Roumanie, un héritage communiste pesant

Roumanie, un héritage communiste pesant

L‘année 2019 signe les 30 ans de la chute du dictateur roumain Nicolae Ceausescu. Si le pays devait alors connaître la première expérience démocratique de son histoire, citoyens engagés et universitaires contestent aujourd’hui le manque de réelle rupture avec la période communiste. Pour illustrer ce propos, la réalisatrice Alina Cicani fait le bilan politique d’un pays à l’abandon, dans un documentaire au titre provocateur : « Roumanie, d’une dictature à l’autre ? »
Public Sénat

Par Mariétou Bâ

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

25 décembre 1989, une image fait le tour du monde. Une fumée blanche occupe une cour d’immeuble. Le cameraman filme de loin, puis avance doucement. Les nuages opaques laissent place à deux cadavres en sang, qui gisent sur le sol. Le plan se resserre finalement sur le buste d’un des deux morts, Nicolae Ceausescu et sa femme Elena viennent d’être exécutés. Une page politique se tourne : elle marque fin de la dictature communiste en Roumanie.

Les citoyens roumains sont encore marqués par l’histoire dictatoriale du pays. Nicolae Ceausescu, qui n’a jamais dépassé l’école primaire nous dit-on, comme sa femme, souhaitait faire de la Roumanie le premier pays sans dette. Celui qui est arrivé au pouvoir en 1965 a donc imposé des restrictions à toute la population. Le prix de l’alimentation a augmenté. D’abord celui du café, des pois chiches, puis celui de l’orge. Une inflation très douloureusement vécue par les Roumains. Une situation de pénurie, ajouté à une liberté d’expression muselée par la Securitate (une police politique), et des arrestations arbitraires.

Après la chute, quelle reconstruction ?

Qu’a-t-on reconstruit à la chute de Ceausescu ? Le bilan paraît assez médiocre, selon les protagonistes interrogés dans le documentaire. L’exemple de la santé est le plus significatif, dans ce pays laissé à l’abandon. « L’hygiène des hôpitaux est déplorable, les gens y meurent », témoigne Carmen Uscatu, membre d’une association du secteur médical. Aucun hôpital n’a été construit ces 30 dernières années, nous explique-t-on. Une des principales raisons de ce délaissement est la présence des élites communistes au pouvoir et de celle de leurs héritiers. Alina Cicani défend l’idée que la démocratie roumaine n’est pas totalement achevée, car il n’y a pas eu de rupture claire après la chute du dictateur Ceausescu. Elle constate alors qu’aujourd’hui encore, « le décalage entre le discours officiel et la parole des citoyens fait douloureusement écho à la période communiste ».

« La Roumanie prétend avoir tourné le dos à son passé », Alina Cicani, réalisatrice

Roumanie : "J'ai peur de mourir avant d'avoir vu une autoroute chez nous"
01:15


Mais les citoyens ne se laissent pas décourager par les traces qu’a laissées la dictature. Depuis janvier 2017, un mouvement de colère sociale dénonce la corruption qui gangrène le pays, le manque d’infrastructures sociales, ou encore l’absence d’autoroutes. Et dans certains cas, la révolte se transforme en initiative. En 2019 par exemple, un entrepreneur roumain du nom de Stefan Mandachi, a décidé de construire le premier mètre d’autoroute. Un élan de changement gagne lentement le pays.

Dans la même thématique

FRA : ASSEMBLEE : QUATRE COLONNES
6min

Société

Respect du pluralisme dans les médias : « Les critères de l’Arcom sont flous et contradictoires », selon François Jost

Six mois après la décision du Conseil d’Etat demandant à l’Arcom de renforcer son contrôle en matière de respect du « pluralisme et d’indépendance de l’information » par la chaîne CNews, le gendarme de l’audiovisuel s’appuiera désormais sur un faisceau d’indices, il appréciera « s’il y a eu un « déséquilibre manifeste et durable dans l’expression des courants de pensée et d’opinion ».

Le

Roumanie, un héritage communiste pesant
6min

Société

Après le bain d’Anne Hidalgo, la baignade dans la Seine bientôt autorisée pour tous ?

 A quelques jours des épreuves de nage en eau libre pour les Jeux olympiques la maire de Paris Anne Hidalgo s’est baignée dans la Seine mercredi 17 juillet. Etat et collectivités franciliennes ont investi 1,4 milliard d’euros depuis 2016 pour que la Seine et son principal affluent la Marne soit baignables. Avec la promesse de créer trois zones de baignades dans Paris en 2025. Si la qualité de l’eau fait beaucoup débat aujourd’hui, à l’origine, la baignade dans la Seine fut d’abord interdite à cause de conflits d’usage. Entretien avec Laurence Lestel est historienne de l’environnement et chercheuse au PIREN-Seine, le Programme scientifique interdisciplinaire dans le domaine de l’environnement de la Seine, où 23 équipes de recherches étudient ce fleuve depuis 35 ans.

Le