Pierre Ouzoulias : « La pandémie accroît les distanciations sociales dans l’enseignement supérieur »

Pierre Ouzoulias : « La pandémie accroît les distanciations sociales dans l’enseignement supérieur »

Mécontent de la capacité de contrôle du parlement sur le gouvernement en période de confinement, le sénateur communiste des Hauts-de-Seine, Pierre Ouzoulias s’inquiète des conséquences sur l’avenir de l’enseignement supérieur et de la recherche.
Public Sénat

Par Alizé Boissin

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Voilà quinze jours qu’il n’a pas mis les pieds au Sénat. Pierre Ouzoulias, sénateur communiste, est confiné dans son appartement à Bourg-la-Reine (92) en famille. Pourtant, son travail de sénateur est beaucoup plus dense que d’habitude : « Je commence à 7h et je ne m’arrête plus ».

 

Et si l’élu est autant connecté, « tout en évitant les réseaux sociaux », c’est parce qu’il tient à rester très vigilant sur l’avenir de l’enseignement supérieur et de la recherche.

 

Son premier mécontentement ? Le calendrier inchangé de la plateforme numérique Parcoursup dont l’objectif est d’orienter les élèves vers l’enseignement supérieur. Les premières réponses doivent être transmises aux candidats à partir du 19 mai. « C’est aberrant d’entendre un discours martial du Président de la République et de demander un maintien de ce calendrier. Si nous sommes en guerre, on ne maintient pas Parcoursup » plaide le sénateur.

Pierre Ouzoulias évoque l’incapacité pour certains étudiants de se concentrer sur l’avenir à cause du stress provoqué par la situation sanitaire actuelle, mais aussi les difficultés de maintenir « une continuité pédagogique à distance ». Et notamment pour les lycéens en filières professionnelles ou techniques. Ces élèves accèdent « moins facilement aux études supérieures, et les plateformes numériques pour les cours à distance ne sont pas idéales pour leur cursus, ils seront pénalisés à la rentrée » s’inquiète-t-il. Lui, plaide pour des « programmes allégés » et une rentrée où le mois de septembre servirait à « une remise à niveau pour tous ».

 

Inégalités et précarité

 

Autre point d’inquiétude : la bonne tenue des commissions d’examen en charge d’émettre les réponses d’admission des étudiants. Pour rappel, l’opacité autour des « algorithmes locaux » est un sujet qui intéresse particulièrement le Sénat. L’année dernière une proposition de loi avait été déposée pour imposer aux établissements de l’enseignement supérieur de révéler les critères d’aide à la décision.

 

Pour le sénateur communiste, « les manières de travailler des commissions d’examen sont opaques et je vois mal comment elles pourront se tenir avec le confinement ». Hasard du calendrier, dans une décision rendue le 3 avril, suite à une QPC déposée par l’Unef, le Conseil constitutionnel a validé le secret individuel des décisions des universités et écoles dans le cadre de Parcoursup. Toutefois les Sages demandent de publier les critères d’examen des candidatures. Une décision qui intervient « trop tardivement » selon le sénateur.

 

L’élu des Hauts-de-Seine craint que la crise actuelle renforce davantage les inégalités et précarise les étudiants « qui vivent de petits jobs ». Il s’inquiète aussi pour les enseignants chercheurs : « Leurs salaires ont été arrêtés » dit-il.

 

Des problèmes qui ne trouvent pas de solutions du côté du gouvernement d’après Pierre Ouzoulias. Il est extrêmement déçu du budget annoncé par la ministre lors de son audition lundi dernier : 400 millions d’euros. « On nous annonce que c’est historique, mais c’est une augmentation de seulement 1,5% ! C’est loin d’être suffisant ».

 

Pierre Ouzoulias, par visioconférence
Le sénateur Pierre Ouzoulias, pendant l'auditon de Frédérique Vidal
Jacques Grosperrin

 

Contrôle

 

Des auditions, qu’il continue de suivre depuis chez lui, en visioconférence.  Une méthode loin d’être idéale selon lui pour contrôler l’action du gouvernement. Suite à l’audition de la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche, il conclut : « La ministre a considéré que le cadre d’une visio-conférence l’autorisait à répondre à la représentation nationale avec encore plus de légèreté que d’habitude … Il n’y a plus de contrôle de l’exécutif par le Parlement, mais une simple information du gouvernement ».

 

Il tient d’ailleurs à le rappeler : lui a voté contre le projet de loi d’urgence sanitaire qui « donnait les pleins pouvoirs au gouvernement » pour gérer la crise sanitaire.

 

Pierre Ouzoulias espère bien un rapide retour à la normale, pour contrôler l’action du gouvernement : « Quand ils sont en présence physique, on peut mieux les cuisiner. En visioconférence, notre rôle ne tiendra pas ».

Dans la même thématique

Pierre Ouzoulias : « La pandémie accroît les distanciations sociales dans l’enseignement supérieur »
3min

Société

Narcotrafic : les dealers « estiment que ce sont eux qui font la loi », déplore cette habitante strasbourgeoise

A quelques pas de la frontière allemande, à Strasbourg, le quartier du Port-du-Rhin a depuis quelques jours retrouvé son calme. Du moins en apparence. Si l’opération « place nette XXL » qui a eu lieu début avril est venue perturber le trafic de drogue, cette tranquillité reste fragile, pour Anne-Véronique Auzet, enseignante à la retraite et habitante du quartier qui a accepté, malgré les risques, de témoigner dans l’émission « Dialogue citoyen ».

Le

Back to school : recreation time at the college
5min

Société

Transidentité : en commission, les sénateurs adoptent la proposition de loi LR visant à encadrer la transition de genre des mineurs

La commission des affaires sociales du Sénat examinait, ce mercredi, une proposition de loi de la droite sénatoriale visant à encadrer les pratiques médicales dans la prise en charge des mineurs souffrant de dysphorie de genre. A l’origine, le texte visait à interdire le recours aux bloqueurs de puberté et à la chirurgie avant 18 ans. Un amendement adopté en commission est revenu sur la première interdiction.

Le

Current affairs question session with the government – Politics
5min

Société

Violences intrafamiliales : les députés et les sénateurs se mettent d’accord sur une proposition de loi sur les ordonnances de protection provisoire

Le 21 mai, 7 députés et 7 sénateurs se sont réunis en commission mixte paritaire pour examiner une proposition de loi, déposée par la députée Renaissance Emilie Chandler le 5 décembre dernier, renforçant l’ordonnance de protection provisoire et créant une ordonnance provisoire de protection immédiate. Une commission mixte paritaire conclusive qui a adopté le texte à l’unanimité : « Tout le monde est d’accord pour aller plus loin dans la protection, personne ne peut se satisfaire des femmes tuées en France », affirme Dominique Vérien, rapporteure du texte au Sénat.

Le