« On m’a brûlé mes vêtements, on m’a pissé dessus, on m’a frappé », enfant Pascal Légitimus révèle avoir subi du racisme

Les inconnus, c’est trois humoristes et 180 sketchs entre 1984 et 1993, dont certains ont traversé les générations et dépassent aujourd’hui les 10 millions de vues sur YouTube. Leur secret ? « Reconstituer la réalité un tout petit peu déformée » confie Pascal Légitimus interviewé par Rebecca Fitoussi. Dans un monde un regard il se confie sur sa vision de l’humour et son rapport aux critiques et au racisme.
Public Sénat

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Plus qu’un humoriste, Pascal Légitimus connait la scène par cœur. Successivement, comédien, scénariste, metteur en scène puis réalisateur ; il sait provoquer le rire chez le spectateur, mais avec toujours la même idée en tête, observer le monde avec un œil critique tout en mettant le doigt sur une de nos contradictions. « Pour tous les sketchs [des inconnus] que l’on a faits, on a reconstitué la réalité en un tout petit peu déformée, il y a un petit côté clownesque, mais ce que l’on restitue, c’est un point de vue » raconte-t-il. Et si certains pensent qu’on ne peut plus rire de tout, Pascal Légitimus défend le contraire : « Je pense qu’on peut rire de tout, mais c’est la manière qu’il faut changer, c’est le vecteur, c’est la forme, c’est le paquet cadeau. Moi, j’ai fait un sketch sur Daech il y a cinq ans, je l’ai même testé en Tunisie, ça a très bien marché parce qu’il y avait un personnage, un contexte et ça a fait du bien » explique-t-il.« Les blagues qui sont nulles, mal faites, mêmes vulgaires, il faut les éliminer »Celui qui a fait ses débuts à la télévision dans l’émission, « Le petit théâtre de Bouvard » ne regrette pas un seul de ces sketchs. Il revient d’ailleurs sur un des sketchs des inconnus les plus connus, celui des infirmières antillaises : « C’est un hommage aux aides-soignants en ce qui me concerne. Quand je restitue avec mes camarades, qui font un black face pour eux, en ce qui les concerne, pour moi, c’est un hommage à toute une partie de ma famille, c’est générationnel, c’est un hommage aux Antillais qui ne sont pas souvent représentés, c’est ce qu’on appelle la diversité » soutient-il. Pour le comédien, le black face n’est pas toujours condamnable : « Si c’est drôle et intelligent oui, mais si c’est mal fait évidemment… Les blagues qui sont nulles, mal faites, mêmes vulgaires, il faut les éliminer ».

« Comment peut-on reprocher à quelqu’un ce qu’il n’a pas choisi d’être ? » - Pascal Légitimus
Même si l’humour des inconnus a fait l’unanimité, les trois comédiens n’ont pas été à l’abri des critiques. Pascal Légitimus fait partie de ceux qui dénoncent cette attitude de politiquement correct : « Le problème ce n’est pas forcément les critiques, ce sont les décideurs qui prennent en compte ces critiques. Ils ont peur, comme ça a toujours été. La France est le pays du politiquement correct parce qu’on a peur de tout. On a peur de ne pas manger, d’arriver en retard, de ne pas être aimé. La France est l’un des pays les plus peureux au monde, c’est le pays qui a le plus de pharmacies au m2 et le premier consommateur d’anxiolytiques ». A la différence de ses compagnons de planches, Pascal Légitimus a subi tout au long de sa carrière du racisme. Il a appris à ignorer ces commentaires : « Comment peut-on reprocher à quelqu’un ce qu’il n’a pas choisi d’être ? On ne choisit pas d’être arabe, juif, aveugle, handicapé, chinois. Je n’ai pas choisi d’être métis alors pourquoi on me le reproche ? Les gens qui sont racistes qui critiquent sur l’apparence sont des gens qui ne sont pas très intéressants » balaye-t-il.Victime de racisme depuis l’enfance.Depuis son jeune âge, l’humoriste révèle avoir subi des violences liées à sa couleur de peau : « Dans les années 70, c’était chaud » lance-t-il. « Je pense qu’il y avait beaucoup d’enfants qui étaient mal éduqués. Ils ne voyaient pas l’humain. On m’a brûlé mes vêtements, on m’a pissé dessus, on m’a frappé. J’ai subi beaucoup de choses, mais ça m’a forgé. Je ne suis pas rancunier, je n’ai pas de haine » raconte-t-il. De ces violences il a tiré une force, et des sketchs toujours actuels. Des sketchs cultes avec Didier Bourdon et Bernard Campan qui ont récemment été repris par une soixantaine d’humoristes, comédiens et chanteurs dans une émission intitulée « Tous inconnus » sur TF1. Un bel hommage qui témoigne de l’héritage de ces trois humoristes.

Dans la même thématique

« On m’a brûlé mes vêtements, on m’a pissé dessus, on m’a frappé », enfant Pascal Légitimus révèle avoir subi du racisme
3min

Société

Augmentation des frais de mandats des sénateurs : la mesure ne passe pas pour cet agent de la fonction publique territoriale

Considéré à tort comme un secteur protégé par la baisse générale du pouvoir d’achat en France, la fonction publique peine à augmenter les plus bas salaires. Si l’annonce de la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat a pu en soulager certains, elle ne concerne pas tous les agents territoriaux. Une décision jugée inégalitaire, injuste, et qui détonne avec la récente augmentation de 700€ des frais de mandats des sénateurs. Interrogé par Tâm Tran Huy dans l’émission Dialogue citoyen, Benjamin Rapicault, fonctionnaire territorial, dénonce cette disparité.

Le

« On m’a brûlé mes vêtements, on m’a pissé dessus, on m’a frappé », enfant Pascal Légitimus révèle avoir subi du racisme
3min

Société

« Avec le Smic, je ne vis pas, je survis » témoigne une jeune mère de famille

Ils sont près de 3 millions de salariés français à être rémunérés au Smic. Un chiffre beaucoup trop important pour le Premier ministre Gabriel Attal, qui, lors de sa déclaration de politique générale le 30 janvier dernier, a affirmé vouloir « désmicardiser la France ». Selon les régions et les charges, les difficultés des personnes au Smic peuvent être très différentes. Sur le plateau de l’émission Dialogue Citoyen, deux jeunes femmes ont accepté de témoigner de leurs situations.

Le

« On m’a brûlé mes vêtements, on m’a pissé dessus, on m’a frappé », enfant Pascal Légitimus révèle avoir subi du racisme
3min

Société

 « Femmes SDF, sans toit, ni droits » : un documentaire à voir sur Public Sénat

Elles se cachent pour échapper aux violences de la rue. On les voit peu, mais les femmes sont de plus en plus nombreuses à dormir dehors. C’est pour lancer un cri d’alerte sur leur situation que la sénatrice Agnès Evren s’est lancée dans une mission d’information sur les femmes sans-domicile. Public Sénat l’a suivie dans ses visites de terrain, à la rencontre de ces femmes, et de celles et ceux qui tentent de leur venir en aide.

Le

Paris : Ceremonie les Eclats
2min

Société

Violences sexuelles : le Sénat demande à Rachida Dati de mettre fin aux fonctions du président du CNC

Lors de son audition devant la délégation aux droits des femmes du Sénat, Judith Godrèche avait exprimé son incompréhension de voir maintenu Dominique Boutonnat à la tête du CNC, malgré sa mise en examen pour agression sexuelle. Le président de la commission de la Culture et la présidente de la délégation aux droits des femmes du Sénat viennent d’envoyer un courrier à Rachida Dati lui demandant de mettre fin aux fonctions du président du CNC.

Le