Des jeunes effectuant le séjour de cohésion dans le cadre du Service national universel (SNU), à Roanne, le 19 février 2022

SNU: Quand le Sénat plaidait pour un report de sa généralisation

Dans un rapport publié en mars, le sénateur Éric Jeansannetas alertait sur les « difficultés majeures » que constituerait une généralisation du service nationale universel. Hier, dans les colonnes du Parisien, le chef de l’État a plaidé pour une « montée en charge progressive ».
Guillaume Jacquot

Temps de lecture :

5 min

Publié le

Mis à jour le

Emmanuel Macron temporise dans la généralisation du SNU, le service national universel. Face aux lecteurs du Parisien, le chef de l’État a refusé de plaider tout de suite pour une obligation à l’ensemble d’une classe d’âge du SNU, qui fait actuellement l’objet d’une expérimentation depuis 2019. « Je ne vais pas vous dire que la rentrée prochaine, le SNU sera obligatoire. C’est une question de montée en charge progressive. Quelques départements, puis un peu plus », a précisé le président de la République. Appelant à « finaliser la concertation », il estime qu’on ne peut pas rendre le SNU obligatoire « dans tout le pays du jour au lendemain ».

Principal écueil soulevé par le locataire de l’Élysée : le « défi logistique » que représenterait une obligation étendue à l’ensemble du territoire. C’est précisément cette crainte que mettait en avant un rapport sénatorial de la commission des finances, publié le mois dernier. Dans un document intitulé « le service national universel : la généralisation introuvable », le rapporteur spécial Éric Jeansannetas (PS) a mis en évidence une série de difficultés face au projet de généralisation du SNU, objectif qui, s’il était mis en œuvre, devrait nécessiter une modification de la loi.

Des besoins importants pour l’encadrement et l’administration

La première difficulté épinglée dans la mission de contrôle sénatoriale tient d’abord aux ressources humaines, nécessaires à l’encadrement des jeunes durant les séjours de cohésion d’une durée de deux semaines. Le rapport est formel, une généralisation du SNU « sera impossible sans la mise en place d’une véritable stratégie de recrutement du personnel ». Selon le type de service national retenu par le gouvernement – sur le temps scolaire ou en dehors de celui-ci – les besoins en encadrants sont évalués entre 14 000 et près de 53 000 personnes. Quel que soit le scénario retenu, le rapport sénatorial estime que la généralisation impliquera de créer « une véritable filière » du service national universel. Cette dernière pourrait alors nécessiter « plusieurs années pour être opérationnelle ».

Les besoins humains ne s’arrêteraient pas aux seuls encadrants. Une généralisation du SNU changerait profondément l’échelle. En 2022, 32 400 jeunes ont participé à la phase expérimentale, très loin de l’effectif d’une classe d’âge, soit plus de 800 000 jeunes. Une montée en charge totale du SNU supposerait donc, selon Éric Jeansannetas, la mise en place d’une « véritable administration ». À ce titre, la commission des finances du Sénat évalue le coût de la généralisation du SNU à « vraisemblablement » plus de deux milliards d’euros. Pas une mince affaire dans une période où le ministère des finances cherche à réduire le déficit public.

Un manque criant de places d’hébergement

Autre marche de taille à franchir : l’hébergement. Là aussi, la faiblesse des capacités des centres d’accueil complique la donne sur le plan logistique dans l’immédiat. Pour le sénateur Éric Jeansannetas, le manque de places constitue une « problématique majeure » dans le projet de généralisation du SNU. C’est également ce qu’avait conclu dès le printemps 2018 le groupe de travail relatif à la création d’un service national universel, dirigé par le général Daniel Ménaouine. Les experts y voyaient la « difficulté la plus importante à surmonter pour assurer le complet déploiement du service national ».

Dans l’hypothèse d’une généralisation hors du temps scolaire, les internats scolaires seraient mis à contribution. Or, les capacités seraient deux à trois fois inférieures aux besoins pour un SNU en année pleine, selon les sénateurs. Les besoins resteraient importants même dans le cas d’une généralisation du service universel durant le temps scolaire.

Le rapport cite alors la piste d’un recours à des centres de vacances, mais il souligne que le risque est alors d’être dépendant de structures privées, entraînant une incertitude sur la disponibilité et les coûts. Selon le rapporteur, les préfectures sont en train d’identifier des centres pouvant faire l’objet d’une rénovation. Mais là encore, cette option serait difficilement compatible avec un scénario de généralisation rapide du SNU.

« De nombreuses inconnues »

Avant même une nouvelle montée en puissance du nombre de jeunes effectuant des séjours de cohésion, le rapport du Sénat relève déjà des limites dans les capacités d’hébergement. « Il a déjà été difficile de trouver suffisamment de lieux d’accueil pour les sessions de 2021 et de 2022 », relève le rapporteur, après des déplacements et plusieurs auditions.

Conséquence des difficultés soulevées, le sénateur de la Creuse a préconisé une suspension du projet de généralisation du SNU, le temps de « lever des incertitudes et d’obtenir plus d’informations ». « Le séjour de cohésion généralisé à l’ensemble d’une classe d’âge présente de nombreuses inconnues, à la fois au niveau de son coût mais aussi de sa faisabilité technique », reconnaissait-il. Au moment de la remise du rapport, il évoquait une montée en charge progressive, mais non confirmée : six départements à la rentrée 2024, dans 20 départements à la rentrée 2025 et pour l’ensemble des départements à la rentrée 2026.

En plein contestation sociale, le mois dernier, la généralisation obligatoire du SNU n’avait pas été inscrite dans le projet de loi de programmation militaire (relire notre article).

Dans la même thématique

Paris: The senate vote on an amendment of a government plan to enshrine the “freedom” to have an abortion in the French Constitution
4min

Société

IVG dans la Constitution : qu’est-ce que ça va changer ?

Députés et sénateurs réunis en Congrès s’apprêtent à réviser la Constitution pour y inscrire la liberté d’avoir recours à une IVG. Pendant les débats parlementaires, une partie des sénateurs de droite s’est inquiétée de voir inscrit dans le texte fondamental, l’expression « liberté garantie à la femme d’avoir recours à une interruption volontaire de grossesse ». Quelles seront les effets de cette révision constitutionnelle ?

Le

SNU: Quand le Sénat plaidait pour un report de sa généralisation
3min

Société

Augmentation des frais de mandats des sénateurs : la mesure ne passe pas pour cet agent de la fonction publique territoriale

Considéré à tort comme un secteur protégé par la baisse générale du pouvoir d’achat en France, la fonction publique peine à augmenter les plus bas salaires. Si l’annonce de la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat a pu en soulager certains, elle ne concerne pas tous les agents territoriaux. Une décision jugée inégalitaire, injuste, et qui détonne avec la récente augmentation de 700€ des frais de mandats des sénateurs. Interrogé par Tâm Tran Huy dans l’émission Dialogue citoyen, Benjamin Rapicault, fonctionnaire territorial, dénonce cette disparité.

Le

SNU: Quand le Sénat plaidait pour un report de sa généralisation
3min

Société

« Avec le Smic, je ne vis pas, je survis » témoigne une jeune mère de famille

Ils sont près de 3 millions de salariés français à être rémunérés au Smic. Un chiffre beaucoup trop important pour le Premier ministre Gabriel Attal, qui, lors de sa déclaration de politique générale le 30 janvier dernier, a affirmé vouloir « désmicardiser la France ». Selon les régions et les charges, les difficultés des personnes au Smic peuvent être très différentes. Sur le plateau de l’émission Dialogue Citoyen, deux jeunes femmes ont accepté de témoigner de leurs situations.

Le

La sélection de la rédaction

SNU: Quand le Sénat plaidait pour un report de sa généralisation
6min

Politique

Enseignement moral, journée d’appel, SNU… Le Sénat appelle à repenser la formation des jeunes citoyens

La mission d’information du Sénat sur « la culture citoyenne » a présenté ses conclusions mardi 8 juin. Les élus déplorent un certain flou autour des différents dispositifs mis en place pour sensibiliser les citoyens à leurs droits et devoirs, depuis l’école primaire à travers l’enseignement moral et civique, jusqu’à l’entrée dans la vie adulte avec le Service national universel.

Le

SNU: Quand le Sénat plaidait pour un report de sa généralisation
8min

Politique

Loi de programmation militaire : un texte qui « politiquement tombe mal » en pleine contestation sociale ?

Alors que le mouvement de protestation contre la réforme des retraites continue, le projet de loi de programmation militaire, qui prévoit un budget de 413 milliards d'euros pour les armées d’ici 2030, sera présenté la semaine prochaine en Conseil des ministres. Mais certains « au gouvernement se disent que politiquement, ça tombe mal », confie un sénateur. « Notre sécurité n’est pas négociable ! N’opposons pas sécurité collective et protection sociale », répond le ministre Sébastien Lecornu.

Le