Michelle Perrot : « Les féministes sont des légalistes, leur combat a toujours été mené par les lois »

Michelle Perrot : « Les féministes sont des légalistes, leur combat a toujours été mené par les lois »

« En histoire, qu’est-ce qu’on dit sur les femmes ? Rien ! ». C’est après avoir fait ce constat que Michelle Perrot a commencé sa carrière d’historienne spécialiste des femmes, devenant pionnière dans ce domaine. Cette semaine dans Livres & vous, Guillaume Erner reçoit celle qui préface Femmes et République, un récit sur la place des femmes dans la République en France depuis la Révolution, publié aux éditions de La Documentation française.
Public Sénat

Par Flora Mansiet

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Les femmes réclament le droit de vote depuis aussi longtemps que les hommes

Comment les femmes ont-elles pris part à la vie politique ? Quels combats ont-elles menés pour y arriver ? Le premier d’entre eux fut de pouvoir voter : « Les femmes réclament le droit de vote depuis aussi longtemps que les hommes, depuis la Révolution française » pointe l’historienne.
Pourtant, ce n’est qu’en 1944 que le Général de Gaulle leur octroie ce droit, presque cent ans après le suffrage universel masculin. Pourquoi demande Guillaume Erner ? « La République s’est fondée sur l’idée de la séparation entre sphère publique et sphère privée. Or, les femmes n’existaient que dans la sphère privée » explique Michelle Perrot.

Être députée ou sénatrice, les termes n’existaient même pas

Si elles obtiennent « le droit de choisir » leurs élus au milieu du XXe siècle, ont-elles pour autant la capacité à représenter ? « Non, être députée ou sénatrice, les termes n’existaient même pas », rappelle l’historienne qui pointe du doigt notamment les années 1960 et 70, période pendant laquelle « moins de 2 % de femmes siègent au Parlement ».
À cette époque, l’histoire des femmes est celle de leur combat pour leur corps. C’est d’ailleurs à ce moment que Simone Veil prononce son discours sur l’IVG en s’excusant de le faire « devant une Assemblée entièrement composée d’hommes ».

Le principe de la parité a fait effet au point de devenir une évidence

La question de la parité, et donc de la capacité des femmes à participer elles aussi à la politique, à la sphère publique, se pose enfin dans les années 1980-90 : « Comme à chaque fois, les féministes revendiquent un changement par la loi. Le mouvement féministe est un mouvement très légaliste » souligne l’historienne. Ce n’est qu’en 2000 que la parité est votée.


Ainsi, « petit à petit, le principe de la parité a fait effet au point de devenir une évidence. L’Histoire c’est ça, des choses qui étaient impensées et qui deviennent des évidences » conclut Michelle Perrot.

Retrouvez cette émission en replay ici

« Femmes et République », Michelle Perrot
, Editions de la Documentation Française

Dans la même thématique

Michelle Perrot : « Les féministes sont des légalistes, leur combat a toujours été mené par les lois »
6min

Société

Opérations « place nette XXL » contre la drogue : « Le but stratégique, c’est de couper les tentacules de la pieuvre », défend Darmanin

Devant la commission d’enquête du Sénat sur les narcotrafics, Gérald Darmanin a vanté le bilan des opérations antidrogues lancées ces derniers mois dans plusieurs villes de France. Le ministre de l’Intérieur assure qu’au-delà de « la guerre psychologique » menée contre les dealers, ce sont les réseaux dans leur ensemble qui sont impactés.

Le

Mobile phone with the website of the American artificial intelligence company OpenAI
8min

Société

Intelligence artificielle et fake news, un cocktail qui fait trembler nos démocraties

L’intelligence artificielle, qui est en train de révolutionner notre rapport et nos usages du numérique, est également devenue l’outil privilégié de la désinformation en ligne. Auditionnés par la commission d’enquête du Sénat sur les influences étrangères, les journalistes Thomas Huchon et Gérald Holubowicz balayent les champs d’application et les dérives de l’IA, une avancée technologique qui ne bouscule pas seulement notre cerveau, mais aussi nos systèmes démocratiques.

Le