Quand « le droit d’importuner » s’oppose à « balance ton porc »

Quand « le droit d’importuner » s’oppose à « balance ton porc »

La tribune publiée par Le Monde, revendiquant une « liberté d’importuner » à rebours du mouvement « Balance ton porc », a déclenché une vive polémique. Certaines féministes accusent les signataires de soutenir les prédateurs sexuels.
Public Sénat

Par Héléna Berkaoui

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

La libération de la parole des femmes victimes de violences sexuelles se « retourne aujourd’hui en son contraire », d’après les signataires d’une tribune revendiquant la « liberté d’importuner. » Publié dans les colonnes du Monde, cet appel a été signé par un collectif de 100 femmes, dont l’actrice Catherine Deneuve et la journaliste Élisabeth Lévy.

Les signataires veulent dénoncer ce « puritanisme » qui, in fine, enchaînerait les femmes « à un statut d’éternelles victimes. » Pire encore, d’après elles, le mouvement #MeToo – nom du hashtag sous lequel nombre de témoignages ont été partagés sur les réseaux sociaux – a conduit à « une campagne de délation. » Ce féminisme « prend le visage d’une haine des hommes et de la sexualité », assènent-elles. Des arguments qui ont provoqué de vives réactions.

L’évocation de la « grande misère sexuelle » des « frotteurs » qui sévissent dans les transports en commun a achevé de mettre le feu aux poudres. À noter qu’une récente étude de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales décompte – en une estimation « basse » - au moins 267 000 personnes victimes d’atteintes sexuelles (exhibitions, attouchements...) dans les transports en commun en 2014 et 2015. 

Des féministes fustigent « un texte qui ne passe pas »

Pour les féministes, ces arguments font le jeu des prédateurs sexuels. Tribune contre tribune, la militante Caroline de Haas a répondu, sur le site de France Info, dans un texte signé par une trentaine de personnalités. Elle les accuse de déterrer de vieux préjugés qui font « passer les féministes pour des coincées, voire des mal-baisées. » Caroline de Haas leur reproche de mélanger « délibérément,  un rapport de séduction, basé sur le respect et le plaisir, avec une violence. »

Sur un ton plus humoristique, la journaliste, Nadia Daam s’est fendue d’un billet sur les ondes d’Europe 1. Elle pointe le contraste entre les réactions aux États-Unis et en France. Les manifestations de solidarité pour le mouvement #MeToo ont effectivement marquées la cérémonie des Golden Globes. Le discours de la célèbre présentatrice américaine Oprah Winfrey a largement été salué. Faute d'Oprah Winfrey national, Nadia Daam déplore que les Français aient, eux, « des défenseurs du droit inaliénable à coller des mains au cul, et des débats sur les blagues de Tex ! »   

Des réactions politiques rares et contrastées

Des personnalités politiques ont également réagi. La sénatrice socialiste, Laurence Rossignol, a déclaré que cette tribune était une « gifle à l’encontre de toutes les femmes qui dénoncent la réalité de ce qu’est la prédation sexuelle », ce matin sur France Inter. Marlène Schiappa dénonce des assertions « profondément choquantes, voire fausses », au micro de France culture.

« Nous avons déjà énormément de mal à faire comprendre aux jeunes filles que frotter un sexe d’homme contre une femme dans le métro, sans son consentement, c’est une agression sexuelle » affirme-t-elle. Pour Marlène Schiappa, ce texte comporte des « fantasmes », « dire, comme c’est écrit dans cette tribune, que des hommes auraient été renvoyés pour avoir touché le genou d’une femme, c’est faux ! »

L'eurodéputé FN Gilles Breton salue « ces femmes courageuses qui refusent de céder au délire de la haine des hommes ! »

La présidente de la délégation aux droits des femmes du Sénat considère que ces propos témoignent d’une « conception rétrograde des relations entre les femmes et les hommes. » Annick Billon se dit « consternée » par une tribune qui « remet en cause l’avancée » qu’on voit poindre sur les questions « d’égalité entre les femmes et les hommes. »

Quelques politiques saluent, eux, « ces femmes courageuses qui refusent de céder au délire de la haine des hommes ! », comme l’eurodéputé FN, Gilles Lebreton (voir son tweet). Mais la sortie la plus remarquée reste celle de Nadine Morano. L’eurodéputé LR a partagé la tribune sur Twitter, en y ajoutant un enthousiaste : « Je signe aussi ! » Dans la foulée, Nadine Morano, au cours d’une interview à RMC et repérée par Le Lab, a revendiqué son « droit à être importunée » arguant que cela pouvait « engendrer de belles histoires. »  

Dans la même thématique

Lea, au premier jour de sa Vie
5min

Société

Périnatalité : « Infantiliser les femmes ne mène à rien de bon » selon la journaliste Renée Greusard

Le 14 mai dernier, la mission d’information sur l’avenir de la périnatalité auditionnait quatre journalistes spécialistes des questions de grossesse et de parentalité. Une audition qui a permis d’évoquer la question de la santé mentale durant le post-partum, l’information qui est faite autour et l’insuffisance des moyens alloués aux maternités.

Le

Paris : International women s rights day
4min

Société

#Metoo : 150 personnalités réclament une « loi intégrale contre les violences sexuelles »

Ce mardi, Le Monde publie la tribune de près de 150 personnalités, notamment des actrices, appellent à la mise en place d’un ambitieux plan de lutte contre les violences sexuelles et sexistes. Un appel lancé alors qu’Emmanuel Macron a ouvert la voie à une évolution de la définition juridique du viol, pour y intégrer la notion de consentement. La présidente de la délégation sénatoriale aux droits des femmes réclame de son côté une meilleure formation de la police et de la justice.

Le