Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Réforme du travail : Pierre Laurent veut une motion de censure en cas de 49.3

+A -A
Par Public Sénat
Le 23.02.2016 à 20:28

Pierre Laurent ne décolère pas. Le sénateur de Paris et patron du Parti communiste français est vent debout contre la réforme du travail, proposée par le gouvernement. « Comment, en faisant voler en éclat tout ce qui encadre le temps de travail et donc en faisant travailler davantage ceux qui ont un emploi, on va créer des emplois ? » s’interroge-t-il, soulignant que c’était « ce que réclament le Medef et la droite depuis des années. » Selon lui, le projet de loi porté par la ministre du Travail Myriam El Khomri, « vide de leurs contenus tous les grands principes » du progrès social.

Et il ne se prive pas pour dire tout le mal qu’il pense du gouvernement, et notamment de Manuel Valls pour qui les opposants au texte sont restés « au 19ème siècle. » Réponse acerbe de Pierre Laurent : « C’est l’hôpital qui se fout de la charité.  Si on votait par malheur le projet de loi El Khomri, alors c’est un retour sur tout ce qui a été construit au fil des décennies. (…) On va ouvrir les vannes à une précarité qui est déjà galopante et qui va tirer le pays vers le bas. »

Quant à la menace d’un 49.3 pour faire passer le texte, le sénateur prévient : « Le simple fait que ça ait pu traverser la tête de la ministre en charge du texte, avant même que l’on connaisse le contenu du texte, ça en dit long sur la confiance qu’ils ont dans les parlementaires de leur propre majorité et de leur propre parti » explique-t-il. « Il n’y a aucune majorité de gauche » pour ce texte. En cas de 49.3, « je proposerai à l’ensemble des parlementaires de gauche de voter une (motion de) censure. »

Alors Manuel Valls a tout faux ? « Oui, à peu près sur tous les sujets. » Et François Hollande n’échappe pas non plus à la critique. « La fracture est consommée entre cette petite équipe gouvernementale qui a fait sortir petit à petit tous les ministres, tous ceux qui avaient une voix un peu différente » affirme-t-il. « On a aujourd’hui un petit clan gouvernemental (…) autour de François Hollande, avec quelques ministres qui sont restés dans le soutien. Mais les forces vives de la gauche sont ailleurs. »


"On a aujourd’hui un petit clan gouvernemental... par publicsenat

Selon lui, François Hollande « ne peut pas être le représentant de la gauche à l’élection présidentielle. Il ne doit pas être candidat à l’élection présidentielle au nom de la gauche, il ne peut pas l’être. On se trouverait dans une situation incroyable où celui qui prétend représenter la gauche devrait porter pendant toute la campagne la déchéance de nationalité et le dynamitage du code du travail » affirme Pierre Laurent. 


François Hollande "ne peut pas être le... par publicsenat

En revanche, le ton est plus cordial envers Jean-Luc Mélenchon. Après quelques bisbilles entre les deux alliés, le patron du PCF a souhaité calmer le jeu et éviter de nouvelles polémiques. Peuvent-ils construire un projet commun pour 2017 ? « Il faut tout faire pour essayer ça, » promet-t-il.