Réanimation : « Notre système de santé est à genoux », dénonce Laurence Cohen

Réanimation : « Notre système de santé est à genoux », dénonce Laurence Cohen

Le gouvernement a annoncé le reconfinement de 16 départements ce jeudi à cause de la saturation des services de réanimation dans ces territoires. Le même jour, la Cour des comptes a rendu son rapport avec un chapitre consacré à ces structures hospitalières. Son bilan : la France ne va pas dans la bonne direction en ce qui concerne la réanimation.
Public Sénat

Par Joseph Stein

Temps de lecture :

5 min

Publié le

La réanimation à bout de souffle. Au 18 mars, les lits en réanimation existant avant la pandémie étaient occupés à 116 % dans les Hauts-de-France, d’après CovidTracker. En Île-de-France, ils l’étaient à 105 %.

C’est dans ce contexte de forte tension des services de soins, que la Cour de comptes a rendu ce jeudi son rapport public annuel, dans lequel elle s’est penchée sur leur situation. La juridiction financière indique ainsi qu’entre 2013 et 2019, le nombre de places en réanimation a augmenté de 0,17 % par an, soit de 56 lits. Une augmentation « dix fois plus faible que celle des effectifs de personnes âgées (+1,7 % par an) », alors que ces personnes représentent les deux tiers des malades hospitalisés dans ce secteur hospitalier.

Quand on rapporte la quantité de lits au nombre d’habitants, on observe même une dynamique descendante : entre 2013 et la veille de la crise sanitaire, le nombre de lits est passé de 44 à 37 pour 100 000 habitants de plus de 65 ans. « Notre système de santé est à genoux », dénonce Laurence Cohen, pour qui la situation actuelle est le résultat d’une « politique de suppression des lits depuis une dizaine d’années, dont les conséquences sont extrêmement graves pour la population ».

« Il faut faire avec ce qu’on a »

En réanimation, le total des lits, de 5 080 début 2020, a certes été élevé à 10 707 au 15 avril, pour faire face à la pandémie. Des milliers de médecins et d’infirmiers ont été mobilisés dans ces services. A l’origine de cette montée en puissance : de nombreuses déprogrammations et le transfert de 661 patients Covid vers d’autres régions ou à l’étranger. La Cour des comptes avertit : « L’impact des déprogrammations sur la santé publique, aujourd’hui inconnu, est potentiellement lourd. »

D’autant que ces capacités supplémentaires ont été créées dans l’urgence et comme elles ont été prises sur d’autres services des hôpitaux, elles ont vocation à être temporaires. Olivier Véran, le ministre de la Santé, avait déclaré en août dernier que « si la situation le nécessite, 12 000 lits de réanimation pourront être disponibles ». Cependant, depuis l’année dernière, la quantité de lits pérennes en réa n’a pas changé, comme le dénonce le syndicat des médecins réanimateurs, qui appelait à une grève illimitée mi-février. Face à ce constat, la Cour recommande d’adapter l’offre en réanimation en fonction du vieillissement de la population, donc d’augmenter le nombre de lits.

« Il faut faire avec ce qu’on a », estime toutefois le sénateur socialiste Bernard Jomier, « on peut regretter qu’il n’y ait pas plus de moyens, mais l’essentiel se situe dans la capacité à juguler l’épidémie ». Pour René-Paul Savary, sénateur LR, il convient de « trouver le juste milieu, on ne saurait créer trop de lits, qui ne seraient pas occupés tout le temps. Cela immobiliserait trop de matériels et de personnels. »

Déficit annuel de 115 000 euros par lit de réa

Laurence Cohen, sénatrice communiste, n’est pas d’accord avec cette vision des choses : elle demande l’ouverture de nouveaux lits. « Une fois la crise passée, on pourra les reconvertir pour d’autres services, notamment pour des patients âgés », envisage-t-elle. Avant tout, elle attend néanmoins un moratoire sur la suppression de lits à l’hôpital.

La juridiction financière relève en outre un problème lié à la tarification des activités hospitalières. En effet, le système actuel désincite les établissements à investir dans les services de réanimation, sachant qu’un lit de réa « génère un déficit moyen de 115 000 euros » chaque année. La Cour invite à réformer le financement des hôpitaux et surtout, à faire évoluer les capacités en soins critiques « au regard des seuls besoins épidémiologiques et de la file active de patients en demande de soins ».

René-Paul Savary appelle à trouver un « système où le nombre de lits soit adapté au vieillissement de la population et à des facteurs territoriaux », comme le taux de cancers ou la pyramide des âges dans les territoires.

Autant d’internes en réa que l’année dernière

Enfin, une hausse de la seule quantité des équipements ne suffirait pas, il faut aussi augmenter le nombre de soignants dédiés à la réa. Cela concerne les médecins, dont le nombre d’intensivistes-réanimateurs « demeure trop faible », regrette la Cour. Quant aux infirmiers, la juridiction financière préconise de les former à la réanimation, ce qui n’est pas toujours le cas pour le moment. Aussi bien Laurence Cohen que René-Paul Savary souhaitent que ces soignants soient mieux payés et qu’ils travaillent dans de meilleures conditions.

Mais le nombre de médecins n’augmentera pas en réa cette année. En août 2020, le ministère de la Santé a fixé le nombre d’internes en médecine intensive-réanimation à 74, comparé à 72 l’année précédente. Pour ce qui est des internes anesthésistes réanimateurs, l’autre métier dans ces services, cette année ils sont 468, soit deux de moins qu’en 2019.

Dans la même thématique

Manifestation contre les violences sur les mineurs, Toulouse
4min

Société

Relaxe d’un homme accusé de violences familiales : le droit de correction invoqué par les juges est « contraire à la loi »

Ce 18 avril, la cour d’appel de Metz a relaxé un policier condamné en première instance pour des faits de violences sur ses enfants et sa compagne. Dans leur arrêt, les juges ont indiqué qu’un « droit de correction est reconnu aux parents ». Une décision qui indigne la sénatrice Marie-Pierre de la Gontrie, rapporteure d’une proposition de loi qui interdit les « violences éducatives » depuis 2019.

Le

Réanimation : « Notre système de santé est à genoux », dénonce Laurence Cohen
4min

Société

« J’ai toujours été frappé par le degré de bienveillance dont je bénéficie », François Molins

Entre 2012 et 2018, une série d’attentats touche la France. Dans la tourmente, une voix rassurante émerge, celle de François Molins, procureur de la République. Pédagogie et sang-froid ont toujours été de mise dans ses prises de parole. Tant et si bien qu’un lien fort s’est construit entre les Français et lui. Comment a-t-il traversé ces moments de terreur ? Comment explique-t-il la sympathie des Français à son égard ? Cette semaine, François Molins est l’invité de Rebecca Fitoussi dans « Un Monde un Regard ».

Le

Réanimation : « Notre système de santé est à genoux », dénonce Laurence Cohen
3min

Société

« Quand j’ai abordé les viols sur enfants, j’ai reçu beaucoup de courriers me traitant de rabat-joie », Mireille Dumas

Dans son émission « Bas les masques » ou encore « Vie privée, vie publique », Mireille Dumas a mis en lumière des parcours de vie peu écoutés, et pourtant loin d’être des cas isolés. Alors que les féminicides étaient qualifiés de « crimes passionnels », elle dénonçait déjà les violences perpétrées à l’encontre des femmes, des enfants et des minorités de genre. Quel regard porte-t-elle sur l’évolution de la société sur ces questions ? Comment explique-t-elle son intérêt pour les autres ? Cette semaine, Mireille Dumas est l’invitée de Rebecca Fitoussi dans « Un Monde un Regard ».

Le