Paris polluée : ça fait 60 ans que ça dure !

Paris polluée : ça fait 60 ans que ça dure !

Depuis plusieurs jours, Paris et d’autres villes françaises sont plongées dans un nuage de pollution. A quand remonte la prise de conscience liée aux dangers de la pollution ? A travers l’histoire récente comment gouvernement et citoyens ont fait face ? C'est le sujet de L'info dans le rétro cette semaine, avec nos deux invités Brice Lalonde, ancien ministre de l’Environnement et Grégory Quenet, historien et spécialiste de l’environnement.
Public Sénat

Par Julie Philippe

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

L’image est belle. Teintée de nostalgie.  On y voit des enfants courant devant les locomotives à vapeur. Mais déjà dans les années 1950, émerge la prise de conscience de l’existence d’une pollution atmosphérique dans les villes. On y dénonce avant tout les odeurs et la poussière générées par les usines qui sont au cœur des villes. Elle s’accompagne de la mise en place d’instituts de contrôle, et des premières mesures de la qualité de l’air.

L’impact de l’automobile sur la pollution atmosphérique ne commencera toutefois à être pris en considération qu’à partir des années 1970.Bien que le président de la République d’alors, Georges Pompidou, souhaite adapter la ville à l’automobile, des manifestations contre la « bagnole », commencent à se multiplier. C’est le cas en 1974, où des centaines de cyclistes affluent au pied de la Tour Eiffel, pour réclamer plus de moyens pour les transports collectifs et l’installation de pistes cyclables.

Améliorer la qualité de l’air est possible

Mais à l’époque, la pollution qui inquiète ce sont les pluies acides, mélange d’acide sulfurique et nitrique. « Les statues de la place de la Concorde fondaient en raison de ces pluies », rappelle Brice Lalonde. Pour contrer cette pollution, un panel de mesures est pris, note le militant écologique : pots catalytiques, essence sans plomb, directives européennes... Des actions qui portent leurs fruits : la qualité de l’air s’améliore significativement, preuve que l’on peut agir sur l’environnement avec efficacité.

Interrogé sur les dernières mesures annoncées par Ségolène Royal pour lutter contre la pollution atmosphérique des villes et le retour de la pastille verte, une mesure prise déjà dans les années 90. Grégory Quénet historien et spécialiste de l’environnement tempère « L’écologie c’est bien plus que les pastilles vertes, c’est l’ensemble des décisions d’aménagement et d’organisation de l’espace et de la société. »

Dans la même thématique

Paris 2024: Preparations, Ile-De-France, France – 23 Jul 2024
8min

Société

Jeux Olympiques : une étude donne la France 3ème au classement des médailles

Le dernier rapport de prévision de l’institut Gracenote Nielsen prédit une performance historique aux JO de Paris pour la délégation française. L’Hexagone, favorisé par son statut de pays hôte des Jeux, pourrait terminer 3ème au tableau des médailles, derrière la Chine et les Etats-Unis.

Le

FRA : ASSEMBLEE : QUATRE COLONNES
6min

Société

Respect du pluralisme dans les médias : « Les critères de l’Arcom sont flous et contradictoires », selon François Jost

Six mois après la décision du Conseil d’Etat demandant à l’Arcom de renforcer son contrôle en matière de respect du « pluralisme et d’indépendance de l’information » par la chaîne CNews, le gendarme de l’audiovisuel s’appuiera désormais sur un faisceau d’indices, il appréciera « s’il y a eu un « déséquilibre manifeste et durable dans l’expression des courants de pensée et d’opinion ».

Le