Une proposition de loi pour «protéger les enfants victimes de viol » et « éviter la notion de consentement »

Une proposition de loi pour «protéger les enfants victimes de viol » et « éviter la notion de consentement »

Une relation sexuelle entre une enfant de 11 ans et un homme de 28 ans peut-elle être consentie ? C'est la question qui fait polémique au parquet de Pontoise, où cet acte a été qualifié non pas de viol, mais « d'atteinte sur mineur ». Sur cette question, la sénatrice communiste Laurence Cohen monte au créneau et annonce qu'elle déposera prochainement une proposition de loi pour éviter que la notion de consentement soit utilisée pour les mineurs, avec une limite à 13 ou 15 ans.
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

La sénatrice communiste Laurence Cohen va déposer une proposition de loi sur le consentement des mineurs. Une PPL qui trouve son origine dans une affaire judiciaire polémique révélée par Mediapart. À Pontoise, une préadolescente de 11 ans a porté plainte pour « viol » après une relation sexuelle avec un homme de 28 ans. Or, le parquet n’a pas retenu cette qualification à l’encontre du prévenu. Le jeune homme devait comparaître cette semaine pour « atteinte sexuelle sur mineur de moins de 15 ans », avant que le procès ne soit reporté en février prochain. La victime, une élève de sixième, avait suivi cet homme à la sortie du collège sans violence ni contrainte, comme le précisent les enquêteurs, avant d’arriver au domicile de ce dernier où le rapport sexuel a eu lieu. « Elle était tétanisée, elle ne savait pas comment réagir » expliquent les avocats de la victime.

 

Selon l’article 222-23 du Code Pénal, est qualifié de viol « tout acte de pénétration sexuelle de quelque nature qu’il soit, commis sur la personne d’autrui par violence, contrainte, menace ou surprise ». Ici, le parquet n’a pas retenu ce qualificatif malgré le jeune âge de la victime, la jugeant donc consentante, d’où la poursuite du prévenu pour « atteinte sexuelle sur mineur » seulement (la majorité sexuelle est, pour rappel, de  15 ans).

 

« C’est très grave de penser qu’il puisse y avoir consentement »

 

« J’ai été extrêmement choquée par la déqualification de ce viol. » La sénatrice du Val-de-Marne Laurence Cohen, engagée pour le droit des femmes au sein de la commission des affaires sociales, a annoncé son souhait de légiférer sur la question. «Penser qu’il peut y avoir consentement dans ce cas, avec une enfant de onze ans, c’est très grave. C’est grave pour elle, qui aura du mal à se reconstruire, et c’est grave pour le message qui est envoyé à tous les violeurs en leur disant que finalement, ce n’est pas si grave que ça. » Pour la sénatrice, c’est un crime qui doit être jugé aux assises et elle espère, comme les avocats, une requalification avant la reprise du procès en février prochain.

Pour éviter que ce genre de cas ne se reproduise, Laurence Cohen déposera dans les semaines qui viennent une proposition de loi au Sénat. « Elle visera à protéger les enfants qui sont victimes de viol en empêchant qu’on puisse prétendre, au niveau législatif, qu’il y a consentement pour les mineurs, avec une limite à 13 ou 15 ans. » 

Dans la même thématique

Une proposition de loi pour «protéger les enfants victimes de viol » et « éviter la notion de consentement »
3min

Société

Narcotrafic : les dealers « estiment que ce sont eux qui font la loi », déplore cette habitante strasbourgeoise

A quelques pas de la frontière allemande, à Strasbourg, le quartier du Port-du-Rhin a depuis quelques jours retrouvé son calme. Du moins en apparence. Si l’opération « place nette XXL » qui a eu lieu début avril est venue perturber le trafic de drogue, cette tranquillité reste fragile, pour Anne-Véronique Auzet, enseignante à la retraite et habitante du quartier qui a accepté, malgré les risques, de témoigner dans l’émission « Dialogue citoyen ».

Le

Back to school : recreation time at the college
5min

Société

Transidentité : en commission, les sénateurs adoptent la proposition de loi LR visant à encadrer la transition de genre des mineurs

La commission des affaires sociales du Sénat examinait, ce mercredi, une proposition de loi de la droite sénatoriale visant à encadrer les pratiques médicales dans la prise en charge des mineurs souffrant de dysphorie de genre. A l’origine, le texte visait à interdire le recours aux bloqueurs de puberté et à la chirurgie avant 18 ans. Un amendement adopté en commission est revenu sur la première interdiction.

Le

Current affairs question session with the government – Politics
5min

Société

Violences intrafamiliales : les députés et les sénateurs se mettent d’accord sur une proposition de loi sur les ordonnances de protection provisoire

Le 21 mai, 7 députés et 7 sénateurs se sont réunis en commission mixte paritaire pour examiner une proposition de loi, déposée par la députée Renaissance Emilie Chandler le 5 décembre dernier, renforçant l’ordonnance de protection provisoire et créant une ordonnance provisoire de protection immédiate. Une commission mixte paritaire conclusive qui a adopté le texte à l’unanimité : « Tout le monde est d’accord pour aller plus loin dans la protection, personne ne peut se satisfaire des femmes tuées en France », affirme Dominique Vérien, rapporteure du texte au Sénat.

Le