Paris: Senate pension debat

Patrick Kanner demande un débat sur les suites à donner aux émeutes

Le président du groupe socialiste au Sénat, Patrick Kanner, demande, dans un courrier adressé à Élisabeth Borne, ce 3 juillet, à la première ministre la tenue d’un débat au Parlement sur les événements ayant lieu à Nanterre depuis la mort de Nahel le 27 juin.
Henri Clavier

Temps de lecture :

1 min

Publié le

Mis à jour le

Élisabeth Borne reçoit les représentants de tous les groupes politiques du Parlement à 17h après cinq nuits d’émeutes faisant suite à la mort de Nahel, tué par un policier à Nanterre. Dans son courrier, Patrick Kanner évoque « une crise dont l’ampleur dépasse celles que nous avons connues jusqu’à présent ». Une invitation, également, à consulter et impliquer chacun des groupes politiques représentés au Parlement afin de participer à la recherche d’une solution.

LIRE AUSSI » « Jeux de guerre » ou « malaise générationnel » ? Les sénateurs partagés sur les causes des violences urbaines

Le président du groupe socialiste sollicite « l’organisation d’un débat au titre de l’article 50-1 de la Constitution » permettant de procéder à des échanges au Sénat ou à l’Assemblée nationale. Patrick Kanner explique que cela sera l’occasion de confronter les analyses et propositions des différents groupes politiques. Une manière d’impliquer un peu plus le pouvoir législatif dans la gestion des émeutes ayant lieu depuis quelques jours.

Dans la même thématique

Paris 2024: Preparations, Ile-De-France, France – 23 Jul 2024
8min

Société

Jeux Olympiques : une étude donne la France 3ème au classement des médailles

Le dernier rapport de prévision de l’institut Gracenote Nielsen prédit une performance historique aux JO de Paris pour la délégation française. L’Hexagone, favorisé par son statut de pays hôte des Jeux, pourrait terminer 3ème au tableau des médailles, derrière la Chine et les Etats-Unis.

Le

FRA : ASSEMBLEE : QUATRE COLONNES
6min

Société

Respect du pluralisme dans les médias : « Les critères de l’Arcom sont flous et contradictoires », selon François Jost

Six mois après la décision du Conseil d’Etat demandant à l’Arcom de renforcer son contrôle en matière de respect du « pluralisme et d’indépendance de l’information » par la chaîne CNews, le gendarme de l’audiovisuel s’appuiera désormais sur un faisceau d’indices, il appréciera « s’il y a eu un « déséquilibre manifeste et durable dans l’expression des courants de pensée et d’opinion ».

Le