Nouveau groupe Alstom-Siemens : l’actionnaire allemand aura le contrôle stratégique

Nouveau groupe Alstom-Siemens : l’actionnaire allemand aura le contrôle stratégique

Le Sénat a auditionné, ce jeudi, le PDG d’Alstom, Henri Poupart-Lafarge, sur la fusion avec Siemens. Le groupe allemand, actionnaire majoritaire, prendra les décisions stratégiques et la direction française gérera le quotidien.
Alexandre Poussart

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

« Je ne crois pas une seule seconde que les décisions de Siemens, dans le nouveau groupe Alstom-Siemens, soient dictées par sa nationalité allemande », a expliqué, ce jeudi au Sénat, le PDG d’Alstom, Henri Poupart-Lafarge. Il était auditionné par les sénateurs, sur la fusion du groupe ferroviaire français avec son concurrent allemand.

Annoncée fin septembre 2017, l’opération a pour but de rattacher la branche transports de groupe Siemens à Alstom pour former un nouveau groupe, leader européen du ferroviaire. Le siège de cette nouvelle entreprise resterait en France, à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) mais le groupe allemand en deviendrait l’actionnaire principal.

Stratégie allemande, gestion française

Fusion Alstom-Siemens : l'actionnaire allemand aura le contrôle stratégique
01:04

Face aux inquiétudes des sénateurs sur le maintien des sites en France, le PDG d’Alstom s’est voulu rassurant : « Siemens, en tant qu’actionnaire majoritaire, prendra les grandes décisions stratégiques, mais la direction française décidera du maintien de certains sites et assurera la gestion quotidienne du groupe. »

L’Etat français ne sera pas au capital

Martial Bourquin, sénateur socialiste du Doubs et rapporteur de la mission d’information sur Alstom, a interrogé le PDG sur la présence de l’Etat au sein du futur groupe, qui n’est pas souhaité par Siemens. « Que l’Etat possède 5% ou 10% d’Alstom-Siemens ne servirait à rien. L’Etat aura forcément une influence sur notre activité puisque toutes commandes sont publiques », a expliqué Henri Poupart-Lafarge.

Dans l’accord entre les deux groupes, les emplois en France doivent être garantis pendant quatre ans.

Dans la même thématique

Paris 2024 Girl practicing sports in front of the Paris Town Hall
7min

Société

Jeux Olympiques 2024, le défi de l’acceptabilité 

A un peu plus d’un an du lancement des Jeux Olympiques 2024 à Paris, le passage de la phase stratégique à la phase opérationnelle de l’événement suscite quelques inquiétudes. La maîtrise des dépenses, l’accessibilité aux événements et la capacité à impliquer un public varié détermineront assez largement le succès de la compétition sportive.

Le

Nouveau groupe Alstom-Siemens : l’actionnaire allemand aura le contrôle stratégique
8min

Société

Plan logement d’Elisabeth Borne : la déception des acteurs du secteur, comme des parlementaires

La Première ministre a présenté ce lundi le plan du gouvernement pour répondre à la « crise du logement. » Assumant ne pas avoir de « mesure magique » pour le secteur, Elisabeth Borne a voulu miser sur « l’efficacité de la dépense publique. » Une réponse insuffisante pour l’ensemble des acteurs du secteur, des professionnels du bâtiment aux parlementaires de tous bord, en passant par les associations.

Le

Nouveau groupe Alstom-Siemens : l’actionnaire allemand aura le contrôle stratégique
4min

Société

Immigration : Sacha Houlié confirme que les titres de séjour pour les métiers en tension « seront dans le texte »

Alors que les LR en ont fait une « ligne rouge », Sacha Houlié réaffirme que les titres de séjour pour les métiers en tension figureront bien dans le prochain texte sur l’immigration. Le président de la commission des Lois estime qu’un accord avec LR est tout de même possible, tout en rejetant leur proposition de loi constitutionnelle, tout en évoquant une potentielle discussion avec la gauche sur le sujet. Une équation parlementaire particulièrement complexe.

Le

Moon Sets Behind SLS at the Kennedy Space Center, Florida – 15 Jun 2022
9min

Société

Espace : un rapport du Sénat se penche sur les enjeux de l’exploitation des « ressources extraterrestres »

Dans un rapport, les sénatrices Christine Lavarde et Vanina Paoli-Gagin mettent en lumière « l’enjeu de l’exploitation des ressources spatiales » dans sa dimension économique et géopolitique. Alors que les Etats-Unis et la Chine sont dans une « course au spatial », les sénatrices appellent à « assumer » le principe de l’exploitation de la Lune et de Mars et appellent les Européens à « passer à l’action ».

Le