Tenues islamiques à l’école : « J’ai besoin de données avant de pouvoir agir », explique Pap Ndiaye

Tenues islamiques à l’école : « J’ai besoin de données avant de pouvoir agir », explique Pap Ndiaye

Le ministre de l’Education nationale, Pap Ndiaye, a indiqué avoir lancé une collecte d’informations sur le port de signes religieux ostentatoires dans les écoles. Un phénomène qui serait en nette augmentation depuis plusieurs semaines, selon une note des renseignements divulguée par RTL. « J’échangerai à ce sujet avec les recteurs dans deux jours », a précisé le ministre lors d’une conférence de presse.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Interrogé à la sortie du Conseil des ministres sur une hausse supposée du port de signes religieux à l’école, le nouveau ministre de l’Education nationale, Pap Ndiaye, a indiqué que le gouvernement était en train de procéder à une remontée d’informations pour cerner l’ampleur du phénomène et, éventuellement, prendre des mesures. « Nous sommes en train de collecter et de faire remonter les informations pour avoir une vision synthétique de la situation, pour pouvoir la caractériser calmement et l’évaluer à l’échelle nationale », a-t-il expliqué lors du traditionnel point presse qui suit la réunion hebdomadaire des ministres à l’Elysée.

Selon des chiffres du Service central du renseignement territorial, divulgués par RTL mardi 14 juin, 144 entorses à la loi de 2004 sur la laïcité à l’école ont été recensées au deuxième trimestre 2022 contre 97 sur les trois premiers mois de l’année, soit une augmentation de plus de 48 %. Toujours selon RTL, ces faits concerneraient pour « l’écrasante majorité » l’islam et auraient eu lieu pour la plupart dans le secondaire. Mais leur nombre est toutefois à rapporter au nombre total d’élèves scolarisés en France : plus de 12 millions.

« Nous sommes très bien équipés pour répondre à ces phénomènes »

« Je suis universitaire et scientifique, j’ai besoin de données avant de pouvoir agir, s’il y a lieu d’agir », a encore expliqué Pap Ndiaye. « Nous avons des remontées trimestrielles. Nous sommes dans un temps normal, qui consiste à faire remonter vers les académies, puis à l’échelle nationale. J’échangerai à ce sujet avec les recteurs dans deux jours pour avoir une vision aussi claire et calme que possible. Le président de la République y a fait allusion il y a quinze jours. Nous sommes dans un temps raisonnable pour pouvoir agir », a-t-il insisté.

» Lire notre article : Tenues islamistes à l’école : Bruno Retailleau demande à Pap Ndiaye d’être « intransigeant face à l’islam politique »

« Nous sommes très bien équipés pour répondre à ces phénomènes », a encore souligné Pap Ndiaye, rappelant que les établissements avaient déjà les moyens d’intervenir à leur niveau, à travers « des lois républicaines sur l’interdiction de signes religieux à caractère ostensible et prosélyte dans les écoles », mais aussi en faisant appel aux équipes académiques « Valeurs de la République ». Ces experts sont susceptibles d’intervenir dans chaque académie pour apporter un soutien et des éléments de réponses aux enseignants confrontés à des situations d’atteinte à la laïcité.

Dans la même thématique

Tenues islamiques à l’école : « J’ai besoin de données avant de pouvoir agir », explique Pap Ndiaye
2min

Société

Audition de Judith Godrèche : « C’était important qu’on l’entende et qu’on voit comment on peut mieux agir pour protéger les enfants »

Après l’audition de Judith Godrèche, la présidente de la délégation aux droits des femmes du Sénat, Dominique Vérien a rappelé que la loi de 2021, visant à protéger les jeunes mineurs des crimes sexuels permet aux mineurs de moins de 15 ans de ne pas avoir à prouver les éléments constitutifs d’un viol.

Le

Tenues islamiques à l’école : « J’ai besoin de données avant de pouvoir agir », explique Pap Ndiaye
2min

Société

Violences sexuelles dans le cinéma : Judith Godrèche demande aux sénateurs de mettre en place une commission d’enquête

Auditionnée par la délégation aux droits des femmes du Sénat, l’actrice Judith Godrèche a demandé la mise en place d’une commission d’enquête sur les violences sexuelles et sexistes dans le cinéma. Judith Godrèche a porté plainte contre le réalisateur Benoît Jacquot pour viols avec violences sur mineur de moins de 15 ans, puis pour viol sur mineur à l’encontre du cinéaste Jacques Doillon. Son témoignage a déclenché la prise de parole d’autres actrices.

Le

49th Cesar Film Awards – Dinner Photocall
7min

Société

Violences sexuelles dans le cinéma : que faut-il retenir de l'audition de Judith Godrèche au Sénat?

Ce jeudi 29 février, Judith Godrèche a été auditionnée par la délégation sénatoriale aux droits des femmes. En dénonçant l’emprise et les violences sexuelles dont elle a été victime enfant, l’actrice a récemment déclenché une nouvelle vague de libération de la parole dans le cinéma français. Retrouvez tous les temps forts de son audition.

Le