Loi sur le secret des affaires : une épée de Damoclès pour les lanceurs d’alerte et les journalistes ?

Loi sur le secret des affaires : une épée de Damoclès pour les lanceurs d’alerte et les journalistes ?

La proposition de loi protégeant le secret des affaires sera examinée par le Sénat, ce mercredi. Le texte est censé protéger les journalistes et les lanceurs d'alerte, mais pas assez pour certaines associations comme Anticor.
Alexandre Poussart

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

“L’agressivité des comportements, les intrusions, les cyber-attaques, sont devenus de plus en plus forts et menacent nos entreprises. L’Etat s’arme progressivement. Nous devons nous défendre”, estime Philippe Bas, président (LR) de la commission des Lois du Sénat.

La proposition de loi protégeant le secret des affaires sera examinée par le Sénat en séance publique ce mercredi. Ce texte, déposé par le député (LREM) Raphaël Gauvain et déjà adopté par l’Assemblée nationale, transpose une directive européenne de juin 2016 dont l’objectif est de protéger des savoir-faire et des informations commerciales non divulguées, dans un contexte de compétition économique mondialisée.

Une définition juridique du secret des affaires

Cette directive européenne, qui a mis des années à être adoptée, crée une définition juridique du secret des affaires. Ce secret concernera des informations, difficilement accessibles. Ces informations doivent avoir une valeur commerciale de par leur caractère secret. Le détenteur de ces informations doit avoir pris des mesures pour les garder secrètes. Toute personne ou entreprise qui volerait des informations concernées par ce secret serait condamnée à payer de lourds dommages et intérêts au détenteur du secret.

Une exception pour les journalistes et les lanceurs d’alerte

La directive européenne fait une exception pour les journalistes, les lanceurs d’alerte et les représentants des salariés d’une entreprise, et les administrations publiques. Si ces catégories sont poursuivies au nom du secret des affaires, le tribunal devra rejeter la plainte au nom de l’intérêt général des informations obtenues et divulguées. En commission, les sénateurs ont veillé à ce que le texte conserve la définition française du lanceur d’alerte, créée par la loi Sapin 2, et plus protectrice que la définition de la directive européenne.

Le Sénat supprime les sanctions pour procédures abusives

Les sénateurs ont supprimé en commission les sanctions prévues contre les attaques juridiques abusives lancées par certaines entreprises au nom du secret des affaires. Ces sanctions, ajoutées par l'Assemblée nationale, prévoyaient une amende civile à hauteur de 20% des dommages et intérêts réclamés par le plaignant auteur d'une procédure abusive. Cette amende devait dissuader les procédures dites baillons censées faire pression sur les journalistes et les lanceurs d'alerte. La droite sénatoriale a expliqué que l'amende pour procédure abusive, qui existe déjà dans le Code civil, n'est jamais prononcée par les juges.

“Les journalistes en position de défense” selon Eric Alt, d’Anticor

“Les journalistes et les lanceurs d’alerte se retrouveront toujours en position de défense pour démontrer au juge que la divulgation des faits a un intérêt général. S’ils n’y arrivent pas, cela leur coûtera très cher”, explique Eric Alt, magistrat et vice-président d’Anticor. “Ils auront toujours une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Le secret devient la règle et la transparence l’exception.” Selon le magistrat, certaines affaires comme le Mediator pourraient à l’avenir avoir du mal à être révélées : “tous les scandales de santé et d’environnement où des composants de fabrication sont divulgués entreraient dans le secret des affaires.”

“Pas d’étude d’impact de ces mesures” déplore Jacques Bigot

Les sénateurs communistes et socialistes ont voté contre le texte en commission. “Cette directive européenne est transposée dans le droit français par une proposition de loi, et non un projet de loi, pour éviter une étude d’impact. Ce n’est pas sérieux”, a déploré Jacques Bigot, sénateur socialiste, au même titre que la majorité des sénateurs. “De plus, les PME ne sont pas accompagnées pour protéger le secret de leurs affaires. Les grandes entreprises, elles, sauront protéger leurs informations.”

Dans la même thématique

Loi sur le secret des affaires : une épée de Damoclès pour les lanceurs d’alerte et les journalistes ?
4min

Société

« J’ai toujours été frappé par le degré de bienveillance dont je bénéficie », François Molins

Entre 2012 et 2018, une série d’attentats touche la France. Dans la tourmente, une voix rassurante émerge, celle de François Molins, procureur de la République. Pédagogie et sang-froid ont toujours été de mise dans ses prises de parole. Tant et si bien qu’un lien fort s’est construit entre les Français et lui. Comment a-t-il traversé ces moments de terreur ? Comment explique-t-il la sympathie des Français à son égard ? Cette semaine, François Molins est l’invité de Rebecca Fitoussi dans « Un Monde un Regard ».

Le

Loi sur le secret des affaires : une épée de Damoclès pour les lanceurs d’alerte et les journalistes ?
3min

Société

« Quand j’ai abordé les viols sur enfants, j’ai reçu beaucoup de courriers me traitant de rabat-joie », Mireille Dumas

Dans son émission « Bas les masques » ou encore « Vie privée, vie publique », Mireille Dumas a mis en lumière des parcours de vie peu écoutés, et pourtant loin d’être des cas isolés. Alors que les féminicides étaient qualifiés de « crimes passionnels », elle dénonçait déjà les violences perpétrées à l’encontre des femmes, des enfants et des minorités de genre. Quel regard porte-t-elle sur l’évolution de la société sur ces questions ? Comment explique-t-elle son intérêt pour les autres ? Cette semaine, Mireille Dumas est l’invitée de Rebecca Fitoussi dans « Un Monde un Regard ».

Le

Loi sur le secret des affaires : une épée de Damoclès pour les lanceurs d’alerte et les journalistes ?
6min

Société

Opérations « place nette XXL » contre la drogue : « Le but stratégique, c’est de couper les tentacules de la pieuvre », défend Darmanin

Devant la commission d’enquête du Sénat sur les narcotrafics, Gérald Darmanin a vanté le bilan des opérations antidrogues lancées ces derniers mois dans plusieurs villes de France. Le ministre de l’Intérieur assure qu’au-delà de « la guerre psychologique » menée contre les dealers, ce sont les réseaux dans leur ensemble qui sont impactés.

Le