Violences Policières : quand la Préfecture de Police riposte sur les réseaux sociaux

Violences Policières : quand la Préfecture de Police riposte sur les réseaux sociaux

Début janvier 2020, alors que le débat sur les violences policières est ravivé par les manifestations contre la réforme des retraites, la Préfecture de Police innove sur ses réseaux sociaux. Traditionnellement muette face au buzz des vidéos de violences commises par des policiers, l’institution décide de s’engager dans le débat en affichant son soutien à ses troupes. Hashtag décrypte cette stratégie et ses dangers.
Public Sénat

Par Arthur Bamas

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Dénoncer les violences subies par les policiers

LA PREFECTURE DENONCE LES VIOLENCES
00:51

Une guerre des images inédite

Pour Franck Louvrier, communicant et ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, ces tweets sont une riposte inédite et efficace face au buzz des vidéos des manifestants. Ils permettent de rappeler que les policiers sont régulièrement la cible de violences. Cependant, au-delà de la nouveauté, il met également en garde la Préfecture : cette riposte n’appelle-t-elle pas à la surenchère ?

UNE NOUVELLE GUERRE DES IMAGES - FRANCK LOUVRIER
00:48

Désescalade ou surenchère ?

De son côté, le spécialiste en communication politique Thierry Herrant considère que, par ces messages, la Préfecture de Police rentre dans une logique de bloc à bloc. Puisqu’elle est assimilée au « camp » des policiers : « La Préfecture est jugée peu crédible pour communiquer sur de tels sujets. Et, alors que la communication devrait être dans une logique de désescalade, ses tweets recréent de l’affrontement. »

DESESCALADE OU SURENCHERE - THIERRY HERRANT
00:57

« Sortir du nombrilisme policier »

Mais cette stratégie de communication n’obéit-elle qu’à une logique de camps ? Pour Jean-Michel Schlosser, sociologue et ancien policier, le premier objectif de cette communication est de sortir la police de son silence pour lui donner l’image d’une institution ouverte sur le monde.

"Sortir du nombrilisme policier" - Jean-Michel Schlosser
00:32

Dans la même thématique

Violences Policières : quand la Préfecture de Police riposte sur les réseaux sociaux
6min

Société

Après le bain d’Anne Hidalgo, la baignade dans la Seine bientôt autorisée pour tous ?

 A quelques jours des épreuves de nage en eau libre pour les Jeux olympiques la maire de Paris Anne Hidalgo s’est baignée dans la Seine mercredi 17 juillet. Etat et collectivités franciliennes ont investi 1,4 milliard d’euros depuis 2016 pour que la Seine et son principal affluent la Marne soit baignables. Avec la promesse de créer trois zones de baignades dans Paris en 2025. Si la qualité de l’eau fait beaucoup débat aujourd’hui, à l’origine, la baignade dans la Seine fut d’abord interdite à cause de conflits d’usage. Entretien avec Laurence Lestel est historienne de l’environnement et chercheuse au PIREN-Seine, le Programme scientifique interdisciplinaire dans le domaine de l’environnement de la Seine, où 23 équipes de recherches étudient ce fleuve depuis 35 ans.

Le