Skippeuses du Vendée Globe : « Nous avons fait nos preuves ! »

Skippeuses du Vendée Globe : « Nous avons fait nos preuves ! »

Cinq skippeuses du Vendée Globe ont été reçues au Sénat jeudi matin par la Délégation aux droits des femmes. Une rencontre marquée par un engagement en faveur de la mixité et de l’égalité dans le monde sportif.
Public Sénat

Par Alexis Vallée

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

« Malgré nos petits gabarits, nous avons des résultats proportionnellement équivalents à ceux des hommes et ce, malgré la différence de force physique », soutient la skippeuse Isabelle Joschke. Tous les quatre ans en novembre, une trentaine de participants s’élance des Sables-d’Olonne, en Vendée, pour réaliser un tour du monde à la voile, en solitaire et sans escale. En novembre 2020, six femmes — Pip Hare, Miranda Merron, Alexia Barrier, Isabelle Joschke, Samantha Davies et Clarisse Crémer — y ont pris le départ, dans les mêmes conditions que les hommes. Cinq skippeuses sur les six invitées par la délégation aux droits des femmes ont ainsi pu donner leur ressenti sur l’égalité dans le monde sportif.

 

Un sport « presque » mixte

 

Premier constat, sur terre comme sur mer, en équipe ou en solitaire, la parité reste imparfaite dans le sport professionnel. D’un point de vue économique, les skippeuses remarquent qu’il leur est plus facile de trouver un sponsor du fait de leur infériorité numérique. « Ça efface la dure réalité du machisme. Par exemple, si un homme disparaît en mer c’est une tragédie, si une femme disparaît en mer c’est une catastrophe », témoigne Alexia Barrier. Les conséquences de ces choix portent par exemple sur le matériel à disposition. « Aucune de nous n’avait des armes égales aux favoris. Ils avaient des bateaux neufs qui vont plus vite, c’est donc plus facile pour gagner la course », décrit Samantha Davies. Pendant la table ronde, Miranda Merron ajoute que le manque de participantes influence aussi les performances. Moins sélectionnées que les hommes lors de compétitions, les skippeuses possèdent ainsi moins d’expérience lors les grands enjeux.

 

« Il faut éduquer pour faire bouger les choses »

Voile: Dans la course au large, les femmes sont peu représentées" constate Isabelle Joschkee
01:31

 

A travers son association Horizon mixité, Isabelle Joschke veut sensibiliser les plus jeunes sur l’égalité dans le sport professionnel. « On a envie de faire rêver les petites filles et les femmes qui estiment que ce n’est pas un métier fait pour elle », souhaite-t-elle. D’autres skippeurs, hommes comme femmes, interviennent dans des écoles pour déconstruire les préjugés. « Je pense que l’on tend vers quelque chose de plus universel, mais il y a encore du chemin à faire. Ça nécessite des étapes dont la première est de trouver sa place dans un monde très masculin », ajoute la skippeuse. Un point de vue que partage la Britannique Pip Hare : « La proportion de femmes dans les courses n’a pas évolué depuis que j’ai débuté. Des gens s’émerveillent encore de voir des skippeuses remporter des compétitions mais il n’y a pas de quoi s’extasier, car ce n’est pas encore normal. »

 

« Les problématiques dans le sport restent les mêmes »

 

Il y a trois ans, la délégation aux droits des femmes s’intéressait déjà à ces questions à travers les footballeuses professionnelles, qui allaient disputer la coupe du monde en 2019. L’événement du Vendée Globe était l’occasion de donner la parole aux skippeuses. « A travers leurs témoignages, on voit que c’est important d’être une femme. Ça apporte des différences et des challenges. C’est bien de parler d’égalité mais c’est aussi bien de l’appliquer », défend Annick Billon, sénatrice de la Vendée et présidente de la délégation. Un constat que partage aussi Samantha Davies : « Je pense qu’on a fait nos preuves et je suis confiante pour que des partenaires trouvent des solutions à l’avenir. »

 

Annick Billon: "La question de la place des femmes dans le sport est majeure"
01:20

Plus qu’un travail, c’est une fierté de recevoir ces cinq sportives. Avant la table ronde, de nombreux membres du Sénat posent avec elles pour des photos. Personne ne reste insensible aux compétitrices y compris le président du Sénat, Gérard Larcher, qui s’est lui-même déplacé pour les accueillir avant la table ronde. « Ce sont des femmes normales mais qui ont accompli quelque chose d’extraordinaire. Elles ont décidé de vivre leur rêve, elles ont décidé d’affronter les difficultés à travers un exploit qui n’existe nulle part ailleurs : un tour du monde sans escale et sans assistance », se réjouit la sénatrice. De leur côté, les skippeuses espèrent que le prochain Vendée Globe, prévu en 2024, comprendra plus de femmes parmi les compétiteurs.

Dans la même thématique

Skippeuses du Vendée Globe : « Nous avons fait nos preuves ! »
3min

Société

« Quand j’ai abordé les viols sur enfants, j’ai reçu beaucoup de courriers me traitant de rabat-joie », Mireille Dumas

Dans son émission « Bas les masques » ou encore « Vie privée, vie publique », Mireille Dumas a mis en lumière des parcours de vie peu écoutés, et pourtant loin d’être des cas isolés. Alors que les féminicides étaient qualifiés de « crimes passionnels », elle dénonçait déjà les violences perpétrées à l’encontre des femmes, des enfants et des minorités de genre. Quel regard porte-t-elle sur l’évolution de la société sur ces questions ? Comment explique-t-elle son intérêt pour les autres ? Cette semaine, Mireille Dumas est l’invitée de Rebecca Fitoussi dans « Un Monde un Regard ».

Le

Skippeuses du Vendée Globe : « Nous avons fait nos preuves ! »
6min

Société

Opérations « place nette XXL » contre la drogue : « Le but stratégique, c’est de couper les tentacules de la pieuvre », défend Darmanin

Devant la commission d’enquête du Sénat sur les narcotrafics, Gérald Darmanin a vanté le bilan des opérations antidrogues lancées ces derniers mois dans plusieurs villes de France. Le ministre de l’Intérieur assure qu’au-delà de « la guerre psychologique » menée contre les dealers, ce sont les réseaux dans leur ensemble qui sont impactés.

Le