Passage de Quentin Bataillon à TPMP : « C’est dramatique pour la démocratie »

Après le passage de Quentin Bataillon, président de la commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur l’attribution des ondes TNT, sur TPMP, des réactions indignées se font entendre de tous les côtés. Le président du groupe écologiste au Sénat Guillaume Gontard demande sa démission de la présidence de la commission d’enquête.
Mathilde Nutarelli

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Hier soir, le député Renaissance Quentin Bataillon, président de la commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur l’attribution des ondes TNT, est passé dans l’émission de Cyril Hanouna « Touche pas à mon poste », plusieurs fois sanctionnée par l’Arcom. Ce dernier a été entendu par les membres de la commission d’enquête le 14 mars dernier. Sur le plateau de C8, le député a ouvertement critiqué Yann Barthes, présentateur de l’émission Quotidien, entendu par la commission d’enquête le 27 mars, alors même que ses auditions ne sont pas terminées et que son rapport n’est pas encore écrit.

« C’est quelque chose de particulièrement grave »

Cette séquence a choqué, de tous les côtés. « Pour moi ce n’est pas une polémique, c’est quelque chose de particulièrement grave », a affirmé au micro de Public Sénat Guillaume Gontard, président du groupe écologiste du Sénat, « une commission d’enquête, c’est quelque chose d’important qui doit être fait avec sérieux, avec détachement, avec indépendance. Ce qui a été fait, c’est dramatique pour la démocratie, pour le travail parlementaire ».

Quentin Bataillon rappelé à l’ordre

Quentin Bataillon a été rappelé à l’ordre dans ses propres rangs : par Sylvain Maillard, président du groupe Renaissance à l’Assemblée nationale, et par Yaël Braun-Pivet, présidente de l’Assemblée. Dans un communiqué, cette dernière a rappelé que le président d’une commission d’enquête devait faire preuve de « réserve et de discernement dans [ses] prises de position et [ses] expressions publiques, afin de garantir la sérénité des travaux et la crédibilité des investigations », sans pour autant demander de sanction envers le député.

Pourtant, le mal est fait. La suite des travaux de la commission d’enquête semble compromise, d’autant que son rapporteur, le député Insoumis Aurélien Saintoul, demande la démission de Bataillon dans un communiqué, où il dénonce la volonté de ce dernier de « préempter le travail du rapporteur et instiller le doute sur la qualité du rapport encore à écrire ». Guillaume Gontard a formulé la même demande : « Il doit tirer les conséquences et se retirer de cette commission d’enquête ». « Aujourd’hui, cette commission d’enquête n’a plus aucune valeur », a-t-il ajouté, « La question de l’indépendance d’un président d’une commission d’enquête qui se rend dans une chaîne dont le propriétaire fait l’objet de cette commission d’enquête se pose. La coupe est pleine ». Le député s’est défendu le 3 avril dans l’Opinion, en affirmant avoir voulu faire preuve de “pédagogie”.

Dans la même thématique

Passage de Quentin Bataillon à TPMP : « C’est dramatique pour la démocratie »
4min

Société

« J’ai toujours été frappé par le degré de bienveillance dont je bénéficie », François Molins

Entre 2012 et 2018, une série d’attentats touche la France. Dans la tourmente, une voix rassurante émerge, celle de François Molins, procureur de la République. Pédagogie et sang-froid ont toujours été de mise dans ses prises de parole. Tant et si bien qu’un lien fort s’est construit entre les Français et lui. Comment a-t-il traversé ces moments de terreur ? Comment explique-t-il la sympathie des Français à son égard ? Cette semaine, François Molins est l’invité de Rebecca Fitoussi dans « Un Monde un Regard ».

Le

Passage de Quentin Bataillon à TPMP : « C’est dramatique pour la démocratie »
3min

Société

« Quand j’ai abordé les viols sur enfants, j’ai reçu beaucoup de courriers me traitant de rabat-joie », Mireille Dumas

Dans son émission « Bas les masques » ou encore « Vie privée, vie publique », Mireille Dumas a mis en lumière des parcours de vie peu écoutés, et pourtant loin d’être des cas isolés. Alors que les féminicides étaient qualifiés de « crimes passionnels », elle dénonçait déjà les violences perpétrées à l’encontre des femmes, des enfants et des minorités de genre. Quel regard porte-t-elle sur l’évolution de la société sur ces questions ? Comment explique-t-elle son intérêt pour les autres ? Cette semaine, Mireille Dumas est l’invitée de Rebecca Fitoussi dans « Un Monde un Regard ».

Le

Passage de Quentin Bataillon à TPMP : « C’est dramatique pour la démocratie »
6min

Société

Opérations « place nette XXL » contre la drogue : « Le but stratégique, c’est de couper les tentacules de la pieuvre », défend Darmanin

Devant la commission d’enquête du Sénat sur les narcotrafics, Gérald Darmanin a vanté le bilan des opérations antidrogues lancées ces derniers mois dans plusieurs villes de France. Le ministre de l’Intérieur assure qu’au-delà de « la guerre psychologique » menée contre les dealers, ce sont les réseaux dans leur ensemble qui sont impactés.

Le