Simplification des normes : « Notre droit est devenu obèse », reconnaît Gabriel Attal

Invité à s’exprimer au Sénat à l’initiative de la Délégation des collectivités territoriales, ce jeudi 4 avril, à l’occasion du premier anniversaire de la signature de la charte sur la simplification des normes, le Premier ministre a réaffirmé sa volonté de « simplifier » et « réduire le stock de normes ». « Notre droit est devenu obèse », a notamment lancé le Premier ministre, qui reconnaît une part de « responsabilité » du gouvernement dans cette inflation normative.
Alexis Graillot

Temps de lecture :

7 min

Publié le

Mis à jour le

« La simplification est l’affaire de tous », a souhaité rappeler d’entrée le président du Sénat, Gérard Larcher, reconnaissant d’emblée que « tout n’est pas de la responsabilité du gouvernement », face à l’explosion des normes ces dernières années. A ce titre, il alerte sur l’inflation des amendements parlementaires, prenant l’exemple éloquent de la dernière loi de finances, où « 3750 amendements » avaient été déposés. « En 20 ans, le Code général des collectivités territoriales a triplé », souligne-t-il, code en main, non sans oublier que le volume du Code de l’environnement a lui été multiplié par dix. « Les normes s’épuisent à vouloir régler tous les problèmes et tous les cas », a-t-il alerté, appelant à « redonner du pouvoir aux élus ». « La complexité du droit est telle que les maires sont obligés de faire appel à des cabinets pour rédiger leurs documents d’urbanisme », a déploré Gérard Larcher, qui, reprenant à son compte une citation de Jacques Chirac, dont il a été le ministre, déclare : « Il faut simplifier les choses pour mieux les comprendre ».

Un constat partagé par le Premier Ministre, Gabriel Attal, qui demande « qu’un plan de simplification soit mis en place », mais souhaite également « aller plus loin », qui passe selon le locataire de Matignon, par « sortir du schéma selon lequel toute loi règle un problème ». Une « inflation normative » qui a un coût, le Conseil national pour l’évaluation des normes (CNEN), ayant estimé un montant pour les collectivités à 2.5 milliards d’euros.

 Il n’y a pas une fois au cours de mes déplacements, où on ne me parle pas de procédures trop lourdes, de démarches kafkaïennes et de parcours administratifs ubuesques 

Gabriel Attal, Premier ministre

« Une demande pressante et exigeante »

Au cœur des demandes des agriculteurs, le Premier ministre rappelle que l’enjeu de simplification lui est « cher » et « traverse largement les courants politiques ». « Il n’y a pas une fois au cours de mes déplacements, où on ne me parle pas de procédures trop lourdes, de démarches kafkaïennes et de parcours administratifs ubuesques », déclare-t-il, soulignant ainsi la « demande pressante et exigeante des élus locaux et des Français » en la matière. Signe de cette inquiétude, « 80% des [élus locaux sondés] estiment que la complexité des normes s’est aggravée depuis 2020 », et « 82% déplorent les conséquences négatives de la complexité des normes sur les projets locaux », appuie Rémy Pointereau, vice-président de la délégation sénatoriale aux collectivités territoriales, qui a rappelé que la simplification était « nettement en tête des priorités des élus ».

Un sujet d’autant plus prioritaire qu’il suscite « incompréhension », « colère », ou pire encore, selon le locataire de Matignon, « résignation », qui « poussent à arrêter d’innover et d’entreprendre », tout en « nourri[ssant] les rancœurs ». « Le paradis des normes, c’est l’enfer des Français », s’est-il voulu grave. « Depuis 2017, nous cherchons à agir mais en simplifiant nous avons aussi complexifié d’autres choses », a-t-il néanmoins concédé, estimant la situation « urgente ». « Notre droit est devenu obèse », tance-t-il, dans le sillage de la présidente de la délégation des collectivités, Françoise Gatel, qui avait parlé, non sans humour, au cours d’un petit-déjeuner de presse, de « harcèlement textuel ».

« Il n’y a rien de plus destructeur pour la politique que les annonces sans lendemain, ou des textes qui sont votés, mais dont les décrets d’application donnent le sentiment qu’ils ont été construits pour empêcher l’application du texte qui a été voté », alerte Gabriel Attal, qui salue le fait que la charte de simplification « a permis de donner un calendrier et une visibilité », mais également un « meilleur contrôle de l’exécutif ».

 Faisons des normes l’essentiel, cela leur [aux maires] ôtera un poids, et leur redonnera le pouvoir d’agir 

Gabriel Attal, Premier ministre

« Mener un profond changement de mentalité »

Ne souhaitant pas s’arrêter là, le Premier ministre déclare vouloir « aller plus loin », en faisant de nouvelles annonces. S’il reconnaît que « bien entendu, la loi reste au cœur de notre système républicain », Gabriel Attal estime nécessaire de « sortir du schéma selon lequel tout problème est réglé par une loi », appelant de fait à « mener un profond changement de mentalité ». « Faisons des normes l’essentiel, cela leur [aux maires] ôtera un poids, et leur redonnera le pouvoir d’agir », encourage-t-il, insistant sur le fait que « la complexité du droit constitue une plus grande source d’insécurité ».

« Faire confiance », « responsabiliser », « économiser », tel est le triptyque martelé par le Premier ministre. Sur ce dernier point, il sourit jaune, rappelant les « 60 milliards d’euros perdus par an à cause des démarches et des complexités de notre quotidien », soit 3% du PIB, chiffre d’autant plus sensible que sans ces 60 milliards, la France serait dans les clous de ses engagements européens, qui imposent un déficit inférieur à 3% du PIB par an.

Ainsi, le Premier ministre annonce que le Conseil national d’évaluation des normes (CNEN) devra » faire des propositions tous les six mois pour réduire le stock de normes obsolète », tout en souhaitant mener en parallèle le chantier de la « délégalisation » afin de « faire sortir certains sujets du domaine de la loi ». Pour cela, il demande au gouvernement à ce que « toute nouvelle norme soit concertée, étudiée et nécessaire avant d’être décidée », un moyen essentiel pour « donner des marges de manœuvre à chacun ». Un travail qui a d’ores-et-déjà été lancé par le Secrétariat général du gouvernement, le nombre de saisines en urgence du CNEN ayant été diminué de moitié en un an. De manière analogue, le gouvernement souhaite « rendre plus visible les avis du CNEN, en insérant dans l’étude d’impact des projets de lois, le lien hypertexte vers l’avis du CNEN ». Ajouté à cela, l’exécutif a lancé un vaste travail de formation à la légistique, dans l’objectif d’améliorer la qualité de la loi.

De leur côté, les élus prennent également leur part avec le lancement d’une vaste « manifestation de sensibilisation » envers les sénateurs. Car si l’inflation normative représente un coût financier pour les collectivités, elle engendre également une « perte d’attractivité de la fonction publique territoriale » ainsi que « l’abandon, la modification et le report des projets locaux ». Raison essentielle pour laquelle, comme Françoise Gatel nous l’avait annoncé il y a quelques semaines, la délégation aux collectivités souhaite l’insertion de « clauses de réexamen dans les lois territoriales », sur le modèle britannique, qui permet à la fois, de « vérifier que les effets de la réforme correspondent à ceux qui étaient attendus », mais également de « limiter l’empilement des normes ». En cas d’inadéquation avec ces principes, ces clauses permettraient de rendre caduque la loi en question. « A force de normes, on finit par ne plus faire ce qui est permis », se désole Rémy Pointereau.

L’occasion de conclure sur les célèbres mots du juriste Portalis, un des fondateurs du Code civil de 1804 : « L’office de la loi est de fixer, par de grandes vues, les maximes générales du droit ; d’établir des principes féconds en conséquence, et non de descendre dans le détail des questions qui peuvent naître sur chaque matière. C’est au magistrat et au jurisconsulte, pénétrés de l’esprit général des lois, à en diriger l’application ». 3 petites lignes pour résumer près d’une heure et demie d’échanges fructueux. Les anciens ont définitivement tout à nous apprendre.

Dans la même thématique

Nouvelle-Calédonie : qu’est-ce que la CCAT, mise en cause par le gouvernement ?
3min

Territoires

Nouvelle-Calédonie : qu’est-ce que la CCAT, mise en cause par le gouvernement ?

Après avoir annoncé la mort d’un premier gendarme en Nouvelle-Calédonie, lors des questions d’actualité au gouvernement ce mercredi, Gérald Darmanin a notamment mise en cause la responsabilité de la CCTA dans le climat de violence sur l’archipel. La Cellule de coordination des actions de terrain « est un groupe mafieux, qui veut manifestement instaurer la violence », a dénoncé le ministre de l’Intérieur, opérant une distinction nette avec le FLNKS (Front de libération nationale kanak et socialiste) et les loyalistes, avec lesquels il y a un « dialogue ». Invité de France 2 ce matin, le ministre en a rajouté une couche, dénonçant « un groupuscule qui se dit indépendantiste, mais qui en fait commet des pillages, des meurtres, de la violence ». Et d’ajouter : « Il ne faut pas le confondre avec des militants politiques. » De son côté, le haut-commissaire de la République, Louis Le Franc, a évoqué une « organisation de voyous », ce jeudi matin lors d’une conférence de presse. Ce collectif est né en novembre 2023, et regroupe plusieurs des représentants d’organisations syndicales, structures politiques ou mouvements associatifs indépendantistes. L’Union calédonienne, la frange la plus radicale du Front de libération Kanak socialiste (FLNKS), est l’une des principales organisations à l’origine de la création du CCAT. La cellule a organisé plusieurs manifestations et rassemblements dès la fin de l’année, pour s’opposer au projet d’accord proposé par l’État sur l’avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie. Dans un communiqué publié hier, avant l’instauration de l’état d’urgence, l’organisation qui soutient « l’accession à la peine souveraineté de Kanaky » (le nom kanak de la Nouvelle-Calédonie), a réaffirmé une nouvelle fois son opposition au dégel du corps électoral. Un processus qui s’apparente selon elle à un acte de « recolonisation ». Le projet de loi constitutionnelle, adoptée par l’Assemblée nationale dans la nuit de lundi à mardi, est selon eux contraire à l’accord de Nouméa. Appel à poursuivre les actions « de manière pacifique » Selon eux, les députés « ont choisi de mettre de l’huile sur le feu », et « il reste une dernière chance pour que l’État entende notre cri du cœur et stoppe définitivement son plan au nom de la paix dans notre pays ». Dans cette communication, le CCAT a accusé des « milices loyalistes » d’ « agresser » ses partisans. Les « exactions » commises sur le territoire n’étaient « pas nécessaires », a également indiqué le CCAT, tout en considérant qu’ils étaient « l’expression des invisibles de la société qui subissent des inégalités de plein fouet ». Le collectif a appelé les « citoyens mobilisés à l’apaisement », et à poursuivre les actions « de manière pacifique », et à respecter « les consignes ». La semaine dernière, la CCAT avait multiplié des actions pour afficher son opposition au projet de loi constitutionnelle. L’opération avait été baptisée « dix jours pour Kanaky ». Le 9 mai, par exemple, plusieurs accès routiers ont été bloqués par plusieurs militants se réclamant du CCAT. Plusieurs responsables du CCAT ont en outre indiqué la semaine dernière que la mobilisation s’intensifierait en cas d’adoption du projet de loi, sans toutefois préciser de calendrier ni la nature des actions à venir. Depuis l’instauration de l’état d’urgence, le ministre de l’Intérieur a procédé à cinq premières assignations à résidence de membres de la Cellule de coordination des actions de terrain.

Le

Simplification des normes : « Notre droit est devenu obèse », reconnaît Gabriel Attal
8min

Territoires

Tarifs des transports parisiens pendant les JO : « Ce n’est pas moi qui ai promis la gratuité », se défend Valérie Pécresse 

Le Sénat auditionnait ce mercredi 15 mai Patrice Vergriete, le ministre délégué chargé des Transports et Valérie Pécresse, la présidente de la région Île-de-France. Si ces deux responsables politiques reconnaissent à mi-mot que les habitants de Paris et de l’Île-de-France pourraient rencontrer des difficultés pour se déplacer pendant les Jeux olympiques et paralympiques, ils font aussi valoir « l’accélérateur formidable » que représente l’organisation de cet évènement pour la construction de nouvelles infrastructures.

Le

La sélection de la rédaction

Simplification des normes : « Notre droit est devenu obèse », reconnaît Gabriel Attal
8min

Politique

Le gouvernement et le Sénat signent une charte pour la simplification des normes applicables aux collectivités territoriales

Jeudi midi, au Sénat, Christophe Béchu, ministre de la transition écologique et de la cohérence des territoires, Gérard Larcher, président du Sénat, Françoise Gatel, sénatrice centriste et présidente de la délégation aux collectivités territoriales et Arnaud Bazin, membre du Conseil national de l’évaluation des normes (CNEN), ont participé aux Etats généraux de la simplification.

Le

Mairie illustration
9min

Territoires

Elus locaux : crise de vocation, normes, décentralisation : la délégation aux collectivités dresse les chantiers à venir

La présidente de la délégation aux collectivités territoriales et à la décentralisation du Sénat, Françoise Gatel, a détaillé ce mercredi 20 mars, le bilan de l’année écoulée, marquée par le vote de plusieurs propositions de loi, d’une part sur les violences contre les élus, d’autre part sur le statut de l’élu local, face à la crise de vocation des élus locaux … tout en évoquant les chantiers en cours et à venir, marqués par une volonté de donner davantage de souplesse aux élus par la simplification de la norme et une meilleure différenciation des territoires.

Le

Cabinets de conseil : la proposition de loi du Sénat « dévitalisée » à l’Assemblée nationale, selon le sénateur Arnaud Bazin
3min

Économie

Simplification des normes : Le Sénat adopte la proposition de loi visant à rendre obligatoires les « tests PME »

Plébiscité par les entreprises, les élus du palais du Luxembourg ont adopté, à une très large majorité (232 contre 33), un dispositif visant à alléger « le carcan normatif » des entreprises. « Les chefs d’entreprises de toutes tailles le demandaient. Le Sénat l’a fait ! », a déclaré déclare Olivier Rietmann (Les Républicains - Haute-Saône), président de la délégation sénatoriale aux Entreprises (DAE), à la suite du vote.

Le