L’Hay Les Roses: nationwide action after rioters rammed a vehicle into the mayor’s  house injuring his wife and one of his children overnight

Une proposition de loi sénatoriale pour « garantir la protection des élus locaux »

Le 23 juin dernier, les sénateurs socialistes Éric Kerrouche et Didier Marie ont déposé une proposition de loi pour « démocratiser les fonctions électives et renforcer la protection des élus locaux ». Alors que les élus ont été la cible de plusieurs attaques ces derniers jours, les sénateurs soutiennent que « répondre à la crise démocratique, c’est aussi répondre à la crise de représentation ». Leur proposition de loi veut donc répondre à ce double problème.
François-Xavier Roux

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Dans le contexte des émeutes déclenchées par la mort de Nahel, les élus locaux se sont retrouvés en première ligne face à la violence. Certains ont même été visés directement, comme le domicile du maire LR de L’Hay-les-Roses (Val-de-Marne) : Vincent Jeanbrun. Toute la classe politique a dénoncé les violences dont sont victimes les élus locaux. En mai, c’est Yannick Morez, le maire de Saint-Brévin-les-Pins (Morbihan), qui a vu son domicile incendié. Les sénateurs se sont saisis du dossier et ont proposé fin juin une proposition de loi pour « renforcer la protection des élus locaux ». La proposition de loi des socialistes Eric Kerrouche et Didier Marie s’attaque aussi au sujet du statut des élus. Elle a vocation à « revivifier une démocratie locale qui en a grand besoin », avec la création du statut « d’agent civique territorial ».

 

Des mesures fortes pour les élus locaux

 

Pour protéger les élus, les sénateurs suggèrent de « rehausser le niveau des sanctions » contre ceux les agressant. Sur le modèle de ce qui se fait pour les magistrats ou les sapeurs-pompiers, il est suggéré de rehausser les sanctions applicables à un individu qui agresse un élu local. Cette forte dissuasion doit être une « réponse nécessaire et proportionnée à la gravité des sanctions ». Au-delà du seul aspect pénal, c’est toute la chaîne judiciaire que les sénateurs revoient. Ils dénoncent une réponse de l’Etat « aujourd’hui déficiente » et appellent à une mobilisation de « toute la chaîne pénale et judiciaire ». Dans les propositions se trouvent aussi le renfort de la protection fonctionnelle des conseillers municipaux et communautaires, l’allongement des délais de prescriptions ou un accès facilité aux assurances.

La proposition de loi comporte un second volet pour redorer la fonction d’élu local. Et cela passe par une meilleure représentation. « Quelles que soient ses origines sociales et son activité professionnelle », tout citoyen doit pouvoir se présenter à une élection politique, expliquent les sénateurs. Le texte s’articule autour de la création du statut « d’agent civique territorial dont bénéficieraient les élus locaux exerçant des fonctions exécutives ». Cette mesure répond au « mythe de la gratuité des fonctions exécutives locales » défendent les auteurs. Avec une réévaluation de la rémunération des « agents civiques territoriaux », les sénateurs veulent une indemnisation à la hauteur de l’investissement consacré au mandat. La proposition de loi veut donc redéfinir le statut de l’élu – qui « est une exigence démocratique » – en améliorant sa sécurité et ses droits. Elle s’inscrit dans une dynamique partagée par d’autres sénateurs, comme François-Noël Buffet (LR) qui propose une loi sur « la sécurité des élus locaux et la protection des maires ».

Ce mardi Emmanuel Macron recevait à l’Elysée 241 maires des communes qui ont subi des violences et des dégradations suite aux émeutes de ces derniers jours.

Dans la même thématique

Illustration facade et entree d une Mairie.
6min

Territoires

Cumul des mandats, retour du conseiller territorial, nationalisation du périphérique : les sénateurs divisés sur le rapport Woerth

Remis ce jeudi 30 mai au président de la République, le rapport rédigé par l’ancien ministre de Nicolas Sarkozy, aujourd’hui député Renaissance de l’Oise, contient plusieurs dispositions phares : la réintroduction du cumul des mandats, le retour du conseiller territorial, ou encore la nationalisation du périphérique parisien. Des mesures qui divisent les sénateurs sur le bon vieux modèle du clivage gauche-droite.

Le

La sélection de la rédaction

AUDITION OF GERALD DARMANIN ON SECURITY OF THE PARIS 2024 OGS
3min

Politique

Audition du maire de Saint-Brévin au Sénat : « On veut comprendre comment on en est arrivés là »

Mercredi 17 mai, la commission des lois du Sénat auditionnera le maire de Saint-Brévin-les-Pins, Yannick Morez qui a démissionné de son mandat après l’incendie de son domicile il y a deux mois. L’élu n’avait pas bénéficié, par la suite, de la protection de l’Etat. Cette situation interpelle les sénateurs qui travaillent depuis des années sur les violences faites aux élus. Le président de la commission des lois n’exclut pas de mener d’autres auditions.

Le

Une proposition de loi sénatoriale pour « garantir la protection des élus locaux »
5min

Institutions

Elus locaux : « Le maire pâtit de la carence de l’autorité régalienne de l’Etat », juge David Lisnard

Dans un long discours émaillé de digressions philosophiques, David Lisnard a présenté sa vision du rôle du maire devant la mission d’information du Sénat sur l’avenir de la commune. Le président de l’Association des maires de France et maire de Cannes, David Lisnard, souhaite à la fois redonner de l’autorité et de la liberté aux élus locaux afin de renouveler une légitimité que l’on estime de plus en plus contestée.

Le