Back to Top
×En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites.En savoir plus
Mode zen

Quitter le mode zen

« Manuel Valls a sabordé le référendum » de Notre-Dame-des-Landes, selon le sénateur écolo Ronan Dantec

+A -A
Julie Torterolo
Le 15.03.2016 à 18:15

Alors que Manuel Valls a annoncé mardi que le référendum local sur le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes ne concernera que la Loire-Atlantique, Ronan Dantec, sénateur écologiste de la région concernée, dénonce une « tentative de passage en force ».

« Manuel Valls ne veut pas d’un moment démocratique. » Interrogé par Public Sénat, Ronan Dantec, sénateur de Loire-Atlantique se dit en « colère » contre le Premier ministre ce mardi. Pour lui, la limitation du référendum aux seuls électeurs de la Loire-Atlantique va engendrer « un sentiment d’injustice » qui mobilisera davantage les opposants. Rappelant l’annonce du président de la République de « projet vital pour le Grand ouest », Ronan Dantec qualifie la manœuvre de Manuel Valls « d’absurde ». Si bien que « le résultat n’aura plus de pertinence » selon lui.

« Il veut juste essayer de relégitimiser un projet aujourd’hui extrêmement contesté. Tous les sondages donnent le Grand ouest contre ce projet parce que l’alternative c’est bien une meilleure répartition du trafic entre les quatre aéroports existants », explique-t-il. Et il n’y a pas que le périmètre du référendum qui provoque la colère du sénateur. Le mois de juin est également sujet à discorde en ne prenant notamment pas en compte « l’intégration des recours possibles ». « Je considère aussi que Manuel Valls a dit aussi qu’il y avait des gauches irréconciliables et, dans sa manière de faire, finalement, il continue à jouer l’affrontement avec les écologistes », martèle le sénateur de Loire-Atlantique.

Tout en redemandant la prise en compte du Grand ouest au complet ou encore « l’intégration du calendrier des recours juridiques dans la consultation », Ronan Dantec se dit prêt à s’asseoir autour de la table réunissant  « les pro et anti aéroport pour trouver une autre méthode ». Avec pour condition que Manuel Valls repousse le référendum.