Porno : le Sénat lève le voile sur un monde violent

Porno : le Sénat lève le voile sur un monde violent

Dans la foulée des récentes affaires judiciaires qui secouent le porno, la délégation aux droits des femmes du Sénat a enquêté sur une industrie qui opérait jusqu’alors à l’ombre des pouvoirs publics. Retour sur le travail des parlementaires à travers le documentaire de Fabien Recker, « Porno, un monde violent ».
Public Sénat

Par Fabien Recker

Temps de lecture :

6 min

Publié le

Mis à jour le

« Le point de départ, c’est un simple like sur Facebook ». Installée sur le canapé de son petit appartement, Pauline* raconte son calvaire. Tout commence le jour où une autre femme entre en contact avec elle, via les réseaux sociaux. Pauline na alors « pas un seul euro pour payer son loyer ». Elle se lie rapidement damitié avec cette nouvelle « bonne copine » qui gagne sa confiance. Pauline ignore quelle a en réalité affaire à un homme. Un rabatteur, qui officie derrière un faux profil.

Attirée sur un tournage en échange dune promesse dargent rapidement gagné, la jeune femme dit avoir subi plusieurs viols devant la caméra. Et décrit cinq scènes avec plusieurs hommes, en Normandie, puis en région parisienne. « Ils m’ont tous vu pleurer, et ils ont tous continué. J’étais comme une biche dans une chasse à courre. Il fallait machever »

« French Bukkake »

Un coup de fil des gendarmes, des années après les faits, agit comme un déclic. Pauline réalise quelle fait partie des dizaines de victimes présumées dune affaire désormais aux mains de la justice. Pascal OP, le producteur mis en cause dans le récit de Pauline, a depuis été incarcéré après sa mise en examen pour « viol » et « proxénétisme ». Il nie les faits.

Laffaire dite « French Bukkake » (du nom du site internet de Pascal OP) en précède une autre, impliquant cette fois le site « Jacquie et Michel », véritable poids lourd du X en France. Plusieurs femmes affirment avoir été forcées à des pratiques non consenties lors de tournages. Lentreprise affirme n’être pas au courant dactes répréhensibles, sabritant derrière son rôle de simple diffuseur.

 

Pour la première fois, le parlement se penche sur porno

 

Ces deux affaires jettent une lumière crue sur les coulisses du porno français. Et soulèvent la question du consentement des femmes qui prêtent leur corps à cette industrie. Au printemps 2022, la délégation aux droits des femmes du Sénat sempare du sujet. « Nous avons réalisé que jamais le parlement, pas plus que le gouvernement, ne s’était penché sur le porno », rappelle Laurence Rossignol, l’une des trois corapporteures, avec Laurence Cohen (communiste) et Alexandra Borchio-Fontimp (LR), de la mission dinformation sénatoriale sur la pornographie.

« Cest comme si la société avait fermé les yeux sur quelque chose qui a beaucoup changé » constate de son côté Annick Billon, présidente (centriste) de la délégation. « A cause des chaînes tubes, à cause des réseaux sociaux ». Lapparition, dans les années 2000, de sites comme Youporn ou Redtube, véritables robinets à porno en ligne, ont en effet démultiplié la consommation et la production de porno. Lequel pèse aujourdhui près du tiers du trafic internet à l’échelle mondiale.

 

« Un réalisateur est un rabatteur avec une caméra »

 

Limmense majorité de ces contenus provient du segment dit « pro-amateur » : des productions au rabais, dans une esthétique « amateur » suggérant que les participantes sont là pour leur seul plaisir, mais réalisées par des professionnels qui en tirent un revenu.

Ces producteurs sont mus par « un besoin perpétuel de nouvelles femmes » explique Robin dAngelo, journaliste et auteur dun livre-enquête sur le porno (« Judy, Lola, Sofia et moi », éditions de la Goutte dOr). « Laccessibilité permanente grâce à internet entraîne ce flux et ce besoin de renouvellement. Un réalisateur est dabord un rabatteur avec une caméra ».

 

Porno = prostitution ?

 

Une course effrénée au recrutement ouvrant la voie à toutes dérives, mais qui offre aussi un angle dattaque aux adversaires du porno. En droite ligne avec les chefs daccusation retenus par la justice dans l’affaire « French Bukkake », plusieurs collectifs féministes militent pour faire entrer le porno dans le champ du proxénétisme.

« Il faut partir dune approche matérialiste » argumente Laurence Questiaux, avocate de plusieurs parties civiles. « Que se passe-t-il réellement sur un tournage ? Sil y a eu des pénétrations obtenues par la contrainte, cest du viol. Sil y a eu un échange monétaire ou un recrutement, on est dans le cas du proxénétisme. Si en plus, on a déplacé des femmes dun point à un autre du territoire pour obtenir ces pratiques sexuelles, on est face à de la traite des êtres humains. Tout cela est dans le dossier ».

 

Pas de porno « code du travail »

 

Des accusations lourdes, vis-à-vis desquelles lindustrie se défend. Auditionné au Sénat, Grégory Dorcel, patron du groupe Dorcel, a condamné « les actes odieux dun certain milieu amateur », refusant lamalgame avec les producteurs mis en cause par la justice. Dorcel et la société Ares, éditrice du site « Jacquie et Michel », vantent leurs récentes « chartes déontologiques » censées garantir la sécurité sur les tournages.

« Cet appel à un porno « code du travail « est dabord une contre-offensive des industriels » analyse Laurence Rossignol. « Avant quon ne mette le nez dans les conditions de leur business, les dérives constatées aujourdhui ne les dérangeaient pas du tout ». Par ailleurs, il existe une réelle porosité entre petits producteurs et grands acteurs du secteur, les seconds diffusant le contenu des premiers, sous une multitude de marques et de labels, allant jusquau plus trash.

 

Faut-il interdire le porno ?

 

Lorraine Questiaux ne croit pas non plus à la fable du bon et du mauvais porno. « Les personnes visées dans ces procédures sont au cœur de lindustrie française. Tout le monde se connaît, il ny a pas de muraille de Chine entre une production et une autre » rappelle lavocate. Exemple avec la plateforme de VOD du groupe Dorcel, qui commercialisait les films du réalisateur Mat HDX avant sa mise en examen pour « proxénétisme ».

Au terme de leurs travaux, les sénatrices nentendent pourtant ni réguler, ni interdire la pornographie. « Être abolitionniste en France naurait aucun sens, face à un business internationalisé, avec de nombreux films produits à l’étranger » reconnaît Annick Billon. Le Sénat propose cependant la création dun nouveau délit « dincitation aux violences sexuelles », sous le coup duquel pourrait tomber le porno.

Il sagit surtout douvrir un nouveau front dans la lutte contre les violences faites aux femmes. « On est face à une dichotomie troublante » conclut Laurence Rossignol. « Dun côté, on lutte contre les violences sexuelles et sexistes avec toute une mobilisation de la société et des pouvoirs publics. De lautre, on laisse se diffuser à une échelle industrielle des images qui font la promotion de ces violences et en font une norme de la sexualité ».

 

« Porno, un monde violent », 26, samedi 15 octobre à 22h30 sur Public Sénat.

 

 

*Prénom modifié

Dans la même thématique

FRA : ASSEMBLEE : QUATRE COLONNES
6min

Société

Respect du pluralisme dans les médias : « Les critères de l’Arcom sont flous et contradictoires », selon François Jost

Six mois après la décision du Conseil d’Etat demandant à l’Arcom de renforcer son contrôle en matière de respect du « pluralisme et d’indépendance de l’information » par la chaîne CNews, le gendarme de l’audiovisuel s’appuiera désormais sur un faisceau d’indices, il appréciera « s’il y a eu un « déséquilibre manifeste et durable dans l’expression des courants de pensée et d’opinion ».

Le

Porno : le Sénat lève le voile sur un monde violent
6min

Société

Après le bain d’Anne Hidalgo, la baignade dans la Seine bientôt autorisée pour tous ?

 A quelques jours des épreuves de nage en eau libre pour les Jeux olympiques la maire de Paris Anne Hidalgo s’est baignée dans la Seine mercredi 17 juillet. Etat et collectivités franciliennes ont investi 1,4 milliard d’euros depuis 2016 pour que la Seine et son principal affluent la Marne soit baignables. Avec la promesse de créer trois zones de baignades dans Paris en 2025. Si la qualité de l’eau fait beaucoup débat aujourd’hui, à l’origine, la baignade dans la Seine fut d’abord interdite à cause de conflits d’usage. Entretien avec Laurence Lestel est historienne de l’environnement et chercheuse au PIREN-Seine, le Programme scientifique interdisciplinaire dans le domaine de l’environnement de la Seine, où 23 équipes de recherches étudient ce fleuve depuis 35 ans.

Le