Narcotrafic et  lutte contre la corruption : « Il y a un problème de formation des policiers, des magistrats, de l’ensemble de la chaîne pénale »

Auditionnée par la Commission d’enquête sur les narcotrafics, Isabelle Jegouzo, directrice de l’Agence française anticorruption, a donné un aperçu du fonctionnement de la lutte contre la corruption d’un point de vue administratif.
Henri Clavier

Temps de lecture :

5 min

Publié le

Mis à jour le

« Entre 2016 et 2021, on observe une augmentation de 40 % du nombre d’affaires de corruption, il y a plusieurs causes, peut-être que ces phénomènes sont mieux détectés et moins acceptés, mais aussi qu’il y en a plus qu’avant », rapporte Isabelle Jegouzo, directrice de l’Agence française anticorruption (AFA). Alors que les actes de corruption sont de plus en plus nombreux, l’Indice de Perception de la corruption de Transparency Watch fait état d’un recul du score de la France et pointe l’absence de politique publique de lutte contre la corruption.

C’est pourtant cette dimension qui a motivé la création de l’AFA en 2016, par la loi Sapin II. La loi pose notamment plusieurs obligations pour les entreprises et les administrations publiques. L’AFA est chargée de coordonner l’action publique dans la lutte contre la corruption et contrôle la mise en place des dispositifs de détection et de prévention de la corruption prévues par la loi Sapin. « Nous n’avons pas de pouvoir d’enquête, seulement des moyens administratifs », explique Isabelle Jegouzo même si l’AFA peut « vérifier sur pièce et sur place les dispositifs et comment ils fonctionnent ».

 « Il faut que [le lien avec la criminalité] soit une des priorités du prochain plan national de lutte contre la corruption »

Si la création de l’AFA visait, en 2016, la corruption financière, l’agence tente désormais de prendre en compte les évolutions du recours à la corruption en France. « Ce sujet du lien entre corruption et criminalité me semble être une priorité, il faut que cela soit une des priorités du prochain plan national de lutte contre la corruption », affirme Isabelle Jegouzo. Le plan national de lutte contre la corruption doit permettre de coordonner les actions des différents services de l’administration sur la période 2024-2027.

Malgré ces intentions, et alors qu’une étude eurobaromètre de 2022 explique que 64 % des Français considèrent que la corruption est un phénomène répandu en France, l’agence n’a pas encore adapté son action aux liens existant entre corruption et criminalité et plus particulièrement le crime organisé. « Nous n’avons, jusqu’à maintenant, fait aucun contrôle sur le sujet spécifique de la criminalité et de la corruption », explique la directrice de l’agence. « Il y a une prise de conscience dans les administrations régaliennes, elles sont en première ligne, on est en train de découvrir avec inquiétude que cela peut exister en France », continue Isabelle Jegouzo. Une évolution de fond puisqu’une étude du ministère de l’intérieur montre que la corruption est plus présente dans le secteur public (68 % des actes).

 « A la source de nombreuses affaires de stupéfiants, il y a souvent de la corruption »

La corruption des agents publics est particulièrement recherchée par le crime organisé, largement à l’origine du narcotrafic en France et en Europe. « A la source de nombreuses affaires de stupéfiants, il y a souvent de la corruption, mais ces phénomènes ne sont pas toujours identifiés en tant que tels et poursuivis pour des actes de corruption », souligne Isabelle Jegouzo. Si le phénomène est endémique, la qualification pénale de corruption est souvent exclue, en particulier dans les affaires de trafics de stupéfiants. En effet, en l’absence de policiers et de magistrats spécialisés dans les affaires de corruption, la qualification pénale de complicité de trafic de stupéfiants est généralement plus propice. « La difficulté de ce type de contentieux, c’est que c’est assez technique, c’est un phénomène, par définition, caché et donc difficile à caractériser », explique Isabelle Jegouzo, « il y a un problème de formation des policiers, des magistrats, de l’ensemble de la chaîne pénale, les enquêteurs spécialisés en matière de stupéfiants ne vont pas forcément chercher à caractériser la corruption ». Interrogé par les sénateurs Etienne Blanc (LR) et Guy Benarroche (écologiste) sur les éventuelles modifications à apporter pour clarifier la loi et faciliter les qualifications, la directrice de l’agence insiste davantage sur le renforcement des moyens d’enquête. « Les qualifications pénales sont stabilisées, je ne pense pas qu’il y ait grand-chose à bouger », juge Isabelle Jegouzo qui cible plutôt le renforcement des techniques spéciales d’enquêtes (sonorisation, filature etc) comme levier efficace.

Un phénomène en mutation

 « Il nous semble [que la lutte contre la corruption] est une priorité en termes de confiance dans l’action publique », rappelle la directrice de l’AFA qui souligne également une prise de conscience au sein des douanes, de l’Inspection générale de la police nationale ou de l’Inspection générale de la gendarmerie nationale. Une prise de conscience qui découle d’une évolution des cibles des actes de corruption. Isabelle Jegouzo pointe une augmentation de la « corruption de basse intensité, du quotidien », qui n’implique pas nécessairement de grosses sommes et ne vise pas non plus le haut de la hiérarchie. « Ce qui est très important, ce sont les mécanismes d’alerte interne » aux administrations, souligne Isabelle Jegouzo. Enfin, la directrice de l’AFA rapporte une forme de corrélation entre corruption et zones géographiques d’entrée de la drogue, notamment dans les zones insulaires ou portuaires.

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

Paris: The senate vote on an amendment of a government plan to enshrine the “freedom” to have an abortion in the French Constitution
4min

Société

IVG dans la Constitution : qu’est-ce que ça va changer ?

Députés et sénateurs réunis en Congrès s’apprêtent à réviser la Constitution pour y inscrire la liberté d’avoir recours à une IVG. Pendant les débats parlementaires, une partie des sénateurs de droite s’est inquiétée de voir inscrit dans le texte fondamental, l’expression « liberté garantie à la femme d’avoir recours à une interruption volontaire de grossesse ». Quelles seront les effets de cette révision constitutionnelle ?

Le

Narcotrafic et  lutte contre la corruption : « Il y a un problème de formation des policiers, des magistrats, de l’ensemble de la chaîne pénale »
3min

Société

Augmentation des frais de mandats des sénateurs : la mesure ne passe pas pour cet agent de la fonction publique territoriale

Considéré à tort comme un secteur protégé par la baisse générale du pouvoir d’achat en France, la fonction publique peine à augmenter les plus bas salaires. Si l’annonce de la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat a pu en soulager certains, elle ne concerne pas tous les agents territoriaux. Une décision jugée inégalitaire, injuste, et qui détonne avec la récente augmentation de 700€ des frais de mandats des sénateurs. Interrogé par Tâm Tran Huy dans l’émission Dialogue citoyen, Benjamin Rapicault, fonctionnaire territorial, dénonce cette disparité.

Le

Narcotrafic et  lutte contre la corruption : « Il y a un problème de formation des policiers, des magistrats, de l’ensemble de la chaîne pénale »
3min

Société

« Avec le Smic, je ne vis pas, je survis » témoigne une jeune mère de famille

Ils sont près de 3 millions de salariés français à être rémunérés au Smic. Un chiffre beaucoup trop important pour le Premier ministre Gabriel Attal, qui, lors de sa déclaration de politique générale le 30 janvier dernier, a affirmé vouloir « désmicardiser la France ». Selon les régions et les charges, les difficultés des personnes au Smic peuvent être très différentes. Sur le plateau de l’émission Dialogue Citoyen, deux jeunes femmes ont accepté de témoigner de leurs situations.

Le