans plusieurs villes de France. Le ministre de l’Intérieur assure qu’au-delà de « la guerre psychologique » menée contre les dealers, ce sont les réseaux dans leur ensemble qui sont impactés.

Le