Bloc operatoire de chirurgie robotique CHU de Nice

Les internes en médecine en grève pour protester contre leurs conditions de travail

Dans un communiqué paru le 4 avril, l'intersyndicale nationale des internes appelle à une « journée nationale sans internes », ce vendredi 28 avril. Les différents syndicats de médecins internes réclament, à l’unisson, « que les médecins de demain soient reconnus à leur juste valeur : des acteurs incontournables du système de soins ».
Henri Clavier

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

« La vocation à n’importe quel prix n’existe pas. Sans conditions de travail dignes nous ne pouvons pas soigner correctement les gens, nous ne pouvons pas continuer d’exercer notre métier », déclare Olivia Fraigneau, présidente de l’intersyndicale nationale des internes (Isni). L’Isni dénonce des conditions de travail de plus en plus précaires qui, cumulées au stress, finissent par devenir dangereuses. Dans un contexte de crise de l’hôpital, les internes dénoncent un système qui repose de plus en plus sur eux, avec des conséquences concrètes : plus de responsabilités (alors qu’ils sont en formation) et plus de temps de travail.

« La charge de travail trop importante affecte énormément la santé mentale des internes »

L’intersyndicale dénonce, en premier lieu, un temps de travail excessif et un non-respect du plafonnement du temps de travail fixé à 48 par semaine et exige un décompte réel du temps de travail. Une enquête de l’intersyndicale identifie plutôt une moyenne de 58 heures de travail par semaine pour les internes avec cependant des variations importantes en fonction des services et des hôpitaux. « D’autant plus qu’il y a eu un arrêt du Conseil d’État, en juin dernier, qui enjoint tous les hôpitaux à se doter à un dispositif fiable de décompte du temps de travail et actuellement », explique Cédric Cardoso, président du Syndicat Représentatif Parisien des Internes en Médecine Générale (SRP-IMG).

« La charge de travail trop importante affecte énormément la santé mentale des internes », poursuit Cédric Cardoso (SRP-IMG) qui explique que l’intersyndicale recherche davantage un respect des plafonds horaires que paiement des heures supplémentaires. Le communiqué de l’intersyndicale insiste sur le stress important auquel sont exposés les internes qui pour deux tiers d’entre eux souffriraient d’anxiété.  

Une revalorisation salariale de 300 euros bruts par mois espérée

Au-delà des conditions de travail, les internes réclament également une revalorisation salariale pour lutter contre la précarité financière. « On demande une revalorisation salariale puisque si on ramène 58 heures par semaine à notre rémunération, ça nous fait un taux horaire d’environ 6 euros brut de l’heure », estime Cédric Cardoso. Il demande une revalorisation de 300 euros brut par mois, à laquelle s’ajoute une indemnité logement indexée sur le prix des loyers. Cette dernière mesure vise plus spécifiquement l’Île-de-France où le parc immobilier est tendu et les loyers élevés. Par ailleurs, les solutions de logement en internat ne sont pas similaires selon les régions et sont quasiment inexistantes à Paris.

Un problème structurel ?

À travers son communiqué, l’intersyndicale rappelle que ces mesures sont indispensables pour garantir l’attractivité du métier. Alors que l’hôpital public est déjà exposé à des difficultés de recrutement, ne pas prendre en compte les revendications de l’intersyndicale revient à prendre « un risque important pour le futur de l’hôpital public », affirme Cédric Cardoso. « De plus en plus d’internes se détournent de l’hôpital public alors qu’il y a 20 ans c’était la voie royale », rappelle Cédric Cardoso. En 2019, les internes représentaient plus de 30 % du personnel médical dans les hôpitaux.

Néanmoins, le soutien reste assez faible au sein de la profession car si « globalement on reçoit des soutiens, ça ne veut pas dire que les praticiens seniors nous soutiennent », précise Cédric Cardoso avant d’expliquer « qu’il y a quelque chose dans les mœurs qui veut que les internes subissent l’organisation ».

 

 

 

 

Dans la même thématique

MARIA RESSA : PRESS CONFERENCE AT RSF PARIS
7min

Société

Respect du pluralisme sur CNews : « Il ne s’agit pas d’encadrer la liberté d’expression, mais de faire respecter la loi », assure Christophe Deloire

Après la décision du Conseil d’Etat demandant à l’Arcom de renforcer son contrôle du respect du pluralisme par la chaîne CNews, Reporters sans frontières est accusé par les médias du milliardaire Vincent Bolloré de porter atteinte à la liberté d’expression. Après avoir reçu le soutien d’une vingtaine d’avocats, RSF se dit déterminé à vouloir faire appliquer la loi.

Le

Les internes en médecine en grève pour protester contre leurs conditions de travail
5min

Société

« Mon grand-père a toujours pensé qu'il devait sa vie au fait que Manouchian n'avait pas parlé sous la torture », raconte Pierre Ouzoulias

Petit-fils d’un militant communiste qui a combattu avec Missak Manouchian, le sénateur Pierre Ouzoulias estime que la panthéonisation de ce résistant fusillé par les Allemands scelle « la réconciliation » des Résistances communistes et gaullistes autour de « la vocation fortement universelle et universaliste de la France ».

Le

permis
8min

Société

Permis de conduire : le projet de loi européen visant à mettre fin au permis à vie cristallise les tensions

Un projet de loi européen, qui sera soumis au vote du Parlement fin février et porté par la députée européenne écologiste française Karima Delli, propose de modifier la directive européenne sur la durée de validité du permis de conduire en fixant notamment une visite médicale obligatoire à l’obtention du permis, puis tous les 15 ans. A partir de 70 ans en revanche, la mesure est renforcée par un contrôle tous les 5 ans. Objectif ? « Zéro mort » sur les routes à l’horizon 2050.

Le

Paris 2024 Girl practicing sports in front of the Paris Town Hall
9min

Société

Ethique dans le sport : « Il faut se donner des ambitions budgétaires et politiques » demande Marie-George Buffet

Violences sexistes et sexuelles (VSS), discriminations, scandales de corruption, affrontements entre supporters. Ces dernières années, le monde sportif n’a pas été épargné par les scandales à répétition. Interrogés par les sénateurs, Marie-George Buffet et Stéphane Diagana, co-présidents du comité national pour renforcer l’éthique et la vie démocratique dans le sport, ont souligné l’importance de se donner des « ambitions budgétaires et politiques ».

Le