Stupéfiants : le Sénat veut éviter que la France ne devienne « un narco-État » 2.0

Stupéfiants : le Sénat veut éviter que la France ne devienne « un narco-État » 2.0

La délégation parlementaire au renseignement (DPR) a rendu public un rapport concernant les risques du trafic de stupéfiants en France. Avec ses dix recommandations, la DPR espère mieux prévenir la criminalité et la délinquance organisées, qui s’étendent désormais au cyberespace.
Public Sénat

Par Émo Touré

Temps de lecture :

6 min

Publié le

Dans son rapport annuel rendu public le 28 octobre dernier, la délégation parlementaire au renseignement a souhaité mettre en lumière un sujet peu traité dans ses rapports précédents : la lutte et la prévention de la criminalité organisée, et plus précisément du trafic de drogue. En effet, depuis les attentats de 2015, la DPR s’est avant tout consacrée à la question du terrorisme. La prévention de ce dernier représentait en 2021 près de 46,3 % des finalités fondant les demandes de techniques de renseignement. La raison de ce choix ? « Les menaces sur les intérêts fondamentaux » apportés par le trafic de stupéfiants demande un véritable travail de prévention.

C’est au regard de la situation européenne, comme aux Pays-Bas, que les députés et sénateurs membres de la délégation ont proposé dix recommandations, à déployer dans le recrutement de la Direction Nationale du Renseignement et des Enquêtes Douanières (DNRED), mais aussi dans la prévention des risques dans le cyberespace. Des recommandations spécifiques car ces menaces « nécessitent  des compétences d’investigation et des compétences techniques de pointe ».

Dans son rapport, la délégation explique vouloir prévenir le risque de voir la France devenir « un narco-état » 2.0. Le rapport fait ici référence aux Pays-Bas où le trafic de drogue transitant par le port de Rotterdam est responsable de la création d’une mafia néerlandaise qui menace désormais la vie du Premier ministre, et même de la princesse héritière. Une situation tendue,  « nécessairement (...) un sujet d’inquiétude pour la France », car la proximité avec les Pays-Bas et son port de Rotterdam  « a un impact direct » sur ses propres réseaux de drogue.

Face à  « des enjeux techniques », la nécessité d’un recrutement amélioré 

Recommandation phare de la délégation : s’assurer  « d’un meilleur recrutement » et d’une  « meilleure rétention des personnes » luttant contre la cybercriminalité. Un point clé du dispositif de prévention du trafic quand, selon la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ), le trafic de stupéfiants représente 70 % de l’ensemble de la criminalité organisée et de la délinquance spécialisée sous ses diverses formes. Les députés et sénateurs se sont réjouis d’observer la clarification des rôles de chaque entité dans les services secrets grâce à la réforme des offices élaborée en 2021. Selon ces derniers, la lutte contre la criminalité organisée étant de fait transversale, il est important d’amplifier la communication et de fluidifier le travail entre les multiples entités en institutionnalisant « la relation entre services de renseignement et services de police judiciaire », aujourd’hui en pleine réforme. 

Car le déplacement du trafic de drogue du réel au cyberespace est désormais un enjeu clé. Selon les services de renseignement, c’est justement dans ces domaines qu’il est plus difficile de recruter durablement, d’où la recommandation de la délégation d’assurer une formation et de prioriser le secteur.

A lire aussi >> Réforme controversée de la PJ : « Les voyous se frottent déjà les mains à l’idée qu’elle puisse voir le jour », alerte l’ancien patron de l’antigang

Le nouveau défi des services est de faire face à de « nouveaux moyens de commercialisation » de produits de la criminalité (drogues, armes à feu etc). Utilisant généralement le dark web, un web  « caché » uniquement accessible via des logiciels, ou des protocoles spécifiques et permettant un accès simplifié à la criminalité et autres contenus illicites payables en cryptomonnaies, les trafiquants sont désormais d’autant plus difficilement identifiables. Face à ces nouvelles problématiques techniques, la délégation préconise de répondre par des moyens d’enquête et d’investigation adaptés.  « L’enjeu pour la DNRED « serait désormais de pérenniser une  « cyberdouane ». Cette dernière servirait à démanteler plus rapidement des structures fournissant  « stupéfiants, armes et faux papiers ».

La corruption est  « un vrai sujet qui n’est pas anecdotique », a expliqué pendant son audition le directeur de la police judiciaire, Jérôme Bonet. Parmi les recommandations de la délégation figure ainsi l’importance  « d’élargir le champ d’application des déclarations d’intérêts », à l’instar des dockers, en première ligne dans le trafic de stupéfiants. Le port du Havre est la première plateforme de débarquement des conteneurs et concentre la majorité des saisies de cocaïne. Le risque pour les travailleurs est ainsi de faire face à des menaces de la mafia s’ils ne coopèrent pas avec eux, engrangeant ainsi une spirale corruptive. Pour la délégation, il est  essentiel de traiter de manière  « frontale la corruption ». Elle propose ainsi de mettre en place l’opération  « Mains propres » comme en Italie dans les années 1990, où une série d'enquêtes avait été réalisée pour mettre à jour les différents systèmes de corruption qui irriguent la société.

Clarifier la coopération des services secrets français avec leurs homologues étrangers

Le rapport revient enfin sur l’arrêt  « Big Brother Watch », pris par la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) en 2018. Ce dernier souligne la nécessité du partage des données entre services tout en garantissant la convention des droits de l’homme. Or, c’est précisément parce que la France ne respecte pas ce principe que la délégation estime que sa condamnation  « ne fait aucun doute ». L’instance préconise ainsi d’établir un cadre clair pour les relations entre services secrets français et ses homologues avant l’arrêt condamnant la France. Dans le cadre actuel, les échanges avec des pays étrangers sont entièrement protégés d’un contrôle indépendant, ce qui pourrait mener à un contournement de la loi selon la Commission nationale de contrôle des techniques de renseignement. Un point clé dans le dispositif de la lutte contre le trafic de stupéfiants qui nécessitera à coup sûr selon la délégation  « un encadrement législatif ».

 

Dans la même thématique

Stupéfiants : le Sénat veut éviter que la France ne devienne « un narco-État » 2.0
4min

Société

« J’ai toujours été frappé par le degré de bienveillance dont je bénéficie », François Molins

Entre 2012 et 2018, une série d’attentats touche la France. Dans la tourmente, une voix rassurante émerge, celle de François Molins, procureur de la République. Pédagogie et sang-froid ont toujours été de mise dans ses prises de parole. Tant et si bien qu’un lien fort s’est construit entre les Français et lui. Comment a-t-il traversé ces moments de terreur ? Comment explique-t-il la sympathie des Français à son égard ? Cette semaine, François Molins est l’invité de Rebecca Fitoussi dans « Un Monde un Regard ».

Le

Stupéfiants : le Sénat veut éviter que la France ne devienne « un narco-État » 2.0
3min

Société

« Quand j’ai abordé les viols sur enfants, j’ai reçu beaucoup de courriers me traitant de rabat-joie », Mireille Dumas

Dans son émission « Bas les masques » ou encore « Vie privée, vie publique », Mireille Dumas a mis en lumière des parcours de vie peu écoutés, et pourtant loin d’être des cas isolés. Alors que les féminicides étaient qualifiés de « crimes passionnels », elle dénonçait déjà les violences perpétrées à l’encontre des femmes, des enfants et des minorités de genre. Quel regard porte-t-elle sur l’évolution de la société sur ces questions ? Comment explique-t-elle son intérêt pour les autres ? Cette semaine, Mireille Dumas est l’invitée de Rebecca Fitoussi dans « Un Monde un Regard ».

Le

Stupéfiants : le Sénat veut éviter que la France ne devienne « un narco-État » 2.0
6min

Société

Opérations « place nette XXL » contre la drogue : « Le but stratégique, c’est de couper les tentacules de la pieuvre », défend Darmanin

Devant la commission d’enquête du Sénat sur les narcotrafics, Gérald Darmanin a vanté le bilan des opérations antidrogues lancées ces derniers mois dans plusieurs villes de France. Le ministre de l’Intérieur assure qu’au-delà de « la guerre psychologique » menée contre les dealers, ce sont les réseaux dans leur ensemble qui sont impactés.

Le