Social Business, l’économie au service de l’Homme

Social Business, l’économie au service de l’Homme

L’entreprise peut-elle rendre le monde meilleur ? C’est en tout cas l’objectif du Social Business, lancé par Muhammad Yunus, prix Nobel de la Paix en 2006. Défi ou utopie, ce modèle économique fait ces premiers pas au Bangladesh devant la caméra d'Amirul Arham.
Public Sénat

Par Béatrix Moreau

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Malnutrition, éducation, insalubrité, les problèmes sont nombreux au Bangladesh. Pourtant, Muhammad Yunus défie de s’« attaquer à l’impossible » et propose une économie alternative : le Social Business. Sur le terrain, dans les zones reculées du pays, le réalisateur Amirul Arham est allé à la rencontre des acteurs engagés dans ce nouveau modèle social. Il observe les rapports entre la population et des entreprises comme Veolia ou Danone. Optimiste, il estime que le Social Business « peut vraiment réduire la pauvreté ».

Social Business - Les premiers pas au Bangladesh
02:26

L’argent n’est pas une finalité, mais...

« Tout pour les autres, rien pour moi » prône la philosophie de Muhammad Yunus. Les entreprises engagées dans ce modèle ne doivent générer « ni pertes, ni dividendes ». Séduit par cette pensée, Amirul Arham explique que « la misère est une œuvre des hommes, et c’est donc à eux de la détruire ».
Dans les faits, les entreprises ne sont pas désintéressées et trouvent aussi leur compte. « Les hommes ne sont pas des anges » rappelle Maria Nowak, une économiste interviewée dans le documentaire. Des propos confirmés par le PDG de Danone « Muhammad Yunus est un guide, je suis son disciple, et parfois indiscipliné ».

1er diffusion samedi 18 février à 22h

Dans la même thématique