Quelle note pour l’université française ?

Quelle note pour l’université française ?

L'université française est-elle si mauvaise ? Doit désespérer de la fac ? A l'heure où plus de 60 000 nouveaux étudiants vont faire leur rentrée au mois d'octobre, réponse en faits et en chiffres.
Public Sénat

Par Marie Bremeau et Adrien BAGET

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Le 10 octobre 2017, le Premier ministre Édouard Philippe lors de la présentation de la réforme de l'université a rappelé "que seul 30 % des étudiants obtiennent leur licence en 3 ans, ils sont 10 % de plus à l’obtenir en 4 ans, cela veut dire qu’au bout de 4 ans il y a 60 % d’échec à la fin d’une licence". Un chiffre qui frappe mais qui additionne des profils différents.

Il y a ceux qui loupent leurs diplômes mais pour être juste, il faut y ajouter les étudiants fantômes inscrits pour avoir une couverture maladie, les étudiants présents par intermittence ou orientés par défaut. En réalité 80 % des étudiants inscrits à l'université obtiennent un diplôme mais au prix d’un parcours souvent chaotique et d’années perdues. En 2013 selon Eurostat, un peu moins de 10 % des 18-24 ans ont quitté leur formation prématurément et définitivement, ce qui place la France au niveau de l’Allemagne et bien au-dessous de la moyenne européenne qui est de à 13,7 %. Selon les sources d’Eurostat en 2012, la France est l'un des pays qui compte le plus de diplômés de l’enseignement supérieur entre 30 et 34 ans avec 43,6 % contre 35,7 % de la moyenne européenne mais loin derrière le Japon avec 60,1 %.

Pour autant l’université à la française forme de plus en plus de monde : en 1960, 310 000 étudiants rentraient à l’université contre 2,6 millions en 2016. À la rentrée prochaine on attend plus de 65 000 nouveaux étudiants. Donc oui, si le chiffre de 60 % d’échec à la fin d’une licence est factuellement juste, l’université à la française fonctionne encore plutôt bien.

Dans la même thématique

Quelle note pour l’université française ?
3min

Société

« Quand j’ai abordé les viols sur enfants, j’ai reçu beaucoup de courriers me traitant de rabat-joie », Mireille Dumas

Dans son émission « Bas les masques » ou encore « Vie privée, vie publique », Mireille Dumas a mis en lumière des parcours de vie peu écoutés, et pourtant loin d’être des cas isolés. Alors que les féminicides étaient qualifiés de « crimes passionnels », elle dénonçait déjà les violences perpétrées à l’encontre des femmes, des enfants et des minorités de genre. Quel regard porte-t-elle sur l’évolution de la société sur ces questions ? Comment explique-t-elle son intérêt pour les autres ? Cette semaine, Mireille Dumas est l’invitée de Rebecca Fitoussi dans « Un Monde un Regard ».

Le

Quelle note pour l’université française ?
6min

Société

Opérations « place nette XXL » contre la drogue : « Le but stratégique, c’est de couper les tentacules de la pieuvre », défend Darmanin

Devant la commission d’enquête du Sénat sur les narcotrafics, Gérald Darmanin a vanté le bilan des opérations antidrogues lancées ces derniers mois dans plusieurs villes de France. Le ministre de l’Intérieur assure qu’au-delà de « la guerre psychologique » menée contre les dealers, ce sont les réseaux dans leur ensemble qui sont impactés.

Le