illustration de l’application WhatsApp

Réseaux sociaux : une proposition de loi pour garantir le respect du droit à l’image des enfants examinée au Sénat

Le Sénat se penche sur une proposition de loi qui doit renforcer le droit à l’image des enfants à compter du jeudi 10 mai. À l’heure de l’hégémonie des réseaux sociaux, l’autorité parentale est au coeur des débats parlementaires. D’autres propositions de loi similaires ont déjà été déposées.
Lauriane Nembrot

Temps de lecture :

5 min

Publié le

Mis à jour le

53 % des parents ont déjà partagé des images ou des vidéos de leurs enfants sur les réseaux sociaux. Ces chiffes sont ceux d’une étude de l’Observatoire de la parentalité et de l’éducation numérique (OPEN). D’après l’observatoire, 91 % de ces enfants ont moins de 5 ans lorsqu’ils apparaissent en ligne.

Le Sénat examine jeudi 10 mai une proposition pour protéger davantage le droit à l’image des mineurs, alors que la publication des images d’enfants sur les réseaux sociaux est légion. Elle a été déposée à l’Assemblée nationale par des députés de la majorité présidentielle, Aurore Bergé, Eric Pouillat et Bruno Studer.

Dans le détail, cette proposition de loi veut introduire la protection de la vie privée de l’enfant parmi les obligations des parents au titre de l’autorité parentale. Deux autres articles vont contraindre les deux parents de l’enfant à prendre leurs responsabilités s’ils publient des images du mineur sur internet.

Focus sur la responsabilité des deux parents

À l’initiative de la rapporteure Valérie Boyer, la commission des lois au Sénat, qui se dit « consciente des nouveaux enjeux que le numérique fait naître en matière de droit à l’image des enfants », a adopté en première lecture le 2 mai dernier un amendement sur la notion de vie privée de l’enfant. Il « viendrait consacrer de manière expresse l’obligation des parents de veiller au respect de la vie privée de leur enfant, y compris son droit à l’image », indique l’amendement.

Valérie Boyer, également membre de la délégation sénatoriale aux droits des femmes, a aussi fait des recommandations. Elle propose notamment de renforcer le droit à l’image des enfants en obtenant l’accord préalable des deux parents avant la publication d’images d’un mineur. La sénatrice souhaite la création d’une page dans le carnet de santé de l’enfant qui comprendrait des informations sur l’exposition des écrans « quels qu’ils soient ». Cette recommandation prend ses racines dans un amendement présenté par la sénatrice LR des Alpes-Maritimes Alexandra Borchio Fontimp. 

Une seconde recommandation de la sénatrice porte sur l’élaboration d’un véritable programme de santé publique permettant à chaque âge, de la crèche, à la maternelle et jusqu’à la fin du lycée, d’établir des critères précis sur les acquis que les enfants doivent connaître comme les « dangers » auxquels ils sont exposés : alimentation, drogues, exposition aux écrans, harcèlement.

Le Sénat renforce les pouvoirs de la Cnil

Un amendement de Valérie Boyer adopté en commission doit aussi élargir les compétences de la Cnil, la Commission nationale de l’informatique et des libertés. Aujourd’hui, le gendarme français du numérique veille surtout à la protection des données personnelles des internautes par les Gafa et peut dresser des amendes en cas d’infractions.

L’institution pourrait désormais « saisir les juridictions compétentes pour demander le blocage d’un site internet en cas d’atteinte aux droits des mineurs ». La Cnil est aussi autorisée à « agir en référé à l’encontre des éditeurs de site dès lors que les droits de mineurs sont concernés, sans condition de gravité ou d’immédiateté de l’atteinte ».

Les limites des compétences de la Cnil pour le respect de la vie privée avaient déjà été évoquées par son secrétaire général Louis Dutheillet de Lamothe. Auditionné par la commission d’enquête sur TikTok mercredi 3 mai, il a indiqué que « nous nous arrêtons au traitement des données ». Louis Dutheillet de Lamothe avait alors souligné que « les plus jeunes présentent des vulnérabilités particulières et sont moins vigilants sur la protection de leurs données et connaissent moins bien leurs droits ».

L’enfant, « un sujet de droit à part entière »

Un volet sur la sensibilisation des parents face au numérique et ses dangers est également prévu dans la proposition de loi. Une autre proposition de loi relative à la prévention de l’exposition excessive des enfants aux écrans ou encore celle qui instaure une majorité numérique et veut lutter contre la haine en ligne avait déjà été examinée au mois de mars.

Autant de propositions de lois qui entendent améliorer la protection des droits de l’enfant en France. En novembre dernier, le sénateur de la majorité présidentielle Xavier Iacovelli avait même proposé la création d’une délégation parlementaire entièrement consacrée à cette question. Une façon de « considérer l’enfant autrement que comme une personne qu’on doit forcément protéger, mais comme un sujet de droit à part entière », expliquait-il alors.

Une demande similaire avait été faite par le groupe communiste au Sénat. Mais cette proposition était loin de faire l’unanimité. La droite, qui avait fustigé un gadget parlementaire, a massivement rejeté cette proposition en décembre dernier à l’issue d’un vote marqué par des débats houleux au sein de l’hémicycle du Sénat.

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

Réseaux sociaux : une proposition de loi pour garantir le respect du droit à l’image des enfants examinée au Sénat
3min

Société

Augmentation des frais de mandats des sénateurs : la mesure ne passe pas pour cet agent de la fonction publique territoriale

Considéré à tort comme un secteur protégé par la baisse générale du pouvoir d’achat en France, la fonction publique peine à augmenter les plus bas salaires. Si l’annonce de la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat a pu en soulager certains, elle ne concerne pas tous les agents territoriaux. Une décision jugée inégalitaire, injuste, et qui détonne avec la récente augmentation de 700€ des frais de mandats des sénateurs. Interrogé par Tâm Tran Huy dans l’émission Dialogue citoyen, Benjamin Rapicault, fonctionnaire territorial, dénonce cette disparité.

Le

Réseaux sociaux : une proposition de loi pour garantir le respect du droit à l’image des enfants examinée au Sénat
3min

Société

« Avec le Smic, je ne vis pas, je survis » témoigne une jeune mère de famille

Ils sont près de 3 millions de salariés français à être rémunérés au Smic. Un chiffre beaucoup trop important pour le Premier ministre Gabriel Attal, qui, lors de sa déclaration de politique générale le 30 janvier dernier, a affirmé vouloir « désmicardiser la France ». Selon les régions et les charges, les difficultés des personnes au Smic peuvent être très différentes. Sur le plateau de l’émission Dialogue Citoyen, deux jeunes femmes ont accepté de témoigner de leurs situations.

Le

Réseaux sociaux : une proposition de loi pour garantir le respect du droit à l’image des enfants examinée au Sénat
3min

Société

 « Femmes SDF, sans toit, ni droits » : un documentaire à voir sur Public Sénat

Elles se cachent pour échapper aux violences de la rue. On les voit peu, mais les femmes sont de plus en plus nombreuses à dormir dehors. C’est pour lancer un cri d’alerte sur leur situation que la sénatrice Agnès Evren s’est lancée dans une mission d’information sur les femmes sans-domicile. Public Sénat l’a suivie dans ses visites de terrain, à la rencontre de ces femmes, et de celles et ceux qui tentent de leur venir en aide.

Le

Paris : Ceremonie les Eclats
2min

Société

Violences sexuelles : le Sénat demande à Rachida Dati de mettre fin aux fonctions du président du CNC

Lors de son audition devant la délégation aux droits des femmes du Sénat, Judith Godrèche avait exprimé son incompréhension de voir maintenu Dominique Boutonnat à la tête du CNC, malgré sa mise en examen pour agression sexuelle. Le président de la commission de la Culture et la présidente de la délégation aux droits des femmes du Sénat viennent d’envoyer un courrier à Rachida Dati lui demandant de mettre fin aux fonctions du président du CNC.

Le

La sélection de la rédaction

Réseaux sociaux : une proposition de loi pour garantir le respect du droit à l’image des enfants examinée au Sénat
8min

Société

Amende record, gestion des données de santé, piratages… la Cnil publie son bilan 2021

Plus de 214 millions d’euros. La quasi-totalité de cette somme concerne trois amendes prononcées contre les géants américains Google et Facebook, pour non-respect des nouvelles règles sur les cookies. Dans son rapport annuel d’activité, le Cnil alerte également sur l’explosion en 2021 des attaques par rançongiciel, un phénomène qui a ciblé les données de santé.

Le