Crise agricole : « Les agriculteurs subissent des injonctions contraires » sur les prix et « les efforts environnementaux »

Après le mouvement de colère des agriculteurs, le président de l’assemblée permanente des chambres d’agriculture était auditionné par la commission des affaires économiques du Sénat. Sébastien Windsor dresse la liste des principaux défis à relever pour l’agriculture et concilier l’augmentation des revenus, la simplification du métier et l’adaptation au réchauffement climatique.
Henri Clavier

Temps de lecture :

7 min

Publié le

Mis à jour le

 « La politique d’accompagnement au changement est sûrement un des oublis de la politique agricole », affirme Sébastien Windsor, président de l’assemblée permanente des chambres d’agriculture, qui plaide pour un modèle différent basé sur l’accompagnement plutôt que sur la contrainte. Comme exprimé lors du mouvement de colère des agriculteurs, des rémunérations trop faibles, des normes contradictoires ou des difficultés à l’installation sont évoquées. « Il y a une saine pression pour aboutir sur ces sujets avant le salon de l’agriculture et intégrer une partie dans le projet de loi d’orientation agricole, ce sont deux grands endroits où on a imaginé pousser un certain nombre de changements », explique Sébastien Windsor. Pour rappel, les chambres d’agriculture sont chargées de plusieurs missions d’accompagnement des agriculteurs notamment en termes d’amélioration des performances économiques sociales et environnementales des exploitations.

 « Le mouvement est parti en Occitanie qui est sûrement dans une situation un peu différente de celle du reste de la France »

Dans son propos liminaire, le président de l’assemblée permanente des chambres d’agriculture est revenu sur les origines de la crise, en particulier la question du revenu des agriculteurs. « Le mouvement est parti en Occitanie qui est sûrement dans une situation un peu différente de celle du reste de la France, probablement parce que c’est l’une des zones où le revenu agricole est le plus bas, une des zones les plus touchées par le réchauffement climatique », explique Sébastien Windsor qui pointe les différences de situation selon le type de culture et les zones géographiques. « Tous les paysans que j’ai vus ne m’ont parlé que de revenus », s’étonne pourtant Jean-Claude Tissot, sénateur socialiste de la Loire et lui-même agriculteur.  « Il y a peut-être un petit décalage entre les agriculteurs et ceux qui les représentent », tacle le sénateur écologiste Yannick Jadot.

Le président des chambres d’agricultures françaises a néanmoins nuancé son propos expliquant que certaines productions, comme les fruits et légumes, étaient particulièrement sous pression, mais qu’une majorité d’agriculteurs n’était pas encore sujette à des problèmes de trésorerie.

 « Pas encore de problème de trésorerie », mais un « risque d’effet ciseaux »

S’il n’y a « pas encore de problème de trésorerie », Sébastien Windsor reconnaît un « risque d’effet ciseaux ». « On voit des coûts de revient qui sont en train de passer au-dessus des prix de vente », avertit Sébastien Windsor. Concrètement, les agriculteurs sont exposés à la baisse du prix de la production et donc à une perte de rentabilité. Le strict respect de la loi Egalim est demandé par les agriculteurs afin de mieux partager la valeur entre producteurs et distributeurs. Si « c’est plutôt le syndicalisme agricole qui porte ce sujet », Sébastien Windsor estime qu’il pourrait être pertinent de réformer l’Observatoire des prix et des marges, mais en dehors du champ de compétence des chambres d’agriculture.

Surtout, le président de l’assemblée permanente des chambres d’agriculture évoque la nécessité d’augmenter les prix si l’objectif est de s’orienter vers une agriculture plus durable et de meilleure qualité. « Le partage de la valeur ne se fera pas s’il n’y a pas une forme de régulation, mais il faut faire en sorte que ce ne soit pas les produits hauts de gamme qui en fassent les frais », explique Sébastien Windsor qui ajoute qu’on ne peut pas « demander aux agriculteurs de monter en gamme sans les payer plus cher ». En période d’inflation, concilier des prix bas et une production de meilleure qualité paraît difficile pour les agriculteurs parfois exposés à une concurrence déloyale. Sébastien Windsor plaide en ce sens pour un accroissement des efforts sur les questions de l’étiquetage et de la provenance des produits. « Si on n’a pas d’étiquetage, comment demander au consommateur de faire un choix éclairé ? » s’interroge Sébastien Windsor. « Les agriculteurs subissent des injonctions contraires on leur dit : « Faites des efforts environnementaux » et « produisez pour moins cher », déplore le président de l’assemblée permanente des chambres d’agriculture.

Un difficile renouvellement de la profession

Ces difficultés à assurer la rentabilité des exploitations sur le temps long et à accompagner le changement du modèle agricole compliquent le renouvellement de la population d’agriculteurs. D’ici 10 ans, plus de 50 % des agriculteurs en exercice partiront en retraite. Une attractivité en berne, largement liée aux difficultés de reprise des exploitations. On note également une évolution du profil sociologique des nouveaux agriculteurs, qui sont de moins en moins issus du monde agricole, avec un impact direct sur la capacité d’installation. « Les renouvellements se faisaient essentiellement, il y a dix ans, par des enfants d’agriculteurs. Aujourd’hui, des montants de reprise en dessous de quelques centaines de milliers d’euros n’existent plus », souligne Sébastien Windsor. Avec des exploitations qui s’agrandissent, l’accès au foncier est de plus en plus complexe pour les individus extérieurs au monde agricole. « Est-ce qu’on va se retrouver dans l’impasse avec des jeunes qui ne pourront pas reprendre des installations qui ont trop grossi ? » interroge d’ailleurs Yannick Jadot.  « Il faut aider l’agriculteur à bâtir son propre modèle et que ce modèle soit cohérent, mais aussi être vigilant à ne pas trop complexifier le diagnostic à l’installation et ne pas demander 5 ou 6 études dont le coût peut-être de 60 000 euros l’étude », répond Sébastien Windsor.

Des injonctions contraires transmises par les normes applicables aux agriculteurs

Dans son rôle d’accompagnement dans l’adaptation au réchauffement climatique et dans la promotion d’un développement durable, Sébastien Windsor fustige, encore une fois, des injonctions contraires pour les agriculteurs. « Il y a une incompréhension forte sur les produits phytosanitaires dans l’absolu, je suis assez d’accord pour dire que les agriculteurs doivent réfléchir tous les cinq ans à leur utilisation », concède le président de l’assemblée permanente des chambres d’agriculture. Cependant, ce dernier pointe un système kafkaïen obligeant les agriculteurs à obtenir un certificat pour l’utilisation des produits phytosanitaires qui nécessite de participer à deux conseils stratégiques phytosanitaires espacés d’au moins deux ans. « Un peu compliqué à comprendre pour l’agriculteur », estime Sébastien Windsor.

Autre exemple, celui de la plantation de haies, encouragée par les chambres d’agriculture. Identifiée comme des réservoirs à biodiversité, la plantation de haies permet aux agriculteurs d’obtenir un bonus financier dans le cadre de la politique agricole commune (PAC). Néanmoins, pour toucher le bonus prévu par la PAC, « il faut une certification qui coûte 1 000 euros », explique Sébastien Windsor. Un investissement peu avantageux au regard des aides apportées par la PAC. Alors que la simplification a été identifiée comme un axe essentiel pour résoudre la crise agricole, les chambres d’agriculture feront preuve de vigilance sur les différents travaux législatifs à mener. « On regarde les mesures de simplification, la moitié est européenne et l’autre moitié française. Celles qui sont françaises nécessiteront de passer par la loi notamment pour le conseil stratégique phytosanitaire, les zones de non-traitement ou encore les zones humides », prévient Sébastien Windsor.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
2min

colère des agriculteurs

Salon de l’agriculture : Emmanuel Macron improvise un débat avec des agriculteurs 

Attendu au tournant pour résoudre la crise agricole, le chef de l’Etat a annoncé qu’il allait participer à un débat avec des agriculteurs. Un nouveau rebondissement après les refus de la FNSEA et des jeunes agriculteurs de participer à un échange avec le président de la République. Ce matin, les tensions entre les forces de l’ordre et les manifestants ont retardé l’ouverture du salon de l’agriculture.

Le

Villebichot: Marine Tondelier en deplacement dans une ferme
10min

colère des agriculteurs

Agriculture : face au « rouleau compresseur » de la FNSEA, les écologistes défendent leurs propositions

Les Écologistes ont dévoilé ce jeudi 15 février, lors d’une conférence de presse, leurs propositions pour l’agriculture. Alors que les syndicats mettent la pression sur le gouvernement après les annonces faites par Gabriel Attal pour répondre à la grogne du secteur, les écolos espèrent parvenir à peser sur la future loi d’orientation agricole.

Le