×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

Laurent Wauquiez : « La réalité, c’est qu’au bout de cinq mois, on a une présidence ratée »

+A -A
Par Public Sénat
Le 11.10.2012 à 12:59

Invité de Public Sénat et de Radio classique ce matin, Laurent Wauquiez, ancien ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche, soutien de François Fillon à la présidence de l’UMP, n’a pas mâché ses mots à l’encontre de Jean-François Copé : « Il y a clairement deux façons différentes d’aborder la politique. (…) Jean-François Copé est beaucoup orienté sur les thématiques d’immigration, on a un candidat François Fillon qui veut rassembler (…) Il n’y a jamais eu la moindre attaque de la part de [François Fillon] contre Jean-François Copé. (…) La question est d’avoir quelqu’un qui rassemble et pas qui divise. »

A propos de l’adoption du mariage homosexuel, l’ancien ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche a d’ores et déjà annoncé que « en tant que maire (…) [il] appliquerai la loi. » Il s’est toutefois déclaré perplexe vis-à-vis de la méthode : « je considère que c’est une erreur de faire voter cette loi aussi vite. (...) on est sur un sujet de société. (…) qui peut diviser les Français, (…) qui peut être violent ».

« Budget d’amateur »

Qualifiant « d’amateur » la politique budgétaire du gouvernement, Laurent Wauquiez a estimé « qu’au bout de cinq mois on a[vait à faire] à une présidence ratée (…) on avait quelqu’un qui nous parlait de justice sociale, il nous fait un budget dans lequel il matraque les classes moyennes. (…) Ce qui me gêne, c’est que je ne vois aucune piste de solution d’avenir ».

Interrogé sur l’utilisation par Guillaume Peltier et la Droite forte de la mention « Génération Sarkozy », Laurent Wauquiez n’a pas manqué de tancer l’initiative de l’ancien « monsieur sondage » de Nicolas Sarkozy : « Qu’est-ce que c’est que cette conception de la politique ?! », s’est-il écrié. « C’est une conception de logo, de marque commerciale. Maintenant quand on se dit sarkozyste, il va falloir qu’on verse 20 euros à Guillaume Peltier ? Mais où on va ? »