Agriculture en hiver

Gel des cultures : comment fonctionne la loi « assurance récolte » ?

Alors que la France traverse une période de froid, les agriculteurs craignent que le gel détruise une partie de leur future récolte. Depuis l’année dernière, la loi « assurance récolte » modifie les conditions d’indemnisation. Explications
Simon Barbarit

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Comme en 2021 et 2022 à la même époque, la France traverse une période de froid à hauts risques pour les agriculteurs. Depuis ce week-end, dans le Var, la Bourgogne, passant par le Puy-de-Dôme ou la Bourgogne, les viticulteurs et arboriculteurs surveillent l’effet des températures négatives sur les vignes et les bourgeons qui ont commencé à débourrer (épanouissement des bourgeons).

En 2021, les pertes dues au gel avaient conduit à la mise en place d’un fonds d’urgence pour les exploitants les plus touchés de 20 millions d’euros, et une prise en charge des cotisations sociales pour près de 70 % des exploitations à hauteur de 170 millions d’euros.

Jérôme Despey, premier vice-président du syndicat agricole majoritaire FNSEA a indiqué lundi à l’AFP qu’il y avait « déjà eu quelques pertes chez des viticulteurs dans le Var, le Vaucluse et certaines zones de l’Hérault ». Adoptée en 2022 et entrée en vigueur janvier 2023, la loi « assurance récolte » a fixé un nouveau cadre général d’indemnisation tripartite entre les agriculteurs, l’Etat et les assurances.  « Une fusée à plusieurs étages » destinée à élargir la couverture assurantielle explique Henri Cabanel, sénateur (RDSE) de l’Hérault, viticulteur de métier.

« L’objectif du gouvernement était de favoriser la pénétration de la couverture assurantielle dans le milieu agricole »

Les risques de faible intensité sont à la charge de l’exploitant agricole, par de l’épargne de précaution, notamment. Le risque d’intensité moyenne (à partir de 20 % de pertes) est absorbé lui par l’assurance multirisque climatique (MRC), subventionnée par l’Etat à hauteur 70 %. Enfin, en cas de pertes « catastrophiques », c’est la solidarité nationale qui joue à un seuil fixé à 50 % de pertes pour la viticulture et 30 % pour l’arboriculture. Pour les agriculteurs assurés, 90 % des pertes sont prises en charge part l’Etat et 10 % par l’assurance. Pour ceux qui ne sont pas assurés, le seuil d’indemnisation par la solidarité nationale était de 45 % de pertes en 2023, de 40 % en 2024 et sera de 35 % en 2025. « L’objectif du gouvernement était de favoriser la pénétration de la couverture assurantielle dans le milieu agricole. Avant la loi, moins de 30 % des agriculteurs étaient assurés. Je ne pense pas que la loi ait énormément changé les choses. C’est pourquoi je demande un débat au Parlement portant sur l’évaluation de la loi », insiste Henri Cabanel. A titre personnel, le sénateur milite toujours pour la mise en place d’un système « d’assurance obligatoire » intégrée dans les coûts de production.

Lors de l’examen du projet de loi à la chambre haute, les sénateurs avaient voté la possibilité pour les jeunes agriculteurs de moduler leur aide à l’installation en fonction de la souscription d’une assurance ou de la réalisation d’un diagnostic des risques.

A l’époque, le président du groupe écologiste du Sénat, Guillaume Gontard avait dénoncé un texte « privilégiant les exploitants qui sont déjà assurés » car le système selon lui, exclut « une grande partie des exploitations comme celles qui font du petit maraîchage car le bénéfice/risque est trop élevé pour les assureurs », regrettait-il.

La « moyenne olympique » n’est plus adaptée au changement climatique

Un autre reproche porte sur le calcul de l’indemnisation en fonction de la moyenne olympique conformément aux règles européennes fondées suite à l’accord de Marrakech sur l’Agriculture de l’Organisation mondiale du commerce de 1994. Cette moyenne repose sur les rendements des cinq dernières années, en excluant la meilleure et la plus mauvaise. « Le problème, c’est que désormais, les années se suivent et se ressemblent. Mon père vivait une année difficile sur cinq ans. Moi, c’était plutôt une moyenne de deux années sur cinq et depuis que mon fils a repris l’exploitation il y a trois ans, il n’a vécu que des aléas. Cette moyenne n’est plus adaptée. Le ministre (Marc Fesneau) s’était engagé à faire évoluer le dispositif auprès des instances européennes. Nous ne voyons rien venir », rappelle Henri Cabanel.

En attendant pour lutter contre le gel qui peut arriver jusqu’aux « Saints de Glace », autour du 10-12 mai, les agriculteurs s’équipent pour protéger les bourgeons des températures au-dessous de 0 °C, en utilisant des éoliennes, des bougies. Ils peuvent aussi asperger les vignes ou les arbres fruitiers afin d’enrober d’un igloo de glace les bourgeons et les protéger des températures négatives.

Pour aller plus loin

Dans la même thématique

Nouvelle-Calédonie : qu’est-ce que la CCAT, mise en cause par le gouvernement ?
3min

Territoires

Nouvelle-Calédonie : qu’est-ce que la CCAT, mise en cause par le gouvernement ?

Après avoir annoncé la mort d’un premier gendarme en Nouvelle-Calédonie, lors des questions d’actualité au gouvernement ce mercredi, Gérald Darmanin a notamment mise en cause la responsabilité de la CCTA dans le climat de violence sur l’archipel. La Cellule de coordination des actions de terrain « est un groupe mafieux, qui veut manifestement instaurer la violence », a dénoncé le ministre de l’Intérieur, opérant une distinction nette avec le FLNKS (Front de libération nationale kanak et socialiste) et les loyalistes, avec lesquels il y a un « dialogue ». Invité de France 2 ce matin, le ministre en a rajouté une couche, dénonçant « un groupuscule qui se dit indépendantiste, mais qui en fait commet des pillages, des meurtres, de la violence ». Et d’ajouter : « Il ne faut pas le confondre avec des militants politiques. » De son côté, le haut-commissaire de la République, Louis Le Franc, a évoqué une « organisation de voyous », ce jeudi matin lors d’une conférence de presse. Ce collectif est né en novembre 2023, et regroupe plusieurs des représentants d’organisations syndicales, structures politiques ou mouvements associatifs indépendantistes. L’Union calédonienne, la frange la plus radicale du Front de libération Kanak socialiste (FLNKS), est l’une des principales organisations à l’origine de la création du CCAT. La cellule a organisé plusieurs manifestations et rassemblements dès la fin de l’année, pour s’opposer au projet d’accord proposé par l’État sur l’avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie. Dans un communiqué publié hier, avant l’instauration de l’état d’urgence, l’organisation qui soutient « l’accession à la peine souveraineté de Kanaky » (le nom kanak de la Nouvelle-Calédonie), a réaffirmé une nouvelle fois son opposition au dégel du corps électoral. Un processus qui s’apparente selon elle à un acte de « recolonisation ». Le projet de loi constitutionnelle, adoptée par l’Assemblée nationale dans la nuit de lundi à mardi, est selon eux contraire à l’accord de Nouméa. Appel à poursuivre les actions « de manière pacifique » Selon eux, les députés « ont choisi de mettre de l’huile sur le feu », et « il reste une dernière chance pour que l’État entende notre cri du cœur et stoppe définitivement son plan au nom de la paix dans notre pays ». Dans cette communication, le CCAT a accusé des « milices loyalistes » d’ « agresser » ses partisans. Les « exactions » commises sur le territoire n’étaient « pas nécessaires », a également indiqué le CCAT, tout en considérant qu’ils étaient « l’expression des invisibles de la société qui subissent des inégalités de plein fouet ». Le collectif a appelé les « citoyens mobilisés à l’apaisement », et à poursuivre les actions « de manière pacifique », et à respecter « les consignes ». La semaine dernière, la CCAT avait multiplié des actions pour afficher son opposition au projet de loi constitutionnelle. L’opération avait été baptisée « dix jours pour Kanaky ». Le 9 mai, par exemple, plusieurs accès routiers ont été bloqués par plusieurs militants se réclamant du CCAT. Plusieurs responsables du CCAT ont en outre indiqué la semaine dernière que la mobilisation s’intensifierait en cas d’adoption du projet de loi, sans toutefois préciser de calendrier ni la nature des actions à venir. Depuis l’instauration de l’état d’urgence, le ministre de l’Intérieur a procédé à cinq premières assignations à résidence de membres de la Cellule de coordination des actions de terrain.

Le

Gel des cultures : comment fonctionne la loi « assurance récolte » ?
8min

Territoires

Tarifs des transports parisiens pendant les JO : « Ce n’est pas moi qui ai promis la gratuité », se défend Valérie Pécresse 

Le Sénat auditionnait ce mercredi 15 mai Patrice Vergriete, le ministre délégué chargé des Transports et Valérie Pécresse, la présidente de la région Île-de-France. Si ces deux responsables politiques reconnaissent à mi-mot que les habitants de Paris et de l’Île-de-France pourraient rencontrer des difficultés pour se déplacer pendant les Jeux olympiques et paralympiques, ils font aussi valoir « l’accélérateur formidable » que représente l’organisation de cet évènement pour la construction de nouvelles infrastructures.

Le