Migrants dans les Alpes : faire face à l’urgence

Migrants dans les Alpes : faire face à l’urgence

Dans les Hautes-Alpes, des hommes et des femmes traversent chaque jour les cols montagneux à la frontière avec l’Italie, sans équipement et sans rien connaître des dangers la montagne. En six mois, plus de 2000 sans papiers ont été appréhendés dans la ville frontalière de Briançon, soit six fois plus que pour toute l’année précédente. Avec le sentiment d’avoir été abandonnés par les pouvoir publics, les habitants de la vallée s’organisent pour venir en aide à ces migrants en détresse, au risque de devoir faire face à la justice.
Public Sénat

Par Amélia Morghadi

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Pendant de longs mois, la vallée de Roya, aux portes l'Italie a été le chemin d'accès privilégié des migrants. Aujourd'hui les contrôles répétés, ont dérouté le flux migratoire. Redoutant la police, les migrants empruntent un chemin plus au nord qui passe par Briançon, le col de Montgenèvre et le col de l’Échelle.

Frontière France/Italie

Des opérations de sauvetages

Mais lorsque l’on n’est pas préparé, la montagne est hostile. Sans équipement, et avec des températures atteignant régulièrement les - 10 degrés en hiver, les migrants se mettent en danger. C’est le cas de Mamadou. Chaussé d'une simple paire de basket il a traversé la montagne, et y a perdu un pied. « On a été complètement gelé, la nuit est tombée, on n’arrivait pas à avancer : on avait de la neige jusqu’au ventre » témoigne-t-il.

Chaque nuit, ils seraient entre 30 et 70 à tenter de rejoindre la France par ces chemins escarpés. Des habitants ont décidé de leur porter secours. Dès la tombée du jour, en voiture, ils arpentent les routes du col de Montgenèvre à la recherche des hommes, femmes, enfants frigorifiés. Vêtements chauds, nourriture, une fois la première urgence réglée, direction la caserne toute proche un lieu d'accueil improvisé, mais à l'abri du froid.

Sauvetage de migrants dans les Alpes
03:19

Contrôles policiers et sanctions

Des habitants qui risquent des poursuites. Aider des personnes en situation irrégulière à entrer sur le territoire français est passible de 5 ans d'emprisonnement et de 30 000 euros. Benoît Ducos, bénévole de l'association « Tous migrants » l'a appris à ses dépens. En mars 2018, l’ancien secouriste pisteur, rencontre lors d’une de ses veilles de nuits, au milieu d’une tempête de neige, un groupe de six migrants nigérians. Une femme enceinte de 8 mois et demi est en état de profonde souffrance, il décide donc de les conduire jusqu’à l’hôpital de Briançon, avant de se faire arrêter par la police.

 

« Il faut dénoncer l’absurdité de certaines situations sur les cols autour de Briançon » - Benoît Ducos -

Aide entravée, et difficulté à faire valoir ses droits. Pour le sénateur de l'Isère (CRCE) Guillaume Gontard, les agents de police éconduisent les migrants, sans les informer de leurs droits, et sans leur permettre d'entamer les démarches nécessaires à l'établissement d'un titre de séjour provisoire. Et il en veut pour preuve les registres vides de certains postes frontières, où pourtant les migrants affluent : « On ne leur permet pas de le faire, parce que s’ils font cette demande d’asile, ils ont le droit à un jour franc, à une prise en charge, un avocat… » se désole le sénateur. La préfète Cécile Bigot-Dekeyzer quant à elle assure que « toute personne qui est en situation de détresse en montagne est secourue [...] il n’y a pas de différences » avant d'ajouter que l'aide aux migrants « conforte les réseaux de passeurs »

Plusieurs associations, aidées par Gaëlle Mathieu, avocate, ont lancé une procédure contre la préfecture des Hautes-Alpes pour violation et manquement aux droits de l’Homme. Plus tôt dans l'année, le tribunal de Nice a condamné le préfet des Alpes-Maritimes pour les mêmes raisons.

Les associations, elles, demandent une aide massive de l'état afin de faire face à cette crise sans précédent.

Contrôles policiers à la frontière franco-italienne
01:56

 

Retrouvez "C'est vous la France" - Les Alpes : le nouveau front de la migration le mercredi 25 avril à 23h, le vendredi 27 avril à 19h, et le samedi 28 avril à 16h.

Dans la même thématique

permis
8min

Société

Permis de conduire : le projet de loi européen visant à mettre fin au permis à vie cristallise les tensions

Un projet de loi européen, qui sera soumis au vote du Parlement fin février et porté par la députée européenne écologiste française Karima Delli, propose de modifier la directive européenne sur la durée de validité du permis de conduire en fixant notamment une visite médicale obligatoire à l’obtention du permis, puis tous les 15 ans. A partir de 70 ans en revanche, la mesure est renforcée par un contrôle tous les 5 ans. Objectif ? « Zéro mort » sur les routes à l’horizon 2050.

Le

Paris 2024 Girl practicing sports in front of the Paris Town Hall
9min

Société

Ethique dans le sport : « Il faut se donner des ambitions budgétaires et politiques » demande Marie-George Buffet

Violences sexistes et sexuelles (VSS), discriminations, scandales de corruption, affrontements entre supporters. Ces dernières années, le monde sportif n’a pas été épargné par les scandales à répétition. Interrogés par les sénateurs, Marie-George Buffet et Stéphane Diagana, co-présidents du comité national pour renforcer l’éthique et la vie démocratique dans le sport, ont souligné l’importance de se donner des « ambitions budgétaires et politiques ».

Le

Paris: C215 expo Parti Communiste
10min

Société

Missak Manouchian au Panthéon : « Une certaine idée de la nation française et de notre histoire »

Missak Manouchian et sa femme Mélinée font leur entrée ce mercredi 21 février au Panthéon, 80 ans après avoir été fusillé au Mont-Valérien. De survivant au génocide arménien à symbole de la résistance étrangère, la panthéonisation de Manouchian est aussi le fruit d’un débat historique nourri partagé entre les défenseurs d’un attachement viscéral à l’Histoire et la reconnaissance d’un symbole au-delà d’une personne, d’un couple, d’une histoire.

Le

Paris IVG illustrations –  dans un centre d’orthogenie
4min

Société

IVG : qu’est-ce que la clause de conscience ?

Une partie de la droite sénatoriale est opposée à la rédaction proposée par l’exécutif pour introduire dans la Constitution la « liberté garantie » de la femme à mettre fin à sa grossesse. Certains élus LR y voient la création « d’un droit opposable » aux médecins qui ne souhaiteraient pas pratiquer l’IVG, et invoquent leur clause de conscience. Qu’est-ce que c’est ?

Le