Qui est Sophie Binet, première femme à la tête de la CGT ?

Qui est Sophie Binet, première femme à la tête de la CGT ?

Après une longue nuit de tractations et le rejet des candidatures des deux favorites : Céline Verzeletti et Marie Buisson, c’est Sophie Binet qui prend la tête de la centrale de Montreuil, après une candidature surprise. Un coup de théâtre. Elle devient la première femme à occuper ce poste dans un syndicat qui existe depuis 128 ans. Portrait.
Public Sénat

Par Audrey Vuetaz

Temps de lecture :

3 min

Publié le

« Je suis heureux ! Vraiment heureux ! » Dominique Spinali, délégué CGT dans l’usine verrière Verallia de Cognac, ne cache pas sa joie. « Il nous fallait quelqu’un qui soit force de proposition mais qui puisse aussi taper du poing sur la table quand il le faut et Sophie c’est cette personne. Elle va pouvoir rassembler les deux CGT, celle qui est plus dans le combat et l’autre qui est plus dans la médiation. On va pouvoir repartir sur de bonnes bases avec une CGT unie. »

Et quand on souligne qu’elle est aussi la première femme élue, « c’est vrai, mais elle est aussi très compétente, ça montre que le syndicat évolue certes, mais on n’a pas mis une femme pour mettre une femme, on a choisi quelqu’un avec de grandes qualités, pour moi c’était la meilleure. » Pourtant elle n’était pas la favorite. Mais la candidature de Marie Buisson, poussée par la précédente direction, a été rejetée à deux voix près. Sa principale opposante, Céline Verzeletti n’a pas été élue non plus car jugée trop radicale. Face à cette impasse, les instances se sont tournées vers une troisième voie, celle de Sophie Binet.

Un profil de cadre, peu compatible sur le papier avec l’image de la CGT

De Sophie Binet, on connaît peu de choses. A 41 ans, elle était jusqu’ici à la tête de l’Ugict, le syndicat des cadres de la CGT, plutôt réformateur.

Militante à gauche depuis l’âge de 15 ans, elle s’est mobilisée contre le CPE, le contrat première embauche, fortement décrié puis abandonné en 2006. Elle obtient ensuite un diplôme de philosophie avant de devenir conseillère principale d’éducation. On la retrouvera sur le devant de la scène en 2016, fortement mobilisée contre la loi travail. Elle a lancé une pétition #LoiTravailNonMerci avec la féministe Caroline de Haas.

Militante pour l’égalité femmes-hommes

Sophie Binet est aussi pilote de la Commission Femmes Mixité de la CGT, très engagée pour l’égalité au travail entre les femmes et les hommes. En 2018 à notre micro elle citait d’ailleurs l’Islande en modèle, pour l’égalité salariale. (Voir notre vidéo). Elle est aussi co-auteure du livre « Féministe, la CGT ? Les femmes, leur travail et l’action syndicale », publié en 2019.

Récemment, elle a fustigé les propos de l’exécutif qui affirme que la réforme des retraites actuelle profitera aux femmes.

La réforme des retraites, c’est le dossier sur lequel elle est très vite attendue. L’intersyndicale sera reçue mercredi par la Première ministre, Sophie Binet, la rassembleuse (qui a confirmé sa présence) sera scrutée, mais elle a déjà prévenu, sur les retraites « il n’y aura pas de trêve, et pas de médiation. » Sur ce sujet la nouvelle ligne s’inscrit dans la continuité de Philippe Martinez son prédécesseur.

Dans la même thématique

Manifestation contre les violences sur les mineurs, Toulouse
4min

Société

Relaxe d’un homme accusé de violences familiales : le droit de correction invoqué par les juges est « contraire à la loi »

Ce 18 avril, la cour d’appel de Metz a relaxé un policier condamné en première instance pour des faits de violences sur ses enfants et sa compagne. Dans leur arrêt, les juges ont indiqué qu’un « droit de correction est reconnu aux parents ». Une décision qui indigne la sénatrice Marie-Pierre de la Gontrie, rapporteure d’une proposition de loi qui interdit les « violences éducatives » depuis 2019.

Le

Qui est Sophie Binet, première femme à la tête de la CGT ?
4min

Société

« J’ai toujours été frappé par le degré de bienveillance dont je bénéficie », François Molins

Entre 2012 et 2018, une série d’attentats touche la France. Dans la tourmente, une voix rassurante émerge, celle de François Molins, procureur de la République. Pédagogie et sang-froid ont toujours été de mise dans ses prises de parole. Tant et si bien qu’un lien fort s’est construit entre les Français et lui. Comment a-t-il traversé ces moments de terreur ? Comment explique-t-il la sympathie des Français à son égard ? Cette semaine, François Molins est l’invité de Rebecca Fitoussi dans « Un Monde un Regard ».

Le

Qui est Sophie Binet, première femme à la tête de la CGT ?
3min

Société

« Quand j’ai abordé les viols sur enfants, j’ai reçu beaucoup de courriers me traitant de rabat-joie », Mireille Dumas

Dans son émission « Bas les masques » ou encore « Vie privée, vie publique », Mireille Dumas a mis en lumière des parcours de vie peu écoutés, et pourtant loin d’être des cas isolés. Alors que les féminicides étaient qualifiés de « crimes passionnels », elle dénonçait déjà les violences perpétrées à l’encontre des femmes, des enfants et des minorités de genre. Quel regard porte-t-elle sur l’évolution de la société sur ces questions ? Comment explique-t-elle son intérêt pour les autres ? Cette semaine, Mireille Dumas est l’invitée de Rebecca Fitoussi dans « Un Monde un Regard ».

Le