Enfants à la rue : « Réveillez-vous ! » demande la sénatrice Mathilde Ollivier au gouvernement

La sénatrice écologiste Mathilde Ollivier a interpellé le gouvernement sur la présence de plus de 2800 enfants contraints de dormir dans la rue, ce 22 novembre 2023.
Guillaume Jacquot

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Pour sa première question au gouvernement, la sénatrice écologiste Mathilde Ollivier a choisi d’attirer l’attention des ministres et de ses collègues sur ces centaines d’enfants contraints de dormir dans les rues. Au début du mois d’octobre, ces derniers étaient 2 822, selon le dernier baromètre de l’Unicef et de la Fédération des acteurs de la solidarité (FAS). « Zéro enfant à la rue, c’est ce que vous promettiez il y a un an […] Votre politique de mise à l’abri est donc un échec », a dénoncé la sénatrice représentant les Français établis hors de France.

La benjamine du Sénat, élue en septembre, a notamment souligné 30 écoles étaient occupées la nuit « pour permettre à des enfants de dormir au chaud ». Début novembre, la députée écologiste du Rhône Marie-Charlotte Garin avait d’ailleurs alerté sur cette situation, en passant la nuit dans le gymnase d’une école concernée par ce phénomène.

« Nous attendons depuis plusieurs semaines une réaction du gouvernement. Il n’en est rien. Vous avez choisi le camp du déni », s’est exclamée Mathilde Ollivier, se demandant quand l’exécutif allait accepter d’ouvrir 10 000 places d’hébergement supplémentaires. Lors des débats sur le projet de loi de finances 2024 à l’Assemblée nationale, deux amendements dans ce sens avaient été adoptés en commission des finances, mais n’avaient pas survécu à l’adoption du texte provoquée par le 49.3 en séance. La sénatrice a une nouvelle fois demandé au gouvernement s’il comptait accéder à cette demande.

« Le gouvernement prend, contrairement à ce que vous dites, ses responsabilités »

Charlotte Caubel secrétaire d’État chargée de l’Enfance, a assuré que le gouvernement partageait « pleinement » les préoccupations émises par la sénatrice. « Évidemment, dans la semaine des droits de l’enfant, avoir un enfant à la rue c’est évidemment un enfant de trop, le droit à des conditions dignes de vie est un droit fondamental reconnu par la Convention internationale des droits de l’enfant », a ajouté l’ancienne magistrate.

Citant le dernier comité interministériel de l’enfance, la ministre a rejeté les critiques émises plus tôt. « Le gouvernement prend, contrairement à ce que vous dites, ses responsabilités. » Selon elle, les efforts déployés « n’ont jamais été aussi importants ». En 2021, le nombre de places en hébergement d’urgence avait atteint la barre 200 000 et l’an dernier, le gouvernement avait renoncé à son idée de réduire ce nombre, face à la levée de boucliers des acteurs du monde associatif. Charlotte Caubel a par ailleurs souligné que le gouvernement était « profondément engagé » pour faciliter l’entrée de familles précaires dans des logements pérennes, du parc social : 240 000 personnes dont 100 000 enfants y ont ainsi accédé l’an dernier, selon elle.

Des données générales qui n’ont pas convaincu Mathilde Ollivier, toujours choquée par ce chiffre alarmant de 2 822 enfants à la rue. « Ce n’est plus l’heure de se défiler, réveillez-vous ! » a-t-elle répliqué, comme un clin d’œil au mot d’ordre lancé par Emmanuel Macron devant les chefs entreprises hier, au sujet du chômage.

Dans la même thématique

France Farmers’ protest
8min

Territoires

La Coordination rurale, l’un des porte-étendards de la colère des agriculteurs

Deuxième organisation syndicale du secteur, connue pour ses actions coups de poing sur le terrain, la Coordination rurale est devenue particulièrement visible dans le mouvement de protestation des agriculteurs. Dans cette crise inédite par sa dureté, la CR cultive sa différence avec le syndicat majoritaire, la FNSEA. Au point d’agacer le chef de l’Etat. Focus sur ce syndicat.

Le

Echarpe tricolore politique – Political tricolor scarf
6min

Territoires

Congé maternité des maires : « La loi a vocation à s’adapter » pour pallier l’absence d’indemnité

La maire écologiste de Poitiers (Vienne), Léonore Moncond’huy, élue en 2020, se devra d’interrompre provisoirement son mandat au mois de mars en raison d’un congé maternité. Problème ? La loi ne prévoit pas d’indemnisation pour les élues prenant un congé maternité exerçant à plein temps leur activité. Un vide juridique qui pose question dans un contexte où le statut de l’élu local sera à nouveau au centre des débats au Parlement, avec une proposition de loi à venir dans chaque assemblée.

Le