Solidarité : le Secours populaire enregistre une baisse de 2% des dons

Solidarité : le Secours populaire enregistre une baisse de 2% des dons

Henriette Steinberg, secrétaire générale du Secours populaire indique une baisse des dons en faveur de l’association mais refuse d’alimenter la polémique sur l’afflux de dons en faveur de la reconstruction de Notre-Dame au détriment de l’urgence sociale. 
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

« Si (les grandes fortunes) peuvent faire cet effort, à cette hauteur (…) peut-être peuvent-ils accentuer leur soutien à l’ensemble des associations qui développent de la solidarité. Et en ce qui concerne le Secours Populaire, nous, on est preneur ».

Henriette Steinberg, secrétaire générale de l’association, le Secours Populaire, se limite à cette remarque et refuse d’entrer dans la polémique qui entoure les dons des grandes fortunes à la restauration de Notre-Dame. En effet, avec les avantages fiscaux associés au mécénat d’entreprise, les grands donateurs sont accusés de privilégier à moindres frais, le patrimoine au détriment de l’urgence sociale (voir notre article). Ajoutez à cela un contexte fiscal peu favorable aux dons des particuliers car d’après une étude réalisée par l’institut IPSOS pour la fondation des Apprentis d’Auteuil, le prélèvement à la source, la hausse du taux de CSG ou encore la réforme de l’ISF « ont pesé sur la générosité des Français ».

Pour Henriette Steinberg souhaite préciser que « l’ISF n’était pas versé aux associations ». « Les personnes qui ont des petites retraites nous ont écrit pour dire que la (hausse) de la CSG mangeait ce qu’ils versaient habituellement aux associations (…) Notre évaluation, c’est que nous avons une petite diminution d’un peu moins de 2% des dons des personnes » explique-t-elle.

Dans la même thématique

Solidarité : le Secours populaire enregistre une baisse de 2% des dons
3min

Société

« Quand j’ai abordé les viols sur enfants, j’ai reçu beaucoup de courriers me traitant de rabat-joie », Mireille Dumas

Dans son émission « Bas les masques » ou encore « Vie privée, vie publique », Mireille Dumas a mis en lumière des parcours de vie peu écoutés, et pourtant loin d’être des cas isolés. Alors que les féminicides étaient qualifiés de « crimes passionnels », elle dénonçait déjà les violences perpétrées à l’encontre des femmes, des enfants et des minorités de genre. Quel regard porte-t-elle sur l’évolution de la société sur ces questions ? Comment explique-t-elle son intérêt pour les autres ? Cette semaine, Mireille Dumas est l’invitée de Rebecca Fitoussi dans « Un Monde un Regard ».

Le

Solidarité : le Secours populaire enregistre une baisse de 2% des dons
6min

Société

Opérations « place nette XXL » contre la drogue : « Le but stratégique, c’est de couper les tentacules de la pieuvre », défend Darmanin

Devant la commission d’enquête du Sénat sur les narcotrafics, Gérald Darmanin a vanté le bilan des opérations antidrogues lancées ces derniers mois dans plusieurs villes de France. Le ministre de l’Intérieur assure qu’au-delà de « la guerre psychologique » menée contre les dealers, ce sont les réseaux dans leur ensemble qui sont impactés.

Le