Qu’est devenu l’esprit de mai 68 ?

Qu’est devenu l’esprit de mai 68 ?

Le soulèvement étudiant, les barricades, les pavés et enfin, la grève générale. Si ces images illustrent encore les évènements de Mai 1968, elles ne sauraient saisir à elles seules la nature de ce mouvement, « l’esprit de Mai 68 ». Autour des témoignages du sociologue Alain Touraine et de l’ancien leader étudiant Alain Krivine, ceux qui ont fait Mai 68 reviennent sur l’esprit de cette « explosion populaire » qu’ils refusent de qualifier de « révolution ».
Public Sénat

Par Alexandre Delrieu

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Le 22 mars 1968, près de 150 étudiants occupent la faculté de Nanterre. Rétrospectivement, cette révolte emmenée par Daniel Cohn-Bendit, est souvent considéré comme l’un des points de départ du mouvement de Mai 68. S'il bloquera la France durant plusieurs semaines, le sociologue Alain Touraine refuse de le qualifier de « révolution », préférant le terme « mouvement de libération ». « Mai 68 pour moi c’est la rencontre […] de l’imaginaire de la nouvelle jeunesse avec le souvenir symbolique du front populaire et de la libération », estime le sociologue qui enseignait alors à l’université de Nanterre. 

Mai 68, "grande explosion populaire" selon Alain Krivine #UMED
00:37

« Une explosion populaire »

Alain Krivine, fondateur de la Jeunesse communiste révolutionnaire puis dirigeant de la LCR, insiste particulièrement sur l’aspect populaire du mouvement, dépassant le cadre des partis politiques et organisations syndicales traditionnelles. « Je pense que c’est la plus grande explosion populaire que j’ai jamais vue », souligne-t-il. S’il se réjouit de la « spontanéité » du mouvement, il reconnaît que « l’absence de parti politique implanté » explique pourquoi Mai 68 a « politiquement échoué ».

« 68 a ouvert des portes fantastiques »

Alors, bien que le soulèvement étudiant, rapidement rejoint par le monde ouvrier, n’a pas renversé le pourvoir, l’esprit qui l’a habité a-t-il durablement influencé la vie publique ? Pour Alain Krivine, « 68 a ouvert des portes fantastiques » en préfigurant le « mouvement de libération des femmes, des homosexuels, des immigrés ». En ce sens, Alain Touraine souligne que Mai 68 a introduit de manière inédite dans le débat public « les thèmes de la personnalité et de la culture ».

Les manifestations de 2018 ne sont en rien comparables au mouvement social de Mai 68 selon Alain Touraine
01:11

« L’esprit de 68 n’a pas changé, mais ce qui a changé c’est les conditions »

Au moment où la gronde sociale monte contre les réformes du gouvernement, au lendemain d’un défilé du 1er mai particulièrement tendu, le souvenir de Mai 68 pourrait-il aujourd’hui faire des émules ?  Le sociologue Alain Touraine réfute la thèse d’un nouveau soulèvement comparable à celui de 68. Selon lui la France n’est pas prête à « être société », c'est-à-dire « le moment où les gens se sentent engagés dans leur personnalité profonde, dans leurs émotions profondes, qui les font monter d’un coup […] sans intermédiaire ».

Le militant Alain Krivine est plus nuancé. Pour lui, si l’esprit contestataire de mai 68 persiste, les conditions d’un soulèvement ne sont pas encore réunies. « Il y a un mouvement étudiant qui est plus grand mais moins vigoureux qu’en 1968. Il y a un prolétariat qui est plus grand mais beaucoup plus divisé qu’en 1968. Et c’est tous ces problèmes qu’on a à résoudre maintenant si on veut qu’il y ait un nouveau Mai 68 ». 

Dans la même thématique

FRA : ASSEMBLEE : QUATRE COLONNES
6min

Société

Respect du pluralisme dans les médias : « Les critères de l’Arcom sont flous et contradictoires », selon François Jost

Six mois après la décision du Conseil d’Etat demandant à l’Arcom de renforcer son contrôle en matière de respect du « pluralisme et d’indépendance de l’information » par la chaîne CNews, le gendarme de l’audiovisuel s’appuiera désormais sur un faisceau d’indices, il appréciera « s’il y a eu un « déséquilibre manifeste et durable dans l’expression des courants de pensée et d’opinion ».

Le

Qu’est devenu l’esprit de mai 68 ?
6min

Société

Après le bain d’Anne Hidalgo, la baignade dans la Seine bientôt autorisée pour tous ?

 A quelques jours des épreuves de nage en eau libre pour les Jeux olympiques la maire de Paris Anne Hidalgo s’est baignée dans la Seine mercredi 17 juillet. Etat et collectivités franciliennes ont investi 1,4 milliard d’euros depuis 2016 pour que la Seine et son principal affluent la Marne soit baignables. Avec la promesse de créer trois zones de baignades dans Paris en 2025. Si la qualité de l’eau fait beaucoup débat aujourd’hui, à l’origine, la baignade dans la Seine fut d’abord interdite à cause de conflits d’usage. Entretien avec Laurence Lestel est historienne de l’environnement et chercheuse au PIREN-Seine, le Programme scientifique interdisciplinaire dans le domaine de l’environnement de la Seine, où 23 équipes de recherches étudient ce fleuve depuis 35 ans.

Le