Limitation de vitesse à 80km/h : « une lourde erreur » selon les sénateurs

Limitation de vitesse à 80km/h : « une lourde erreur » selon les sénateurs

Pour tenter de stopper la hausse de la mortalité routière, le gouvernement s’apprête à abaisser la limitation de vitesse maximale sur les routes secondaires à 80km/h.  « Une posture démagogique » dénoncent une cinquantaine de sénateurs dans une lettre ouverte.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

En matière d’excès de vitesse, Édouard Philippe sait de  quoi il parle. En 2015, alors maire du Havre, il avait été rattrapé par la patrouille alors qu’il circulait à 150km/h, sur une portion d’autoroute limitée à 110, au sud de Rouen. L’élu avait choisi de communiquer sur son infraction qui lui vaudra un retrait de permis immédiat pour 72 heures. « Nos concitoyens attendent légitimement de leurs élus l'exemplarité et je suis convaincu, par ailleurs, de la nécessité d'être ferme en matière de sécurité routière » avait-il justifié.  

« Si pour sauver des vies il faut être impopulaire, j’accepte de l’être »

Mardi, à l’issue du Conseil interministériel de sécurité routière (CISR), l’exécutif va officialiser l’abaissement  à 80km/h de la vitesse maximale sur 400 000 kilomètres de routes secondaires à partir du 1er juillet prochain. Une mesure destinée à enrayer la mortalité routière en hausse depuis 2014. En 2017, le nombre de morts sur les 11 premiers mois augmente de 0,9% par rapport à 2016. « Il y a 3.500 morts et 70.000 blessés par an, 70.000! Après des décennies de progrès, nos résultats se sont dégradés. Eh bien je refuse de considérer cela comme une fatalité. Chaque fois qu’un responsable politique a eu le courage de s’engager, les résultats ont été spectaculaires (…) Et si pour sauver des vies il faut être impopulaire, j’accepte de l’être » a justifié par avance le Premier ministre dans le JDD.

Les sénateurs demandent à voir les résultats de l’expérimentation

Le gouvernement précédent s’était lui aussi penché sur l’abaissement de la vitesse maximale autorisée à 80km/h. L’ancien ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, avait lancé une expérimentation en 2015 sur 80 km de routes. Mais l’absence de publication des résultats  a provoqué la réaction de plusieurs dizaines de sénateurs de la droite et du centre, qui dans une lettre ouverte, dénoncent «la posture de la démagogie » adoptée par l’exécutif. « Le gouvernement commet une lourde erreur en refusant un débat certes difficile mais qui eut été courageux et salutaire (…) les signataires demandent la production de ces résultats (de l’expérimentation ndlr) avant d’engager la généralisation de la réduction de la vitesse sur les routes départementales » écrivent-ils. Le président du Sénat, Gérard Larcher s'est joint à cette demande. 

« À ce moment-là, on pourrait la réduire à 50km/h sur les départementales »

« J’ai l’impression que ces mesures ne sont pas à la hauteur de l’enjeu. Il est toujours possible de réduire la vitesse sur les tronçons les plus accidentogènes. La vitesse peut toujours être considérée comme un facteur aggravant dans les accidents. Mais à ce moment-là, on pourrait la réduire à 50km/h sur les départementales. Le problème ce n’est pas la vitesse maximale autorisée mais les excès de vitesse. Quelqu’un qui ne respecte pas les 90km/h, je ne vois pas pourquoi, il respecterait les 80km/h » juge le sénateur LR de Moselle François Grosdidier qui souhaite, par ailleurs, que le gouvernement se penche sur les problèmes d’addiction et de SMS au volant comme causes de mortalité routière.

Du côté des associations d’automobilistes, on estime également qu’une nouvelle limitation de vitesse serait inefficace. « On s’accroche à ce totem de la vitesse. Mais on a augmenté le nombre de radars depuis 2014 et rien n’a changé. On ne peut pas attendre de résultats de cette mesure » dénonce à l’AFP Daniel Qero.

Au contraire, pour la présidente de la ligue contre la violence routière, Chantal Perrichon, une telle mesure pourrait « sauver plus de 400 vies par an si elle est accompagnée d’un contrôle routier massif ». Elle rappelle les effets sur la mortalité routière des premiers radars automatiques. « La vitesse moyenne a baissé et le nombre de tués par la même occasion a chuté de 41% sur la période allant de 2002 à 2009 qui correspond à la mise en place des radars automatiques ».Dans une lettre, Édouard Philippe assure que sur les 86 km qui ont fait l’objet de l’expérimentation, le nombre de morts et de blessés a baissé, passant de 27 accidents et 6 morts lorsque la vitesse était limité à 90km/h à 20 accidents et 3 morts lors de la limitation à 80km/h.

Mardi, à l’issue du conseil ministériel de sécurité routière, le gouvernement devrait annoncer d’autres  dispositifs comme par exemple le recours à des éthylotests antidémarrage pour les récidivistes.

Dans la même thématique

Back to school : recreation time at the college
5min

Société

Transidentité : en commission, les sénateurs adoptent la proposition de loi LR visant à encadrer la transition de genre des mineurs

La commission des affaires sociales du Sénat examinait, ce mercredi, une proposition de loi de la droite sénatoriale visant à encadrer les pratiques médicales dans la prise en charge des mineurs souffrant de dysphorie de genre. A l’origine, le texte visait à interdire le recours aux bloqueurs de puberté et à la chirurgie avant 18 ans. Un amendement adopté en commission est revenu sur la première interdiction.

Le

Current affairs question session with the government – Politics
5min

Société

Violences intrafamiliales : les députés et les sénateurs se mettent d’accord sur une proposition de loi sur les ordonnances de protection provisoire

Le 21 mai, 7 députés et 7 sénateurs se sont réunis en commission mixte paritaire pour examiner une proposition de loi, déposée par la députée Renaissance Emilie Chandler le 5 décembre dernier, renforçant l’ordonnance de protection provisoire et créant une ordonnance provisoire de protection immédiate. Une commission mixte paritaire conclusive qui a adopté le texte à l’unanimité : « Tout le monde est d’accord pour aller plus loin dans la protection, personne ne peut se satisfaire des femmes tuées en France », affirme Dominique Vérien, rapporteure du texte au Sénat.

Le

Lea, au premier jour de sa Vie
5min

Société

Périnatalité : « Infantiliser les femmes ne mène à rien de bon » selon la journaliste Renée Greusard

Le 14 mai dernier, la mission d’information sur l’avenir de la périnatalité auditionnait quatre journalistes spécialistes des questions de grossesse et de parentalité. Une audition qui a permis d’évoquer la question de la santé mentale durant le post-partum, l’information qui est faite autour et l’insuffisance des moyens alloués aux maternités.

Le