Illustration the X logo Twitter

Twitter est mort, vive le X !

Elon Musk signe la fin de l’aventure pour le petit oiseau bleu de Twitter, l’application ayant été rebaptisée « X » en début de semaine. Cette nouvelle transformation s’ajoute à toute une série de changements entrepris depuis le rachat de l’application par le milliardaire américain Elon Musk en 2022. Une décision qui, si elle paraît précipitée, s’inscrit avec cohérence dans une véritable stratégie globale selon Olivier Lascar, auteur du livre « Enquête sur Elon Musk, l’homme qui défie la science » (Éditions Leduc, Alisio, 2022).
Louis Mollier-Sabet

Temps de lecture :

7 min

Publié le

Mis à jour le

Le logo historique de Twitter a été remplacé par « X », en écho aux deux autres sociétés du milliardaire américain, SpaceX et X.AI. Cette transformation s’inscrit dans une stratégie plus globale puisque l’application devrait évoluer vers un modèle similaire à celui de « WeChat » et centraliser plusieurs types de services – audio, vidéo, messagerie, mais aussi des services de banques et de paiements. La directrice générale avait d’ailleurs déclaré : « Il n’y a absolument aucune limite à cette transformation. X sera la plate-forme qui peut vous apporter, eh bien… tout. ». Entretien avec Olivier Lascar, rédacteur en chef du pôle digital de « Sciences et Avenir » et auteur du livre « Enquête sur Elon Musk, l’homme qui défie la science » (Éditions Leduc, Alisio, 2022).

Selon vous, quelle est la stratégie d’Elon Musk à court et long terme ? Qu’espère-t-il gagner ? D’ailleurs, est-ce là une véritable stratégie ou s’agit-il de la lubie d’un milliardaire excentrique ?

L’image qu’Elon Musk renvoie – celle d’un « poulet sans tête qui court à droite à gauche » sans savoir où il va -, est un leurre. C’est un jeu auquel il joue souvent. La ligne directrice est assez claire dans sa tête : pour les réseaux sociaux, il fait finalement ce qu’il a toujours dit qu’il ferait. Il avait déclaré qu’il voulait créer les conditions qui permettront le développement de cette application totale. Ce n’est donc pas une surprise qu’il renomme Twitter en X puisqu’il assume depuis le début qu’il veut développer ce produit. Ce qui, en revanche, est surprenant, c’est que lorsqu’on rachète aussi cher une entreprise, il ne s’agit pas seulement d’acheter sa mécanique, mais aussi sa façade et les usages qui y sont associés. Dans le cas de Twitter, c’est assez hasardeux puisqu’il fait une croix sur une application qui a imprimé notre société médiatique, où tout un jargon a émergé (on parle de tweet sur les plateaux télé, par exemple.

En technologie, on ne décrète pas les usages, on constate leur surgissement. Il y a l’exemple des metaverses de Zuckerberg : pendant des années, celui-ci va travailler tout un discours en parlant de créer les conditions d’une révolution technologique, il va jusqu’à renommer Facebook en Meta, mais ça ne prend pas. De l’autre côté, on a l’exemple de ChatGPT qui surgit du jour au lendemain et le grand public s’en empare très rapidement sans même avoir été pressé à le faire. Donc dans le cas qui nous occupe, le choix d’Elon Musk est assez surprenant car bien que Twitter n’était pas encore rentable et très critiqué, il n’en demeure pas moins que l’application avait trouvé son chemin. D’un point de vue marketing, faire une croix sur son identité de marque est très hasardeux : ce n’est pas une décision surprenante, mais cela montre une forme de précipitation – c’est très muskien !

En fin de compte, l’objectif de long terme d’Elon Musk n’est-il pas d’effacer la marque Twitter afin d’ajouter Twitter X à la liste des entreprises qu’il possède et prétend avoir inventé ?

En effet, c’est un peu l’idée de brouiller les cartes. Elon Musk a toujours joué à ça dans son histoire industrielle. Dans mon livre, c’est ce que j’appelle la « technique du coucou » : faire son nid dans celui des autres. Tesla, ce n’est pas lui qui l’a inventé, faire des engins spatiaux réutilisables, il ne l’a pas vraiment inventé non plus : d’une certaine façon, c’était le principe de la navette américaine. Il se donne l’image d’un inventeur alors qu’il ne l’est pas. Donc avec Twitter qui devient X, il y a peut-être un peu de ça. En se débarrassant d’un historique, il fait table rase…

Il n’en demeure pas moins que le rachat de Twitter s’inscrit bien dans sa stratégie globale. Depuis vingt ans, l’obsession de Musk est le voyage spatial, envoyer les humains sur Mars. Pour y parvenir, il s’est doté d’une vache à lait (Tesla), et avec Twitter, il se donne un levier d’influence totale. Ce faisant, il développe une technique classique, qui est celle des capitaines d’industrie : s’emparer de la presse et des médias pour peser sur l’opinion publique ainsi que sur les décideurs publics et économiques. L’idée est d’avoir l’oreille des politiques parce que le problème de Musk aujourd’hui est d’une part d’ordre technique – tout ne fonctionne pas – et d’autre part d’ordre légal. Par exemple, en voulant faire rouler une voiture sans personne à bord, il se heurte en effet au cadre légal et au législateur américain. Par conséquent, disposer d’un outil comme Twitter, de réseautage, d’influence médiatique est cohérent dans le cadre des activités industrielles de Musk.

Twitter Blue, la certification payante, n’est-ce pas là une manière de légitimer de nouveaux leaders d’opinion en effaçant la légitimité qu’avaient certaines personnalités et institutions – en les noyant en quelque sorte dans la masse ?

Disons que cela met encore plus sur la table la question de la définition des réseaux sociaux. Les réseaux sociaux de tout temps n’ont jamais voulu apparaître comme des médias et préféraient se définir comme de simples relais. Or, en favorisant certains contenus et leaders d’opinion au détriment d’autres, ils font un choix éditorial. Ce sont donc des médias. Avec Musk, cette stratégie est clarifiée. Il a plutôt éclairci cela, ce qui est plutôt positif de ce point de vue là.

C’est une personnalité imprévisible, qui prend des décisions contradictoires ?

Il y a une forme de duplicité chez lui. Souvent, il prétend quelque chose et fait le contraire. Par exemple, il a été l’un des premiers à alerter des risques de l’intelligence artificielle et à expliquer que celle-ci allait nous mettre devant des enjeux existentiels alors qu’en parallèle, il a toujours fait usage de l’IA avec ses sociétés, et il a participé activement à la création d’OpenAI. En mars 2023, il a réclamé avec plusieurs personnalités un moratoire sur l’IA pour demander une pause dans les recherches sur les intelligences artificielles génératives, invoquant des « risques majeurs pour l’humanité ». Deux ou trois jours plus tard, on apprend que Musk a lancé sa startup consacrée à cette thématique pour concurrencer OpenAI et son ChatGPT.

Avec une application qui concentre autant de services et donc de données, le milliardaire américain risque par ailleurs de se heurter à la question du monopole, au moment où les GAFAM sont déjà dans le collimateur du législateur américain – à moins que Musk, devenu lobbyiste, ait le bras assez long pour que les décideurs acceptent de lui faire confiance.

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

Twitter est mort, vive le X !
4min

Société

Abnousse Shalmani reproche à la gauche d’avoir « abandonné l’amour de la patrie et le patriotisme »

Au lendemain des élections législatives ballottées entre les extrêmes, Abnousse Shalmani déplore que la gauche abandonne le patriotisme à l’extrême droite. Née iranienne et naturalisée française vers trente ans, l’écrivain et journaliste clame son amour pour le pays des droits de l’homme. Cette semaine, Rebecca Fitoussi reçoit Abnousse Shalmani dans « Un monde un regard ».

Le

Paris : Vote au Senat pour le projet de loi immigration
3min

Société

Des menaces de mort à l’égard de plusieurs personnalités de gauche publiées sur un site d’extrême droite

Lundi dernier, quelques jours après la publication sur un site d’extrême droite d’une liste d’avocats à « éliminer », ce même site, hébergé en Russie, a appelé à tuer plusieurs personnalités de gauche et un avocat. Pour Ian Brossat, sénateur communiste de Paris visé par ces menaces de mort, « tout cela montre le vrai visage de l’extrême droite ».

Le

Palais de Justice de Nice
5min

Société

Liste d’avocats « à éliminer » : « C’est symptomatique d’une libération de la parole d’extrême droite », dénonce le Syndicat des avocats de France

Le 3 juillet, un site d’extrême-droite a publié une liste de noms d’avocats qui avaient signé une tribune contre le RN, intitulée « Liste (très partielle) d’avocats à éliminer ». Elle a provoqué l’indignation unanime de la profession et du ministre de la Justice. Cette liste, publiée entre deux tours de législatives très tendues, revêt un caractère encore plus symbolique, alors que se pose la question de la potentielle arrivée au pouvoir du Rassemblement national à l’issue du scrutin de dimanche.

Le