Gérard Larcher candidat à sa succession à la tête du Sénat

+A -A
F.V.
Le 25.09.2011 à 20:42

Publicsenat.fr VOD

Il ne peut cacher son émotion. Au soir des élections sénatoriales, la gauche est majoritaire. Et Gérard Larcher plus qu’en danger. « La poussée de la gauche est réelle, elle est plus ample que je ne l'avais estimée », a reconnu le président du Sénat, lors d’une conférence de presse. Il avait pourtant exprimé depuis plusieurs mois sa confiance, avec une majorité conservée de « 6 à 12 sièges » disait-il.

« Ce résultat est la conséquence des élections locales de 2008 et 2010. Mais, nous avons aussi mené une campagne difficile sur fond de crise économique et financière où le redressement de notre pays passe par des efforts importants pour tous les Français », a-t-il encore dit, souhaitant que « les efforts soient plus justement répartis ».

Gérard Larcher a annoncé qu'il était candidat à sa propre succession, malgré la victoire inédite de la gauche. « Le 1er octobre je serai candidat à la présidence du Sénat », a-t-il déclaré. Et veut y croire encore. « La majorité sénatoriale, celle d'hier, n'avait pas les contours de la majorité présidentielle. Celle d'aujourd'hui a-t-elle celle du Parti socialiste ? Point d’interrogation », lance-t-il. « Elle reste à construire ». Du côté du groupe UMP, on affirme depuis plusieurs mois que des sénateurs de gauche pourraient voter pour Larcher…

« Les sénateurs auront à se déterminer entre deux projets, entre deux visions pour notre assemblée, deux candidats », souligne le sénateur des Yvelines. « Chacun se déterminera pour poursuivre les réformes engagées, pour garantir la diversité, la spécificité, l'autonomie du Sénat au service de la France et de ses territoires ».