Une nuit au musée, à la rencontre des artistes du passé

Une nuit au musée, à la rencontre des artistes du passé

Passer une nuit entière au Musée dans la seule compagnie des œuvres, traverser les rues de Paris aux côtés de peintres et de poètes… Par ces expériences insolites nos invités, aujourd’hui, ravivent notre intérêt pour l’art et la création.
Public Sénat

Par Soumaya Benaissa

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Une nuit pour questionner l’art

L’écrivain et scénariste Dan Franck nous embarque dans une déambulation imaginaire à travers Paris en compagnie des deux « génies-amis » que sont Apollinaire et Picasso. Et la romancière Lydie Salvayre qui s’est laissée enfermer au Musée Picasso, face au plus fameux des Giacometti, L’homme qui marche, fait le récit d’une nuit qui fut, contre toute attente, réfractaire et colérique…
Récit d’une nuit d’introspection vertigineuse et intimiste…

Livres & vous, Lydie Salvayre appelle le lecteur à refuser les injonctions en matière d’art : « J’aime les livres qui mordent »
01:33

 

Livres & vous, Lydie Salvayre et son rapport à l’Art: « La grande culture m’intimidait. Pire que cela, je me sentais à la porte »
00:52

Silence, vide, désarroi… Une séquence ouverte par un face-à-face stérile entre l’auteure de « Pas pleurer » (prix Goncourt 2014) et une œuvre qu’elle qualifie pourtant « d’essence même de l’art » : L’homme qui marche de Giacometti.

Livres & vous, « L’homme qui marche » de Giacometti pour Lydie Salvayre : « Questionner l’art contemporain et ses éventuelles impostures est une paresse, ça n’ouvre sur rien et c’est devenu un nouveau conformisme »
01:17

 

Livres & vous, « L’homme qui marche » de Giacometti pour Lydie Salvayre, « c’est l’essence même de la condition humaine »
00:26

L’épopée artistique ressuscitée par l’écriture

Dan Frank, scénariste revient ici à l’un de ses sujets de prédilection : la bohème du début du XXe siècle. Il poursuit l’exploration de cette époque « anartiste » marquée par une effervescence et une liberté artistiques qui lui sont chères.

L’écrivain ressuscite ainsi l’art et la culture de cette période : ses lieux - le Bateau-Lavoir, Le Dôme, La Rotonde, la Closerie des lilas - et ses héros - Picasso, Apollinaire et leurs amis pour mieux en souligner la dimension politique et sociale : Ils sont les réfugiés de leur temps…

Livres & vous, Dan Franck sur l’accueil des artistes étrangers, « Picasso, aujourd’hui, n’aurait pas eu ses papiers »
01:01
Livres & vous, Dan Franck sur son œuvre : « Ce qui m’intéresse, c’est de raconter l’histoire sociale et politique de la France et du monde à travers des artistes. Les artistes sont un reflet de la société absolument extraordinaire »
01:17

 

Livres & vous, Lydie Salvayre et Dan Franck répondent à la question : Ecrire, à quoi ça sert ? « Réveiller et questionner » répond Lydie Salvayre, « Espérer » pour Dan Franck.
01:29

« Réveiller, questionner, crier » pour nos invités l’art finalement fait sens et s’il est « infoutu » de changer le monde, rien ne le vaut… définitivement.

 

 

Dans la même thématique

FRA : SENAT : Allocution de Gabriel ATTAL
7min

Société

IVG dans la Constitution : la droite sénatoriale joue-t-elle la montre ?

A deux jours de l’examen du projet de loi, au Sénat, visant à inscrire l’IVG dans la Constitution, le suspense reste entier quant à l’issue du scrutin. Si une bonne partie de la droite sénatoriale ne s’oppose plus frontalement à la constitutionnalisation de l’IVG, elle conteste la rédaction proposée par le gouvernement. Deux amendements LR seront examinés en séance. Si l’un d’eux était adopté, la révision constitutionnelle serait retardée.

Le

Paris : QAG au Senat
3min

Société

IVG dans la Constitution : la droite sénatoriale veut ôter le mot « garantie » du texte

A quelques minutes du dépôt final des amendements au projet de loi constitutionnelle visant à inscrire l’IVG dans la Constitution, un nouvel amendement va être déposé par la droite sénatoriale. Il vise à ôter le mot « garantie » à la phrase « La loi détermine les conditions dans lesquelles s’exerce la liberté garantie à la femme d’avoir recours à une interruption volontaire de grossesse ». La droite craint des effets juridiques « dangereux ».

Le