Rohingyas : les silences d’un prix Nobel

Rohingyas : les silences d’un prix Nobel

Au moment où les persécutions envers les Rohingyas s’intensifient en Birmanie, Fabrice D’Almeida revient dans l’Info dans le rétro sur ces violences commises envers cette ethnie musulmane minoritaire, qui n’est pas s’en rappeler le génocide perpétré contre les  Arméniens un siècle plus tôt
Public Sénat

Par Fabrice d'Almeida

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Depuis 1982, la junte militaire birmane se livre à un véritable génocide culturel en retirant la nationalité à une ethnie musulmane de son territoire, les Rohingyas. Devenus de véritables apatrides, sans passeport, ils sont poussés à fuir vers le Bangladesh où un grand nombre d’entre eux vit dans des camps de fortune. Aung San Suu Kyi, grande conscience mondiale, prix Nobel de la paix a répugné à dénoncer pleinement la semaine dernière, le scandale de cette situation qu’elle n’ignore pas pour l’avoir mentionné dans des discours anciens.

UN GÉNOCIDE QUI EN RAPPELLE UN AUTRE

Des scènes de violence et une façon de transformer en apatride ses propres nationaux dans une logique de suppression des particularités qui ne sont pas sans rappeler l’un des premiers génocides du XXe siècle, celui des Arméniens. En 1915, craignant qu’ils soient des alliés de leurs adversaires russes, l’Etat turc avait ordonné leur massacre et leur déportation. Ceux qui avaient pu fuir les massacres avaient trouvé refuge au Liban où ils vivaient entassés dans des camps. L’invention d’un passeport international imaginé par le suédois Fridtjof Nansen, leur a permis de trouver refuge dans d’autres pays.  Pour son action humanitaire, Nansen reçu le prix Nobel de la paix en 1938.

Cette comparaison entre deux époques, deux prix Nobel montre la limite des grandes consciences mondiales : une inégalité d’intelligence face aux crises traversées par les peuples du monde.

Dans la même thématique

Rohingyas : les silences d’un prix Nobel
3min

Société

Narcotrafic : les dealers « estiment que ce sont eux qui font la loi », déplore cette habitante strasbourgeoise

A quelques pas de la frontière allemande, à Strasbourg, le quartier du Port-du-Rhin a depuis quelques jours retrouvé son calme. Du moins en apparence. Si l’opération « place nette XXL » qui a eu lieu début avril est venue perturber le trafic de drogue, cette tranquillité reste fragile, pour Anne-Véronique Auzet, enseignante à la retraite et habitante du quartier qui a accepté, malgré les risques, de témoigner dans l’émission « Dialogue citoyen ».

Le

Back to school : recreation time at the college
5min

Société

Transidentité : en commission, les sénateurs adoptent la proposition de loi LR visant à encadrer la transition de genre des mineurs

La commission des affaires sociales du Sénat examinait, ce mercredi, une proposition de loi de la droite sénatoriale visant à encadrer les pratiques médicales dans la prise en charge des mineurs souffrant de dysphorie de genre. A l’origine, le texte visait à interdire le recours aux bloqueurs de puberté et à la chirurgie avant 18 ans. Un amendement adopté en commission est revenu sur la première interdiction.

Le

Current affairs question session with the government – Politics
5min

Société

Violences intrafamiliales : les députés et les sénateurs se mettent d’accord sur une proposition de loi sur les ordonnances de protection provisoire

Le 21 mai, 7 députés et 7 sénateurs se sont réunis en commission mixte paritaire pour examiner une proposition de loi, déposée par la députée Renaissance Emilie Chandler le 5 décembre dernier, renforçant l’ordonnance de protection provisoire et créant une ordonnance provisoire de protection immédiate. Une commission mixte paritaire conclusive qui a adopté le texte à l’unanimité : « Tout le monde est d’accord pour aller plus loin dans la protection, personne ne peut se satisfaire des femmes tuées en France », affirme Dominique Vérien, rapporteure du texte au Sénat.

Le