Voiture autonome : faut-il lui laisser le volant ?

Voiture autonome : faut-il lui laisser le volant ?

Les invités de l’émission « On va plus loin » débattent de la voiture autonome, qui commence déjà à se développer et qui pourrait bouleverser totalement nos habitudes de transports.
Public Sénat

Temps de lecture :

5 min

Publié le

Mis à jour le

 « Les gens ne sont pas prêts à lâcher le volant » constate, d’emblée, la sénatrice (LR) de l’Aisne, Pascale Gruny, coauteure d’un rapport sur la voiture autonome.

Les Français ne seraient donc pas encore convaincus de se laisser conduire par leur voiture ? Pourtant, ce n’est pas faute d’en entendre vanter les mérites, notamment à VivaTech, le salon des innovations, qui vient tout juste de fermer ses portes à Paris, ou dans la bouche même du Président de la République, qui a spécifié en mars dernier son souhait de voir la France « à la pointe de l’expérimentation et de l’industrialisation » dans ce domaine.

Pour la sénatrice (LR), la France n’est, aujourd’hui, pas prête : « Juridiquement, on a un souci avec la Convention de Vienne qui exigence que tout véhicule doit être conduit par un conducteur et que l’on ne peut pas avoir d’autres activités [au même moment] ».

Pascale Gruny regrette également le retard de la France dans ce domaine par rapport à d’autres pays : « On a un retard vis-à-vis des Allemands [mais] on a aussi un retard énorme avec les États-Unis, la Chine et le Japon (…). Par rapport à la Convention de Vienne (…) et par rapport aux expérimentations. Parce qu’aujourd’hui, nos expérimentations ne peuvent être que dans des lieux privés. On ne peut pas être sur les routes que vous empruntez. Donc tout ça  a pris beaucoup de retard (…) Et il va falloir aussi des soutiens financiers. Or mon inquiétude est là aussi. Quand on dit qu’on va mettre 1,5 milliard d’euros sur le numérique, ce n’est pas que sur le véhicule autonome. Et nos constructeurs, ils vont avoir besoin de cette filière. Mais il n’y a pas que les constructeurs. Il y a l’infrastructure aussi. »  

 

 

Eric de Caumont, avocat et président de l’Association des avocats de l’automobile, estime que l’arrivée du véhicule autonome implique  de « revoir complètement notre réglementation » :

« À l’heure actuelle, la réglementation française qui établit les responsabilités en cas d’accident et qui prévoit que (…) le conducteur doit rester maître de son véhicule (…) et que s’il y a un accident dû à son défaut de maîtrise, il est responsable, cette réglementation est inapplicable à un ensemble de véhicules autonomes et va être très délicate dans une période de transition (…) Il va falloir adapter complètement la réglementation et je peux vous dire que ça va fumer sous les crânes des juristes. »

 

 De son côté, Stéphane Pénet, directeur des assurances dommages de la Fédération française de l'assurance, est confiant : « Sur le plan de l’assurance,  les choses sont moins compliquées qu’on veut bien le dire. En réalité, le cadre juridique de l’assurance dit (…) : «  Il faut qu’il y ait toujours une assurance qui puisse régler un accident de véhicule et il faut que les victimes soient correctement indemnisées ». Et si vous lisez aujourd’hui les textes, que ce soient les textes européens (…) ou le code des assurances, il n’y a pas une virgule à changer pour que cela fonctionne pour des véhicules autonomes (…) Par contre, dans le fonctionnement de l’assurance, pour que nous puissions effectivement répondre à cette mission que nous a donné le législateur, qui est de bien indemniser les victimes, alors là, il y a la question de la recherche des responsabilités qui risque d’être un peu compliquée. Mais qui peut être rapidement résolue parce que la technologie peut aussi être au service de la traçabilité des accidents. »

 

Même si les avancées technologiques sont importantes, Julie Thoin-Bousquié, journaliste spécialiste de l’automobile à L’Usine Nouvelle, rappelle tout de même que le niveau 5 de la voiture autonome, niveau où c’est le véhicule qui conduit totalement les personnes installées dans l’habitacle, « sera dans un futur quand même très lointain ». « Cela suppose que le véhicule soit capable de fonctionner de la même manière qu’un être humain. C’est un défi considérable » explique-t-elle.

La journaliste met surtout  le doigt sur les risques futurs concernant la cybersécurité : « Qui dit véhicule autonome, dit véhicule connecté (…) Cela pourra poser des problèmes, comme on peut voir aujourd’hui dans l’informatique (…) On pourrait bloquer le véhicule et vous demandez finalement de payer une rançon pour que vous puissiez l’utiliser. »  

 

Vous pouvez voir et revoir le débat sur la voiture autonome, en intégralité :  

Voiture autonome : faut-il lui laisser le volant ?
25:24

Dans la même thématique

Voiture autonome : faut-il lui laisser le volant ?
3min

Société

 « Femmes SDF, sans toit, ni droits » : un documentaire à voir sur Public Sénat

Elles se cachent pour échapper aux violences de la rue. On les voit peu, mais les femmes sont de plus en plus nombreuses à dormir dehors. C’est pour lancer un cri d’alerte sur leur situation que la sénatrice Agnès Evren s’est lancée dans une mission d’information sur les femmes sans-domicile. Public Sénat l’a suivie dans ses visites de terrain, à la rencontre de ces femmes, et de celles et ceux qui tentent de leur venir en aide.

Le

Paris : Ceremonie les Eclats
2min

Société

Violences sexuelles : le Sénat demande à Rachida Dati de mettre fin aux fonctions du président du CNC

Lors de son audition devant la délégation aux droits des femmes du Sénat, Judith Godrèche avait exprimé son incompréhension de voir maintenu Dominique Boutonnat à la tête du CNC, malgré sa mise en examen pour agression sexuelle. Le président de la commission de la Culture et la présidente de la délégation aux droits des femmes du Sénat viennent d’envoyer un courrier à Rachida Dati lui demandant de mettre fin aux fonctions du président du CNC.

Le

Versailles: Congress at the Chateau de Versailles castle
2min

Société

IVG dans la Constitution : les derniers détails de la séance du Congrès

Lundi 4 mars, le Parlement réuni en Congrès va inscrire la liberté d’avoir recours à une interruption volontaire de grossesse dans la Constitution. On vous en dit plus sur les étapes de cet évènement historique. Un évènement à suivre sur les antennes de Public Sénat et LCP de 14h30 à 19h30.

Le