« Quand le droit de grève est détourné, il faut remettre les choses en place », estime le sénateur Philippe Tabarot

Interpellé dans l’émission Dialogue Citoyen par un usager sur l’opportunité d’une loi sur la continuité de service à la SNCF en cas de grève, le sénateur LR des Alpes-Maritimes Philippe Tabarot déclare qu’une proposition de loi sur ce sujet va être examinée au Sénat à partir du 9 avril. Une proposition qui interdirait toute grève pendant une période encadrée.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

« En décembre dernier, à cause des grèves, 2000 personnes sont restées sur le quai de la gare et n’ont pas pu aller travailler, » déplore David Charretier, navetteur entre Tours et Paris et président de l’association des usagers @TGVToursParis. En effet, si la loi sur le « service minimum », votée en 2007 et révisée en 2012, existe bien, cela ne signifie pas pour autant qu’un niveau minimal de transports est assuré en cas de grève.  « Alors à quand un nouveau dispositif pour assurer une vraie continuité de service ? » interroge-t-il. Une demande qui coïncide avec l’agenda du Sénat : un texte sur ce sujet sera justement examiné la semaine du 9 avril par la chambre haute.

Des textes pour les usagers du quotidien et les usagers occasionnels

La proposition de loi, déposée par le sénateur UDI Hervé Marseille, vise à « sanctuariser » jusqu’à 60 jours de l’année, notamment lors des fêtes, explique sur le plateau de l’émission le sénateur Philippe Tabarot. « Il y a un droit de grève, c’est un droit constitutionnel et on le respecte, mais quand il est détourné comme c’est le cas très régulièrement, il faut remettre les choses en place », estime le sénateur, qui a également déposé un texte sur ce qu’il appelle « les grèves du quotidien ».

Des annonces qui réjouissent le président de l’association d’usagers : « Ces propositions vont dans le bon sens car elles prennent en compte à la fois les usagers qui dépendent du train pour aller travailler et les usagers occasionnels. »

Relancer le dialogue social plutôt que de restreindre le droit de grève ?

En revanche, le sénateur écologiste Jacques Fernique, présent également sur le plateau, désapprouve l’idée. « Si on dit que 60 jours par an, il n’y a pas de droit de grève, cela s’appelle une interdiction du droit de grève », souligne-t-il. « Au lieu de restreindre ce droit, je crois que nous avons au contraire besoin d‘un dialogue social qui fonctionne. » « Mais la grève est devenue un préalable au dialogue social », intervient Philippe Tabarot. « C’est bien pour cela qu’il faut relancer le dialogue social », conclut Jacques Fernique.

Dans la même thématique

Manifestation contre les violences sur les mineurs, Toulouse
4min

Société

Relaxe d’un homme accusé de violences familiales : le droit de correction invoqué par les juges est « contraire à la loi »

Ce 18 avril, la cour d’appel de Metz a relaxé un policier condamné en première instance pour des faits de violences sur ses enfants et sa compagne. Dans leur arrêt, les juges ont indiqué qu’un « droit de correction est reconnu aux parents ». Une décision qui indigne la sénatrice Marie-Pierre de la Gontrie, rapporteure d’une proposition de loi qui interdit les « violences éducatives » depuis 2019.

Le

« Quand le droit de grève est détourné, il faut remettre les choses en place », estime le sénateur Philippe Tabarot
4min

Société

« J’ai toujours été frappé par le degré de bienveillance dont je bénéficie », François Molins

Entre 2012 et 2018, une série d’attentats touche la France. Dans la tourmente, une voix rassurante émerge, celle de François Molins, procureur de la République. Pédagogie et sang-froid ont toujours été de mise dans ses prises de parole. Tant et si bien qu’un lien fort s’est construit entre les Français et lui. Comment a-t-il traversé ces moments de terreur ? Comment explique-t-il la sympathie des Français à son égard ? Cette semaine, François Molins est l’invité de Rebecca Fitoussi dans « Un Monde un Regard ».

Le

« Quand le droit de grève est détourné, il faut remettre les choses en place », estime le sénateur Philippe Tabarot
3min

Société

« Quand j’ai abordé les viols sur enfants, j’ai reçu beaucoup de courriers me traitant de rabat-joie », Mireille Dumas

Dans son émission « Bas les masques » ou encore « Vie privée, vie publique », Mireille Dumas a mis en lumière des parcours de vie peu écoutés, et pourtant loin d’être des cas isolés. Alors que les féminicides étaient qualifiés de « crimes passionnels », elle dénonçait déjà les violences perpétrées à l’encontre des femmes, des enfants et des minorités de genre. Quel regard porte-t-elle sur l’évolution de la société sur ces questions ? Comment explique-t-elle son intérêt pour les autres ? Cette semaine, Mireille Dumas est l’invitée de Rebecca Fitoussi dans « Un Monde un Regard ».

Le