Paris : International women s rights day

#Metoo : 150 personnalités réclament une « loi intégrale contre les violences sexuelles »

Ce mardi, Le Monde publie la tribune de près de 150 personnalités, notamment des actrices, appellent à la mise en place d’un ambitieux plan de lutte contre les violences sexuelles et sexistes. Un appel lancé alors qu’Emmanuel Macron a ouvert la voie à une évolution de la définition juridique du viol, pour y intégrer la notion de consentement. La présidente de la délégation sénatoriale aux droits des femmes réclame de son côté une meilleure formation de la police et de la justice.
Rose Amélie Becel

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

À l’initiative de la comédienne Anna Mouglalis, de la vice-présidente de l’association #metoomedia Muriel Réus et de la présidente de la Fondation des femmes Anne-Cécile Mailfert, 147 personnalités signent une tribune ce 14 mai dans Le Monde. Le texte, également publié sous forme de pétition par la Fondation des femmes, demande la mise en place d’une « loi intégrale contre les violences sexuelles et sexistes ».

Selon une étude de l’institut des politiques publiques, la part des classements sans suite pour des accusations de viol a augmenté, passant de 86 % en 2016 à 94 % en 2022. Un électrochoc pour les signataires de la tribune. « Nos prises de parole #metoo ont révélé une réalité plongée dans le déni : les violences sexistes et sexuelles sont systémiques, pas exceptionnelles. Pour autant, une affaire semble en chasser une autre, qui nous écoute vraiment ? », demandent-ils.

« La politique de lutte contre les violences sexuelles est une politique des petits pas »

« Sur la question du viol, une partie du travail a été fait mais il reste encore du chemin à parcourir », reconnaît Dominique Vérien, présidente de la délégation sénatoriale aux droits des femmes. Si elle comprend et partage les constats de la tribune, la sénatrice centriste ne défend pas l’idée d’une loi globale sur le sujet.

« J’ai toujours dit que cette politique de lutte contre les violences sexuelles était une politique des petits pas, au fur et à mesure de l’évolution de la société. La preuve c’est que, depuis la grande loi de Marlène Schiappa contre les violences sexuelles et sexistes, nous n’avons fait que revenir dessus car le compte n’y était pas », estime Dominique Vérien.

« Réclamer une grande loi, cela veut dire ne pas procéder à des avancées petit à petit pour finalement ne jamais mettre de moyens supplémentaires à leur mise en œuvre », explique de son côté la sénatrice centriste Annick Billon. L’ancienne présidente de la délégation aux droits des femmes reconnaît également l’intérêt d’une méthode des petits pas, qui a déjà permis d’intégrer dans la loi un seuil de non-consentement avant l’âge de 15 ans, une avancée obtenue en 2021, trois ans après la loi Schiappa.

« Sans moyens, une meilleure définition juridique du viol ne changera rien »

Pour améliorer le traitement des plaintes, le gouvernement explore pour le moment une autre piste : inclure dans la définition juridique du viol la notion de consentement. À l’Assemblée, un groupe de députés travaillent à l’élaboration d’un texte, qui pourrait être débattu d’ici la fin de l’année. « L’ajout du seul mot « consentement » dans la loi ne permettra pas de rattraper le retard abyssal de la France en la matière », dénoncent les signataires de la tribune.

Mais pour les deux sénatrices, le problème est ailleurs, la réduction du nombre de classements sans suite passe avant tout par la formation des personnels. « Sans moyens, une meilleure définition juridique du viol ne changera rien. Une fois que quelque chose est inscrit dans la loi, il faut des moyens pour que cela change réellement la vie des femmes. C’est la même réflexion que pour l’inscription de l’IVG dans la Constitution », défend Annick Billon. « Il faut former les policiers, les gendarmes et les magistrats pour qu’ils chaussent d’autres lunettes, qu’ils se placent davantage du côté des victimes dans le recueil de leurs témoignages et la collecte de preuves », ajoute Dominique Vérien.

L’examen d’un plan global n’est pour le moment pas d’actualité, mais les avancées se poursuivent au Parlement. Ce 14 mai, le Sénat examine une proposition de loi visant à allonger la durée de l’ordonnance de protection afin d’accorder plus durablement la protection aux femmes et enfants victimes de violences intrafamiliales. Le texte a déjà été adopté à l’unanimité à l’Assemblée nationale.

Dans la même thématique

Back to school : recreation time at the college
5min

Société

Transidentité : en commission, les sénateurs adoptent la proposition de loi LR visant à encadrer la transition de genre des mineurs

La commission des affaires sociales du Sénat examinait, ce mercredi, une proposition de loi de la droite sénatoriale visant à encadrer les pratiques médicales dans la prise en charge des mineurs souffrant de dysphorie de genre. A l’origine, le texte visait à interdire le recours aux bloqueurs de puberté et à la chirurgie avant 18 ans. Un amendement adopté en commission est revenu sur la première interdiction.

Le

Current affairs question session with the government – Politics
5min

Société

Violences intrafamiliales : les députés et les sénateurs se mettent d’accord sur une proposition de loi sur les ordonnances de protection provisoire

Le 21 mai, 7 députés et 7 sénateurs se sont réunis en commission mixte paritaire pour examiner une proposition de loi, déposée par la députée Renaissance Emilie Chandler le 5 décembre dernier, renforçant l’ordonnance de protection provisoire et créant une ordonnance provisoire de protection immédiate. Une commission mixte paritaire conclusive qui a adopté le texte à l’unanimité : « Tout le monde est d’accord pour aller plus loin dans la protection, personne ne peut se satisfaire des femmes tuées en France », affirme Dominique Vérien, rapporteure du texte au Sénat.

Le

Lea, au premier jour de sa Vie
5min

Société

Périnatalité : « Infantiliser les femmes ne mène à rien de bon » selon la journaliste Renée Greusard

Le 14 mai dernier, la mission d’information sur l’avenir de la périnatalité auditionnait quatre journalistes spécialistes des questions de grossesse et de parentalité. Une audition qui a permis d’évoquer la question de la santé mentale durant le post-partum, l’information qui est faite autour et l’insuffisance des moyens alloués aux maternités.

Le