Loi anti-fessée : « Il n’y a aucune violence qui soit éducative » rappelle Adrien Taquet

Loi anti-fessée : « Il n’y a aucune violence qui soit éducative » rappelle Adrien Taquet

À quelques minutes du début de l’examen de la proposition de loi visant à interdire « les violences éducatives ordinaires », le secrétaire d'État, Adrien Taquet indique qu'il s'agit « d’un mouvement de société qu’il faut accompagner ».
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

« Il n’y a aucune violence qui soit éducative ou ordinaire. Le progrès des neurosciences permet de démontrer aujourd’hui qu’une fessée, une claque, des brimades, ont un impact à la fois sur le développement de l’enfant mais aussi sur sa santé et sur son estime de soi » a expliqué sur Public Sénat, le secrétaire d’État auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé, Adrien Taquet.

Déjà votée à l’Assemblée nationale, la proposition de loi visant à interdire « les violences éducatives ordinaires » (comme la fessée) devrait être adoptée, mardi soir, par les sénateurs (voir notre article).

« Au nom de l’intérêt supérieur de l’enfant, oui, nous devons accompagner les parents dans l’éducation de leurs enfants (…) C’est compliqué d’être parent » a répondu Adrien Taquet à ceux qui s’interrogent sur l’utilité de cette loi. En effet, selon la Fondation pour l'Enfance, 85% des parents français reconnaissent avoir eu recours à des violences dites éducatives.

Le texte ne prévoit pas de nouvelles sanctions pénales pour les parents adeptes de la fessée, mais inscrit dans le Code civil que « l'autorité parentale s'exerce sans violences physiques ou psychologiques ». « C’est un mouvement de société qu’il faut accompagner parce qu’un certain nombre d’adultes ont pu recevoir ce genre de méchantes claques de la part de leurs parents et avoir le sentiment en reproduisant ce qu’ils ont vécu que c’est nécessaire » a conclu Adrien Taquet.

 

Dans la même thématique

Loi anti-fessée : « Il n’y a aucune violence qui soit éducative » rappelle Adrien Taquet
3min

Société

Augmentation des frais de mandats des sénateurs : la mesure ne passe pas pour cet agent de la fonction publique territoriale

Considéré à tort comme un secteur protégé par la baisse générale du pouvoir d’achat en France, la fonction publique peine à augmenter les plus bas salaires. Si l’annonce de la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat a pu en soulager certains, elle ne concerne pas tous les agents territoriaux. Une décision jugée inégalitaire, injuste, et qui détonne avec la récente augmentation de 700€ des frais de mandats des sénateurs. Interrogé par Tâm Tran Huy dans l’émission Dialogue citoyen, Benjamin Rapicault, fonctionnaire territorial, dénonce cette disparité.

Le

Loi anti-fessée : « Il n’y a aucune violence qui soit éducative » rappelle Adrien Taquet
3min

Société

« Avec le Smic, je ne vis pas, je survis » témoigne une jeune mère de famille

Ils sont près de 3 millions de salariés français à être rémunérés au Smic. Un chiffre beaucoup trop important pour le Premier ministre Gabriel Attal, qui, lors de sa déclaration de politique générale le 30 janvier dernier, a affirmé vouloir « désmicardiser la France ». Selon les régions et les charges, les difficultés des personnes au Smic peuvent être très différentes. Sur le plateau de l’émission Dialogue Citoyen, deux jeunes femmes ont accepté de témoigner de leurs situations.

Le

Loi anti-fessée : « Il n’y a aucune violence qui soit éducative » rappelle Adrien Taquet
3min

Société

 « Femmes SDF, sans toit, ni droits » : un documentaire à voir sur Public Sénat

Elles se cachent pour échapper aux violences de la rue. On les voit peu, mais les femmes sont de plus en plus nombreuses à dormir dehors. C’est pour lancer un cri d’alerte sur leur situation que la sénatrice Agnès Evren s’est lancée dans une mission d’information sur les femmes sans-domicile. Public Sénat l’a suivie dans ses visites de terrain, à la rencontre de ces femmes, et de celles et ceux qui tentent de leur venir en aide.

Le

Paris : Ceremonie les Eclats
2min

Société

Violences sexuelles : le Sénat demande à Rachida Dati de mettre fin aux fonctions du président du CNC

Lors de son audition devant la délégation aux droits des femmes du Sénat, Judith Godrèche avait exprimé son incompréhension de voir maintenu Dominique Boutonnat à la tête du CNC, malgré sa mise en examen pour agression sexuelle. Le président de la commission de la Culture et la présidente de la délégation aux droits des femmes du Sénat viennent d’envoyer un courrier à Rachida Dati lui demandant de mettre fin aux fonctions du président du CNC.

Le