Enfants et ecrans

Rapport sur l’usage des écrans chez les enfants : « Nous avons perdu six ans », déplore la sénatrice Catherine Morin-Desailly

Commandé par l’exécutif, le rapport d’experts sur l’usage des écrans chez les enfants a été remis au président de la République ce 30 avril. En 2018, le sujet avait déjà fait l’objet d’une proposition de loi largement votée au Sénat, mais jamais discutée à l’Assemblée. Auteure du texte, la sénatrice centriste Catherine Morin-Desailly dénonce aujourd’hui « une perte de temps ».
Rose Amélie Becel

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

« Il faut qu’on ait un consensus scientifique, que les scientifiques commencent à donner un plan et qu’on éclaire le débat public qui viendra ensuite », avait affirmé Emmanuel Macron, à l’occasion de sa conférence de presse donnée mi-janvier. Installée dans la foulée, une commission constituée de dix experts rend son rapport sur le sujet au président de la République ce 30 avril.

Les experts alertent sur les lourdes conséquences d’une « hyperconnexion subie des enfants », « pour leur santé, leur développement, leur avenir », mais aussi plus largement pour l’avenir « de notre société » et « de notre civilisation ». Leur rapport formule donc plusieurs propositions fortes : interdiction des écrans pour les moins de 3 ans, interdiction de l’usage du téléphone portable avant 11 ans et autorisation d’accès aux réseaux sociaux à partir de 15 ans, seulement sur les plateformes qualifiées d’« éthiques ».

« Quelle perte de temps, quelle perte de moyens ! »

Des recommandations scientifiques déjà formulées par le psychiatre Serge Tisseron dans un livre publié dès 2013, intitulé « 3, 6, 9,12 : apprivoiser les écrans et grandir », affirme Catherine Morin-Desailly. La sénatrice centriste s’est elle-même largement inspirée de cet ouvrage pour formuler sa proposition de loi « visant à lutter contre l’exposition précoce des enfants au écrans », votée à la quasi-unanimité au Sénat en novembre 2018.

« Aujourd’hui, je me dis quelle perte de temps, quelle perte de moyens ! Faire appel à des scientifiques pour répondre à un problème que nous avions déjà posé il y a des années… Nous avons perdu six ans », dénonce Catherine Morin-Desailly. Malgré le très large vote du Sénat, son texte n’a en effet jamais été inscrit à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale. À l’époque, le gouvernement n’était en effet pas enclin à prendre des mesures et avait exprimé un avis défavorable au texte. « Nous estimons que les données des études sont encore trop partielles pour imposer un message sanitaire indiscutable », avait indiqué Christelle Dubos, secrétaire d’État auprès de la ministre de la Santé de l’époque Agnès Buzyn. « Au Sénat, tout le monde avait été choqué que la ministre Agnès Buzyn ne se déplace pas, elle n’a jamais daigné me recevoir », regrette Catherine Morin-Desailly, dénonçant un « manque de considération » du gouvernement de l’époque.

En parallèle, un texte similaire, déposé il y a un an par les députées Renaissance Caroline Janvier et Aurore Bergé, attend toujours d’être inscrit au Sénat après un large vote à l’Assemblée. Après les déclarations d’Emmanuel Macron mi-janvier, l’inscription du sujet parmi les préoccupations du gouvernement a poussé Catherine Morin-Desailly et Caroline Janvier à écrire à la ministre de la Santé Catherine Vautrin, qui devrait les recevoir prochainement.

Interdiction des écrans : « Je vois mal comment nous pourrions imposer cela aux parents »

Concernant le contenu du rapport remis au président de la République, la sénatrice centriste reste là aussi dubitative : « Ma proposition de loi ne formulait pas une proposition aussi restrictive que l’interdiction des écrans pour les moins de trois ans, car dans les faits je vois mal comment nous pourrions imposer cela aux parents ».

Le texte proposait en effet d’obliger les fabricants du numérique à indiquer sur l’emballage de leurs produits que leur utilisation « nuit au développement de l’enfant de moins de trois ans », d’assortir les publicités de « messages à caractère sanitaire » et d’engager chaque année une campagne nationale de sensibilisation aux « bonnes pratiques en matière d’exposition aux écrans ». « Avant toutes choses, ce sont des mesures très concrètes de prévention, d’éducation, qu’il faut mettre en place auprès des parents, des médecins », insiste Catherine Morin-Desailly.

Si le gouvernement n’a pas encore concrètement expliqué comment il se saisirait du rapport, des propositions émergent déjà. Lors de son discours de la Sorbonne la semaine dernière, Emmanuel Macron a affirmé sa volonté de porter la question de la majorité numérique à 15 ans au niveau européen. « C’est très bien », reconnaît Catherine Morin-Desailly, « mais il faut voir comment cette mesure peut se mettre en place concrètement, car il ne faudrait pas que les plateformes auprès desquelles nous justifieront de notre âge disposent ensuite d’un fichier de l’identité de leurs utilisateurs ». En France, la disposition existe déjà en partie, obligeant les réseaux sociaux à refuser l’inscription des enfants de moins de 15 ans, sauf si l’un des parents donne son accord.

Dans la même thématique

Rapport sur l’usage des écrans chez les enfants : « Nous avons perdu six ans », déplore la sénatrice Catherine Morin-Desailly
3min

Société

Narcotrafic : les dealers « estiment que ce sont eux qui font la loi », déplore cette habitante strasbourgeoise

A quelques pas de la frontière allemande, à Strasbourg, le quartier du Port-du-Rhin a depuis quelques jours retrouvé son calme. Du moins en apparence. Si l’opération « place nette XXL » qui a eu lieu début avril est venue perturber le trafic de drogue, cette tranquillité reste fragile, pour Anne-Véronique Auzet, enseignante à la retraite et habitante du quartier qui a accepté, malgré les risques, de témoigner dans l’émission « Dialogue citoyen ».

Le

Back to school : recreation time at the college
5min

Société

Transidentité : en commission, les sénateurs adoptent la proposition de loi LR visant à encadrer la transition de genre des mineurs

La commission des affaires sociales du Sénat examinait, ce mercredi, une proposition de loi de la droite sénatoriale visant à encadrer les pratiques médicales dans la prise en charge des mineurs souffrant de dysphorie de genre. A l’origine, le texte visait à interdire le recours aux bloqueurs de puberté et à la chirurgie avant 18 ans. Un amendement adopté en commission est revenu sur la première interdiction.

Le

Current affairs question session with the government – Politics
5min

Société

Violences intrafamiliales : les députés et les sénateurs se mettent d’accord sur une proposition de loi sur les ordonnances de protection provisoire

Le 21 mai, 7 députés et 7 sénateurs se sont réunis en commission mixte paritaire pour examiner une proposition de loi, déposée par la députée Renaissance Emilie Chandler le 5 décembre dernier, renforçant l’ordonnance de protection provisoire et créant une ordonnance provisoire de protection immédiate. Une commission mixte paritaire conclusive qui a adopté le texte à l’unanimité : « Tout le monde est d’accord pour aller plus loin dans la protection, personne ne peut se satisfaire des femmes tuées en France », affirme Dominique Vérien, rapporteure du texte au Sénat.

Le